•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Collectionner les autoneiges pour perpétuer le patrimoine québécois

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Jany Rochon pose fièrement devant son autoneige B12 datant de 1947.

Le reportage de Marie Maude Pontbriand

Photo : Radio-Canada / Alicia Rochevrier

Certains collectionnent les timbres, d'autres les cartes de hockey... Jany Rochon, lui, est fasciné par les autoneiges, une passion qu'il cultive depuis plus de 20 ans. Sa collection compte aujourd'hui une trentaine de modèles.

Ma passion pour les autoneiges Bombardier, en fait, je pense que je suis né avec, affirme Jany Rochon. L’homme de 39 ans restaure des véhicules Bombardier depuis l’adolescence.

C’est dans le fond d'un rang de Saint-Augustin-de-Desmaures, sur la ferme familiale, qu’il cache ses trésors.

La pièce la plus ancienne est une réplique de la première autoneige de Joseph-Armand Bombardier. C'est vraiment une copie conforme de la première invention de Joseph-Armand Bombardier, qui a été construite en 1922 avec son frère Léopold.

Un bolide qui n’a pas fait beaucoup de kilométrage, explique Jany Rochon. C'est un véhicule qui est excessivement dangereux, c'est pratiquement un hachoir à viande, l'hélice tourne ici, pis ça prend quelqu'un juste ici pour gérer les commandes du moteur.

Les premiers modèles d'autoneiges à hélice inventés par Joseph-Armand Bombardier.

Les premiers modèles d'autoneiges à hélice inventés par Joseph-Armand Bombardier.

Photo : Radio-Canada / Marie Maude Pontbriand

Une dizaine d’années plus tard, Joseph-Armand Bombardier récidive avec un engin à hélice, mais cette fois, il inclut un habitacle pour plus de sécurité. Ce modèle fait aussi partie de la collection de M. Rochon. Collection qu’il exhibe fièrement.

Ce qui m'attire le plus, c'est vraiment de voir l'évolution des véhicules à partir du temps. Au début, les premières années, les véhicules à propulsion qui ont rapidement été troqués par les véhicules à traction, puis rapidement sont arrivées sur le marché les autoneiges B7 et B12 qui ont vraiment servi à sortir les gens de l'isolement, illustre-t-il.

Un véhicule Snowpacker de Bombardier dans la collection de Jany Rochon.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le Snowpacker est l'ancêtre des surfaceuses qu'on retrouve aujourd'hui dans les centres de ski, raconte Jany Rochon.

Photo : Radio-Canada / Alicia Rochevrier

Les autoneiges B7 et B12 ont été produites en de nombreux exemplaires, mais Jany Rochon possède aussi des modèles plus rares comme le Snowpacker ou encore les différents véhicules mis au point pour la prospection minière et forestière.

Un musée vivant

Pour l'instant la visite de la collection de M. Rochon n'est pas possible pour le public, mais cela pourrait changer.

Le but de rassembler la collection, c'est de faire un musée à long terme. C'est pour garder en quelque sorte la mémoire de l'ingéniosité québécoise.

Jany Rochon, collectionneur

Jany Rochon rêve d'un musée vivant où les autoneiges pourraient être observées en action dans la forêt derrière chez lui.

Avec la collaboration d'Alicia Rochevrier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !