•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les violences au Capitole provoquent une vague d'indignation dans le monde

Les dirigeants de plusieurs pays ont appelé au respect du processus démocratique.

Les partisans du président Trump rassemblés devant le Capitol à Washington

Les partisans du président Trump rassemblés devant le Capitole, à Washington

Photo : Reuters / LEAH MILLIS

Radio-Canada

Le chaos qui a régné à Washington mercredi au sein de l’édifice du Congrès, où les partisans du président Donald Trump ont fait intrusion et ont affronté les policiers, a suscité de vives réactions à l'international.

À Londres, le premier ministre britannique, Boris Johnson, a qualifié de scènes honteuses les événements d'aujourd'hui au Congrès américain. Les États-Unis défendent la démocratie partout dans le monde. Il est vital qu'il y ait un transfert pacifique et ordonné du pouvoir, a-t-il ajouté sur Twitter.

Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a pour sa part écrit sur Twitter que les violences contre les institutions américaines sont une atteinte grave contre la démocratie.

En Allemagne, le ministre des Affaires étrangères, Heiko Maas, a appelé les partisans de Donald Trump à cesser de piétiner la démocratie, ajoutant que les paroles incendiaires se muent en actions violentes.

Et de son côté, le secrétaire général de l'Organisation du traité de l'Atlantique nord (OTAN), Jens Stoltenberg, s'est lui aussi tourné vers le réseau social pour évoquer des scènes choquantes à Washington. Le résultat de l'élection démocratique doit être respecté, a-t-il souligné.

Les dirigeants des Pays-Bas, de la Norvège et de la Hongrie ont tour à tour dénoncé l'assaut contre le Capitole, appelant à reconnaître les résultats des élections du 3 novembre.

Le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, a évoqué un assaut inédit contre la démocratie américaine.

Aux yeux du monde, la démocratie américaine apparaît ce soir en état de siège. C'est un assaut inédit contre la démocratie des États-Unis, ses institutions et l'État de droit. Ce n'est pas l'Amérique.

Josep Borrell, chef de la diplomatie européenne

Les résultats de l'élection du 3 novembre doivent être pleinement respectés, a tweeté le diplomate espagnol.

Le président de l'Assemblée générale de l'Organisation des Nations unies (ONU), Volkan Bozkir, s'est déclaré profondément préoccupé par l'interruption du processus démocratique dans le pays hôte des Nations unies.

Dans un second tweet, Volkan Bozkir s'est dit attristé par les événements qui ont secoué la capitale américaine. Je crois que la paix et le respect des processus démocratiques prévaudront dans notre pays hôte en ce moment critique, a-t-il indiqué.

En Australie, le premier ministre Scott Morrison a dit attendre avec intérêt un transfert pacifique du gouvernement à l'administration nouvellement élue dans la grande tradition démocratique américaine.

Les partisans du président Trump tentant de pénétrer au siège du Congrès à Washington

Les partisans du président Trump tentant de pénétrer au siège du Congrès à Washington

Photo : Reuters / STEPHANIE KEITH

Ottawa surveille la situation de près

Ces scènes surréalistes d'intrusion de masse dans le Capitole, habituellement protégé par d'importantes mesures de sécurité, ne sont pas passées inaperçues au Canada non plus, où le premier ministre Justin Trudeau a exprimé ses préoccupations.

En entrevue sur les ondes d'une station de radio de Vancouver, il a déclaré : Nous sommes évidemment préoccupés et nous suivons la situation minute par minute. Un important processus électoral est en cours aux États-Unis, et je pense que nous voulons et avons tous besoin qu'il se déroule correctement et pacifiquement.

Nous espérons que les choses vont se calmer. Je pense que les institutions démocratiques américaines sont fortes, et j'espère que tout reviendra bientôt à la normale.

Justin Trudeau, premier ministre du Canada

Le ministre des Affaires étrangères, François-Philippe Champagne, a de son côté envoyé ses pensées au peuple américain.

Le Canada est profondément troublé par la situation à Washington. La transition pacifique du pouvoir est fondamentale pour la démocratie; elle doit se poursuivre et elle aura lieu, a-t-il réagi.

En Ontario, plusieurs élus se sont dits indignés et attristés des événements survenus à Washington.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !