•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : début de la vaccination au Nunavut

Une seringue dans un flacon du vaccin de Moderna.

Les trois territoires du Grand Nord ont dû attendre et privilégier le vaccin de Moderna pour des raisons de logistique.

Photo : Gouvernement des Territoires du Nord-Ouest

Le gouvernement du Nunavut commencera la vaccination contre la COVID-19 de ses habitants les plus à risques mercredi à la résidence pour aînés d’Iqaluit et la semaine prochaine dans certaines communautés isolées.

Le médecin hygiéniste en chef du territoire, Michael Patterson, a dévoilé sa stratégie pour le déploiement de l’immunisation en conférence de presse mardi.

Les prochains mois, le Nunavut compte prioriser la vaccination des résidents de ses résidences pour aînés ainsi que leurs membres du personnel et organiser des cliniques de vaccination avec ou sans rendez-vous dans ses 25 collectivités.

Selon le Dr Patterson, l'horaire et les détails du déploiement de la vaccination pour les Nunavois dépendront beaucoup de la livraison des nouvelles doses de vaccin Moderna.

Avec les 6000 premières doses reçues mercredi à Iqaluit et à Rankin Inlet, le gouvernement compte vacciner ses 3000 premiers résidents.

La vaccination débutera mercredi à la résidence pour aînés d’Iqaluit et avec des cliniques de vaccination organisées à Gjoa Haven et à Igloolik, les 11 et 12 janvier, à Arviat, du 14 au 18 janvier, et à Cambridge Bay, du 14 au 16 janvier.

Les résidents adultes de ces quatre communautés devront contacter leur centre de santé à l’avance pour réserver leurs doses.

Le premier ministre et le médecin en chef du territoire vêtus de manteaux au pied d'un avion.

Le premier ministre du Nunavut, Joe Savikataaq, et le médecin hygiéniste en chef, Michael Patterson, ont accueilli les premières doses du vaccin, mercredi.

Photo : Gouvernement du Nunavut

Le vaccin de Moderna nécessite deux doses, qui doivent être administrées à quatre semaines d'intervalle. Des cliniques seront donc organisées quatre semaines plus tard dans les mêmes communautés.

Le nombre de résidents qui se feront vacciner, l'arrivée des prochaines doses et le nombre de vaccins compris dans la prochaine livraison dicteront quelles seront les prochaines communautés où seront organisées les cliniques de vaccination, selon le Dr Patterson.

Il a ajouté que les communautés pour la prochaine ronde de vaccination seront choisies en fonction de leur niveau de risques et de leur accès au soutien médical.

La vaccination est volontaire, mais j'encourage autant de Nunavois admissibles que possible à se faire vacciner, a déclaré le médecin hygiéniste en chef. C'est actuellement la meilleure protection que les Nunavois peuvent avoir contre le COVID-19.

Michael Patterson lors d'un point de presse à l'Assemblée législative du Nunavut.

Le médecin hygiéniste en chef du Nunavut, Michael Patterson

Photo : Radio-Canada / Matisse Harvey

Comme dans les deux autres territoires, le gouvernement fédéral a promis de fournir assez de doses du vaccin de Moderna pour vacciner jusqu’à 75 % de la population admissible au Nunavut d’ici la fin du mois de mars. Cela représente environ 38 000 doses pour 19 000 résidents.

Aucun cas actif au Nunavut

En date de dimanche, le Nunavut ne compte plus aucun cas actif de COVID-19 sur son territoire.

Jusqu’à maintenant, 266 Nunavois ont contracté le virus, dont 222 dans la collectivité d’Arviat.

Le Nunavut ne compte qu’un seul décès, mais le premier ministre, Joe Savikataaq, a confirmé mardi que quatre autres personnes ont succombé à la maladie à l'extérieur du territoire après l’avoir contractée dans les provinces où elles se trouvaient.

En conférence de presse, le Dr Patterson a affirmé que son équipe était en contact avec ces provinces pour décider si ces morts compteront au Nunavut ou dans les régions où ils ont contracté le virus.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !