•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des élus jonquiérois en colère contre la mairesse Néron

Julie Dufour répond aux questions de Radio-Canada.

La conseillère municipale et présidente de l'arrondissement Jonquière, Julie Dufour.

Photo : Radio-Canada

La décision de la mairesse Josée Néron de tenir une consultation publique pour déterminer comment seront utilisées les compensations versées par Hydro-Québec pour l’implantation de la ligne Micoua-Saguenay suscite de vives réactions à l’arrondissement de Jonquière.

Selon des informations obtenues par Radio-Canada, une rencontre impliquant les élus de l’arrondissement, tenue mardi matin, s’est avérée fort mouvementée, alors que la présidente, Julie Dufour, n'a vraiment pas apprécié la démarche annoncée par la mairesse dans un communiqué de presse.

Bien que les élus jonquiérois se réjouissent du fait que les quelque 600 000 $ consentis par la société d’État soient octroyés à Jonquière, là où les impacts de la nouvelle ligne hydroélectrique de 750 kV seront le plus visibles, la présidente Dufour aurait été furieuse d’apprendre que la mairesse a opté pour la voie de la consultation citoyenne.

La présidente se serait attendue à ce que le conseil d’arrondissement puisse décider lui-même du projet bénéficiaire des redevances.

Questionnée à ce sujet en fin d’après-midi, mardi, Julie Dufour n’a pas voulu commenter le dossier, sous prétexte qu’elle souhaite prendre le temps de réfléchir avant d’expliquer son point de vue publiquement.

Je l’ai appris en même temps que tous les médias alors que l’arrondissement de Jonquière travaillait déjà sur un projet , s’est-elle contentée de dire.

Ce projet, sur lequel le conseil d’arrondissement de Jonquière planche depuis un certain temps, concerne l'implantation d’un circuit de réalité augmentée à caractère récréotouristique, avons-nous appris. C'est pour ce circuit que la plupart des élus de Jonquière souhaitaient utiliser les compensations de Micoua-Saguenay. Le trajet serait comparable au projet Filière 13, déployé à Alma. Il s’agirait d’un produit d’appel à saveur culturelle permettant aux visiteurs de découvrir des pans d’histoire de Saguenay, comme le glissement de terrain de Saint-Jean-Vianney. Le musée Sir William Price de Kénogami et l’église Sainte-Thérèse d’Arvida seraient des lieux phares du trajet, lequel pourrait être franchi à vélo en employant des portions de la piste cyclable.

Josée Néron a plutôt décidé qu’il en revenait aux citoyens de statuer sur ce qu’ils veulent réellement. Dans son communiqué, elle cite, entre autres, la refonte du parc de la Rivière-aux-Sables, au centre-ville, et l’amélioration des abords du pont d’aluminium, à Shipshaw, comme des projets qui pourraient être relevés par les citoyens.

Ce que j’entends c’est qu’il y a des élus qui étaient très confortables avec cette consultation-là, d’autres moins. Une consultation, c’est une consultation. Certains peuvent y voir un danger, mais moi, personnellement, je n’ai jamais été inconfortable avec le fait de présenter un projet à la population pour voir si elle était derrière ou pas , a commenté Josée Néron, plus tard dans la journée.

Seul le conseiller Jean-Marc Crevier se serait montré en faveur de la décision de la mairesse, lui qui estime que d’autres projets méritent d’être considérés et qu’il en revient aux Jonquiérois de décider.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !