•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La PDG de l’Hôpital Saint-Boniface à Winnipeg a passé les Fêtes au Québec

Une dame aux cheveux blonds mi-longs et en tailleur noir sourit à l'objectif.

Martine Bouchard, présidente-directrice générale de l'Hôpital Saint-Boniface

Photo : Radio-Canada / Mathilde Monteyne

Radio-Canada

La présidente-directrice générale de l’Hôpital Saint-Boniface (HSB), Martine Bouchard, a passé le temps des Fêtes avec sa famille au Québec, alors que les autorités sanitaires recommandaient aux Manitobains de rester chez eux.

Une porte-parole du deuxième hôpital en importance du Manitoba indique dans un courriel que Martine Bouchard s'est rendue au Québec pour être avec sa famille immédiate pendant les Fêtes. Lorsqu’elle reviendra chez elle à Winnipeg, elle respectera toutes les ordonnances sanitaires, dont l’isolement.

Aucune information sur la durée de son séjour au Québec n’a été fournie.

Bien que les voyages interprovinciaux ne soient pas interdits, les Manitobains qui se rendent à l’est de Terrace Bay, en Ontario, doivent s’isoler pendant 14 jours à leur retour.

Mme Bouchard a été critiquée cet été pour avoir passé plusieurs mois au Québec pendant que l’hôpital qu’elle dirige à Winnipeg luttait contre la première vague de la pandémie de COVID-19. Cette fois-là, elle ne s’était pas isolée à son retour, grâce à une exemption.

Le contrat de Martine Bouchard à l'HSB lui permet de rentrer au Québec chaque semaine.

Comme les Manitobains le savent, Mme Bouchard […] a accepté son poste de leadership dans notre province avant la COVID-19, avec un accord pour qu’elle puisse rentrer chez elle pour voir son mari et ses enfants régulièrement, indique la porte-parole de l’HSB.

Alors que la pandémie a progressé, des efforts ont été faits pour prolonger ses séjours à Winnipeg, aussi souvent que possible, en particulier parce que son administration et elle devaient surveiller et réagir à la pandémie, poursuit la porte-parole dans un courriel.

Elle nous demande des choses qu’elle ne fait même pas.

Les déplacements de la PDG de l'HSB font sourciller certains employés.

Cela me frustre terriblement, dit une personne qui travaille à l'HSB et que Radio-Canada a accepté de ne pas nommer, car elle craint des représailles professionnelles si son identité était dévoilée. Martine Bouchard, dit cette personne, demande des choses aux employés qu’elle ne fait même pas elle-même.

L'extérieur de l'hôpital Saint-Boniface, à Winnipeg.

L'hôpital Saint-Boniface, à Winnipeg.

Photo : Radio-Canada / Trevor Brine

Je ne comprends pas comment ça se fait qu’une des plus importantes salariées du Manitoba peut s’en aller toutes les fins de semaine en temps normal, et là, lorsqu’on demande à tous les gens de ne pas voyager, qu’on est prêt à acheter nos vacances parce qu’on n’a pas assez de monde…, ajoute la personne qui travaille à l’HSB.

Nous autres, on est à risque, et elle, on ne sait pas où elle est.

Une citation de :une personne qui travaille à l’Hôpital Saint-Boniface

Ça prend quelqu’un de physiquement présent dans une pandémie. Il faut qu’elle sache ce qui se passe, je ne sais pas si elle sait ce qui arrive, parce qu’elle ne se promène pas sur les planchers, on ne la voit pas, poursuit la personne. La dernière fois que je l’ai vue? Janvier [2020].

La personne dit se sentir abandonnée. J’aimerais ça qu’on nous dise la vérité. Un peu comme [Brian] Pallister a fait hier avec son député. Comme le maire [de Winnipeg] a fait hier aussi lorsqu’on lui a demandé s’il y avait des gens qui ont voyagé. Ils ont été honnêtes, je pense.

Démissions liées aux voyages

Martine Bouchard est la seule présidente-directrice générale ou chef de l'exploitation d’un hôpital à Winnipeg à avoir quitté la province depuis que le Manitoba est en code rouge, selon des porte-parole de Soins communs et de l’Office régional de la santé de Winnipeg (ORSW).

De plus, aucun gestionnaire de l’ORSW n’a quitté la province au cours de cette période, selon un porte-parole.

Mardi soir, Tom Stewart, membre de la table de consultation scientifique sur la COVID-19 de l'Ontario et PDG du Système de santé Saint-Joseph, a démissionné de plusieurs de ses fonctions après des vacances qui ont commencé à la mi-décembre et qui comprenaient un voyage en République dominicaine.

Des politiciens d’un bout à l’autre du Canada ont démissionné ou ont été rétrogradés après des vacances à l'extérieur du pays.

La députée fédérale de Churchill-Keewatinook Aski, au Manitoba, Niki Ashton, a perdu ses rôles de porte-parole après avoir être allée en Grèce pour rendre visite à un proche gravement malade.

Par contre, David McLaughlin, le plus haut fonctionnaire du Manitoba, qui s’est rendu à Ottawa pour voir sa famille, et James Teitsma, le député provincial de Radisson, qui est allé en Colombie-Britannique, n’ont pas été punis.

Avec des informations de Laïssa Pamou

Visitez notre dossier sur les vaccins contre la COVID-19.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !