•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les élections municipales de novembre compliquées par la pandémie

L'entrée de bureaux de vote lors des élections municipales

L'entrée de bureaux de vote lors des élections municipales

Photo : Radio-Canada / Lynda Paradis

Les mesures sanitaires imposées par la pandémie de COVID-19 auront un impact considérable sur la planification et le déroulement des élections municipales de novembre.

La greffière de Saguenay, Caroline Dion, tiendra à nouveau le rôle de directrice des élections. Elle a signifié à la mairesse Josée Néron que l’organisation du scrutin prend la forme d’un véritable casse-tête puisque tout doit normalement être ficelé en avril de l’année électorale.

Ça va être un moment d’élection assez particulier. En avril, on doit tout prévoir ce qui peut se passer jusqu’en novembre. De part et d’autre, ça va être de bons défis pour tout le monde , a convenu la mairesse Néron, au cours d'une entrevue accordée à Radio-Canada.

Alors que l’incertitude plane, à la veille de l’annonce pressentie d’un confinement général de plusieurs semaines par le gouvernement Legault, certains élus réfléchissent aux façons qu’ils emploieront pour mener leur campagne.

Josée Néron réitère son intention de briguer la mairie de Saguenay pour un second mandat, mais admet que les défis seront nombreux et les enjeux très complexes.

On va essayer de réinventer les choses. Ça reste que pour beaucoup de gens, leurs réseaux sociaux sont leurs connaissances. D’aller connecter avec monsieur et madame Tout-le-Monde, c’est à ça que servaient les rassemblements et les rencontres avec les groupes. Là, les gens avaient l’occasion de nous connaître. Ce sera un peu plus compliqué avec la pandémie. On verra. On va essayer d’adapter les choses , poursuit la mairesse.

Des retraits à prévoir?

Le conseiller municipal Jean-Marc Crevier, qui représente le district #6, à Jonquière, réfléchit à son avenir politique. Si des rumeurs de plus en plus persistantes l’envoient dans la course à la mairie, l’élu avoue qu’il considère toutes ses options, incluant un retrait du monde municipal.

Tout est sur la table. Je peux soit me présenter à la mairie, soit me présenter comme conseiller ou soit ne pas me présenter du tout , répond-il lorsque questionné au sujet de ses intentions.

Jean-Marc Crevier confie que des gens lui mettent de la pression pour qu’il brigue le poste de premier magistrat, des appuis provenant, dit-il, des trois arrondissements de la ville. Il affirme cependant que la pandémie le force à analyser tous les scénarios et leurs implications.

Au départ, faire campagne, ce n’est pas une mince tâche , dit-il, ajoutant que faire campagne de façon virtuelle n’est pas l’apanage de tous et que les jeunes candidats s’y retrouvent généralement plus facilement.

Jean-Marc Crevier prendra une décision au cours des prochaines semaines, selon l’évolution de la situation.

Le président du comité des finances de Saguenay, Michel Potvin, qui a récemment claqué la porte du parti de la mairesse Néron, l’Équipe du renouveau démocratique (ERD), n’est pas prêt à ouvrir son jeu non plus. Candidat ou pas, il affirme qu’il présentera bientôt sa propre stratégie pour assainir les finances publiques de Saguenay, des propositions qui, assure-t-il, risquent de frapper fort .

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !