•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La vaccination prioritaire des détenus âgés critiquée par les conservateurs

Un homme tient les barreaux d'une cellule de prison.

Au moins 1200 doses ont été réservées pour immuniser 600 prisonniers de 70 ans et plus contre la COVID-19.

Photo : Shutterstock

La Presse canadienne

Les conservateurs s'offusquent d'un projet pilote qui vise à vacciner en priorité les prisonniers les plus âgés et les plus vulnérables contre la COVID-19.

Le Syndicat des agents correctionnels du Canada (SACC) dit que 1200 doses de vaccins seront livrées cette semaine dans le cadre de ce projet pilote, mais il n'a pas été possible de savoir quels pénitenciers y auront droit.

Cela voudrait dire que 600 détenus auront droit à deux doses chacun.

Le projet pilote vise à immuniser en priorité les détenus de 70 ans et plus, suivant les recommandations du Comité consultatif national de l'immunisation (CCNI). Les autres détenus et les agents correctionnels y auront droit dans la deuxième phase.

Mais la nouvelle, d'abord dévoilée par le réseau CTV, a été vivement dénoncée par le chef du Parti conservateur du Canada. Erin O'Toole a déclaré sur Twitter qu'aucun criminel ne devrait avoir droit au vaccin avant un travailleur de la santé de première ligne ou un Canadien vulnérable.

Mario Guillemette, du Syndicat des agents correctionnels du Canada, soutient quant à lui que ses membres devraient être considérés comme des travailleurs de première ligne.

À son avis, le fait de vacciner les agents correctionnels en priorité aurait pour effet d'empêcher les éclosions de COVID-19 dans les prisons canadiennes. Ces établissements n'ont pas été épargnés; il y a eu jusqu'ici 1146 cas et trois morts parmi les détenus.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !