•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelle grève de la faim pour une centaine de détenus à Saskatoon et à Prince Albert

Affiche du centre de détention de Saskatoon.

Les détenus dénoncent un surpeuplement au sein des prisons provinciales (archives).

Photo : Radio-Canada / Matthew Garand

Radio-Canada

Une centaine de détenus en Saskatchewan font actuellement une grève de la faim pour dénoncer la gestion de la pandémie de COVID-19 au sein des prisons provinciales.

Près de 90 prisonniers au centre correctionnel de Saskatoon et 14 à la prison de Pine Grove, à Prince Albert, prennent part au mouvement. Ils dénoncent notamment le surpeuplement des établissements, le nombre de tests de dépistage insuffisant et l’absence de masques au début de l’éclosion de la maladie.

En novembre, des détenus avaient mené des actions similaires pour signaler ces problèmes.

À l’appui du mouvement, les détenus exigent la démission de la ministre des Services correctionnels et de la Police, Christine Tell. Dans un courriel envoyé lundi à CBC/Radio-Canada, un détenu appelle aussi la ministre à présenter ses excuses.

Corey Cardinal, actuellement incarcéré au centre correctionnel de Saskatoon, écrit que les mauvaises conditions ne touchent pas seulement les détenus, mais aussi les agents qui travaillent dans les prisons.

La pandémie a aussi touché le personnel en créant un environnement de travail dangereux pour les agents correctionnels qui doivent travailler dans un environnement potentiellement hostile avec des détenus stressés, écrit Corey Cardinal.

Sherri Maier, qui défend le droit des détenus en Saskatchewan, dit que les éclosions du virus au sein des pénitenciers sont particulièrement inquiétantes, car elles détériorent la santé mentale des détenus. Des critiques que la femme d’un détenu a aussi exprimées il y a quelques jours.

Une des prisons qui montrent les chiffres les plus inquiétants au Canada en ce moment est le pénitencier de la Saskatchewan. La responsable, Lee Ann Skene, a très récemment annoncé que les détenus ayant contracté la COVID-19 seraient mis en quarantaine dans leur propre cellule.

De son côté, le ministère des Services correctionnels et de la Police n’a pas encore répondu aux appels à la démission de la ministre.

Les détenus ne sont d’ailleurs pas compris dans la phase 1 du plan de vaccination de la province, malgré de nombreuses critiques qui ont suivi cette décision.

Avec les informations de Dan Zakreski

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !