•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Reconfinement total probable : l’Outaouais sur le qui-vive

Des employés travaillent dans une cuisine de restaurant.

Les employés du restaurant Les Vilains Garçons, à Gatineau, en train de terminer des plats à emporter. L'Association Restauration Québec demande un plan concret pour la réouverture des restaurants de la province. (Archives)

Photo : Radio-Canada

L’inquiétude monte en Outaouais alors que le reconfinement complet du Québec point à l’horizon.

Le point de presse que donnera le premier ministre François Legault mercredi, à 17 heures, est attendu avec appréhension dans la région. La province annoncerait un confinement strict qui pourrait ressembler à celui vécu au printemps. Un couvre-feu serait également envisagé.

L’application de ces mesures pourrait commencer samedi et durer de trois à quatre semaines.

Dans la MRC de La Vallée-de-la-Gatineau, les mesures de santé publique déjà rehaussées ont été plus difficiles à faire respecter pendant les Fêtes, observe la préfète Chantal Lamarche. Encore une fois, ceux qui ont écouté seront pénalisés. Je trouve ça effrayant, dit-elle.

Dans les premiers mois de la pandémie, les contrôles routiers avaient « extrêmement [bien] marché ». La préfète n'exclut pas l’option d’en mettre en place de nouveau. S’il faut aller là, on va y aller, anticipe Chantal Lamarche.

Une vraie claque économique

Économiquement, on va manger une vraie claque, continue la préfète.

Au sein de la communauté d’affaires, l’instabilité avec laquelle les entrepreneurs doivent composer génère énormément d’inconfort, renchérit le président par intérim de la Chambre de commerce de Gatineau (CCG), Stéphane Bisson.

L’organisation fait une demande aux différents gouvernements : celle d’aider les entrepreneurs pour qu’ils puissent continuer d’opérer en confinement. Par exemple, en ce qui a trait aux pouvoirs de la Ville, « on est à la veille de recevoir notre facture de taxes municipales. [...] Est-ce qu’il y a une flexibilité qui peut être offerte? », demande le président par intérim.

On sait qu’il faut regarder les éléments dans leur ensemble. Il faut que tout le monde mette l’épaule à la roue pour permettre de garder l’économie active.

Une citation de :Stéphane Bisson, président par intérim de la CCG

L’Association des restaurateurs du Québec (ARQ) abonde dans le même sens. Le regroupement d’environ 5 600 membres demande au gouvernement provincial un plan de réouverture concret ainsi qu’une aide financière qui ne soit pas sous forme de prêts.

Pour les restaurants, les commandes à emporter génèrent au maximum 30 % des revenus habituels d’un restaurant. Pour survivre, c’est très peu. À moyen terme, ce n’est pas ça qui va permettre aux restaurants de rester ouverts, malheureusement, déplore la porte-parole de l’ARQ, Dominique Tremblay.

Un flou pour la construction

Une mise sur pause de la construction résidentielle serait une grave erreur, regrette le directeur général de l’Association des professionnels de la construction et de l’habitation du Québec (APCHQ) pour l’Outaouais et l’Abitibi-Témiscamingue, Nicolas Brisson. À Gatineau, près de 2800 unités sont en chantier tandis que le taux d’inoccupation frise les 1,5 %, d'après les chiffres les plus récents.

« C’est le pire taux d’inoccupation au Québec, ex aequo avec la région de Montréal. [...] Si le gouvernement arrête la construction pendant quelques semaines, il y a des ménages qui vont se retrouver à la rue ou qui devront se trouver un logement », entrevoit-il.

Avec les informations de Jérémie Bergeron et Josée Guérin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !