•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Confinement : des usagers ottaviens du parc de la Gatineau demandent un remboursement

Une personne en randonnée pédestre avec son chien dans le parc de la Gatineau.

Une personne en randonnée pédestre avec son chien dans le parc de la Gatineau

Photo : Radio-Canada / Jonathan Dupaul

Radio-Canada

Une résidente d’Ottawa réclame que la Commission de la capitale nationale (CCN) rembourse les détenteurs de laissez-passer qui donnent accès aux sentiers du parc de la Gatineau, dans la province voisine.

Liette Philippe et son mari habitent le secteur de Barrhaven, à Ottawa. Le couple ontarien s’est acheté des laissez-passer de saison pour pratiquer le ski de fond dans les pistes du parc de la Gatineau, en sol québécois, cet hiver.

Mais avec les mesures sanitaires en place, les déplacements interprovinciaux fortement déconseillés par les autorités et la quarantaine de 14 jours qui s’impose lorsqu’on quitte la province, Liette Philippe a pris la décision d’annuler sa saison de ski.

Nous voulons faire partie de la solution, pas du problème, dit-elle.

Le prix d'un laissez-passer d'hiver pour le parc de la Gatineau comme celui acheté par Mme Philippe s'élève à 200 $ ou à 172 $ en prévente. Les cartes d’accès pour la raquette et le vélo sur neige peuvent quant à elles coûter jusqu’à 60 $ pour la saison.

Mme Philippe a tenté la semaine dernière de se faire rembourser les laissez-passer qu’elle n’utilisera pas cet hiver, mais la CCN lui a répondu qu’elle n'allait considérer l’option de rembourser ses usagers qu’à la fin de la saison.

Je pense que la saison est terminée. Je ne pense pas qu'ils lèveront les restrictions en place, croit Mme Philippe.

La CCN a indiqué que le remboursement n’était pas le seul moyen d'indemniser les détenteurs de laissez-passer pour le parc de la Gatineau. Elle envisage d'offrir des crédits pour l'hiver prochain.

Notre argent est pratiquement retenu en otage par la CCN. Nous ne pouvons pas utiliser ce budget pour nous joindre à un autre club de ski ici, déplore Mme Philippe.

D’après un reportage de Ryan Patrick Jones, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !