•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Aucune vaccination dans les prisons de l'Ontario pour l'instant

Le fédéral entame en revanche une campagne dès vendredi dans ses pénitenciers.

Le Centre de détention du Sud de Toronto.

Le Centre de détention du Sud de Toronto est la prison provinciale la plus touchée en Ontario.

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

Jean-Philippe Nadeau

L'Ontario n'a pas l'intention d'entamer immédiatement une campagne de vaccination contre la COVID-19 dans les prisons provinciales au moment où le gouvernement fédéral doit le faire dans les pénitenciers du pays à partir de vendredi. Le projet pilote d'Ottawa vise à immuniser en priorité 600 détenus dans certains établissements qui n'ont toutefois pas été identifiés.

La situation dans les prisons de l'Ontario n'est pas catastrophique si on la compare à celle dans les pénitenciers de la province qui sont sous autorité fédérale : 9 cas contre 68.

Selon la dernière mise à jour du ministère de la Solliteure générale de l'Ontario, les autorités dénombrent neuf cas actifs dans cinq prisons de la province.

Les deux centres de détention de Toronto en comptent à eux seuls plus de la moitié. Les autres cas sont situés à Ottawa, dans le Niagara et à Thunder Bay.

Situation dans les prisons

Au total, ce sont 360 détenus qui ont été infectés dans les prisons provinciales depuis le début de la pandémie. Plus de 17 330 tests y ont été effectués en dix mois.

La province refuse toutefois de donner le nombre actuel d'infections parmi les membres du personnel carcéral dans les prisons où des cas de COVID-19 ont été recensés.

Une femme avec des lunettes.

La solliciteure générale de l'Ontario, Sylvia Jones.

Photo : Radio-Canada

La solliciteure générale, Sylvia Jones, affirme que les agents correctionnels et les détenus seront vaccinés en temps et lieu. La priorité doit être accordée aux centres de soins de longue durée, a-t-elle déclaré, mercredi, lors d'une conférence de presse à l'aéroport Pearson.

Mme Jones affirme que les adultes et les enfants aux prises avec des problèmes de développement mental et qui vivent en institution seront ensuite vaccinés en priorité.

Situation dans les établissements psychiatriques

Les institutions de santé mentale carcérales affichent par ailleurs un bilan bien plus respectable qu'au printemps dernier.

Les centres Ontario Shores à Whitby, St. Joseph's à Hamilton et Waypoint à Penetanguishine ne comptent aucun cas de COVID-19 parmi leurs pensionnaires.

Le Centre de toxicomanie et de santé mentale de Toronto (CAMH) en compte trois, mais ils ont tous déjà reçu leur congé de l'hôpital.

Photo de la devanture du centre de santé.

Le Centre de toxicomanie et de santé mentale compte deux morts depuis le début de la pandémie.

Photo : CBC

CAMH a toutefois enregistré un total de 58 cas depuis le début de la pandémie et deux de ses pensionnaires en sont morts.

Parmi son personnel, 13 personnes sont par ailleurs infectées, pour un total de 90 employés qui s'en sont remis en dix mois.

Ontario Shores compte quatre cas actifs parmi ses employés, pour un total de 15 depuis le début de la pandémie. Waypoint recense deux cas actifs parmi son personnel, pour un total de six en dix mois.

La façade du Centre de détention du sud de Toronto

Le Centre de détention du sud de Toronto

Photo : Twitter

Dans tous ces établissements, des mesures ont été prises pour assurer la sécurité de leur personnel, de leurs patients et de la collectivité, et la direction continue à y offrir des soins essentiels en santé mentale.

Les visites y sont par exemple suspendues jusqu'à nouvel ordre, sauf dans des situations extraordinaires et les membres du personnel doivent se soumettre à des contrôles à leur arrivée au travail.

Situation dans les pénitenciers

Par comparaison, le Service correctionnel du Canada recense à l'heure actuelle 68 cas d'infection dans ses établissements carcéraux en Ontario. Celui de Joyceville, près de Kingston, en compte à lui seul 67.

Le dernier cas se trouve dans l'établissement de Walkerton.

La situation est en revanche tout autre pour ce qui est du personnel dans ces établissements fédéraux, puisque 26 cas ont été recensés dans six pénitenciers de l'Ontario parmi les gestionnaires et les agents correctionnels.

Personnel infecté dans les pénitenciers fédéraux en Ontario* :

  • Joyceville (Kingston) : 10
  • Wakerton : 8
  • Grand Valley Institution (Kitchener) : 5
  • Bath (Kingston) : 1
  • Millhaven (Kingston) : 1
  • Collins Bay (Kingston) : 1

Source : Service correctionnel Canada

Le premier ministre Doug Ford a par ailleurs demandé à Ottawa d'abandonner son projet pilote après en avoir été averti. Je n'y croyais pas, nous faisons tous des erreurs, mais ne donnons pas à nos plus dangereux criminels au pays des vaccins qui pourraient être réservés à nos personnes âgées, a-t-il dit.

Photo des murs avec barbelés de la prison Collins Bay à Kingston.

Le pénitencier Collins Bay dans la région des Mille-Îles.

Photo : La Presse canadienne / Lars Hagberg

La Société John Howard du Canada rappelle que le projet pilote d'Ottawa ne concerne que près de 5 % des détenus au pays.

Le groupe de défense ajoute que les prisonniers ont des droits et qu'on ne devrait pas refuser aux plus vulnérables d'entre eux le droit de se faire vacciner en priorité, pour la seule raison qu'ils sont emprisonnés.

Dans un communiqué, le Service correctionnel du Canada parle de détenus à risque, âgés et médicalement vulnérables.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !