•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le ski de fond chez de jeunes Cris en Saskatchewan, sur la piste du mieux-être

Des enfants, à skis, dans la neige.

« Il s'agit en fait d'un chemin métaphorique, un chemin de randonnée; nous ne savons pas exactement où nous allons, mais nous savons que nous devons commencer », a expliqué Sean Lessard, coordonnateur du programme.

Photo : CBC / Cameron Roe

Radio-Canada

Un programme sportif baptisé « Aurore boréale », qui promeut le bien-être des jeunes par l’activité physique, fait actuellement le bonheur de plusieurs élèves de la nation crie de Montreal Lake, en Saskatchewan. Son objectif est multiple : améliorer leur qualité de vie, consolider le sentiment de fierté collective et leur transmettre de nouvelles aptitudes.

Montreal Lake se situe à environ 160 kilomètres au nord de Saskatoon. Comme de nombreuses communautés autochtones isolées en milieu rural, la santé mentale et physique des jeunes constitue une préoccupation majeure.

Natif du lieu, Sean Lessard n'y a pas grandi, mais en tant que coordonnateur de la réussite des élèves de la communauté, il s'y rend souvent. M. Lessard ne tarit pas d’éloges au sujet du partenariat de sa communauté avec Spirit North, une organisation à but non lucratif créée par l’athlète Beckie Scott, ancienne fondeuse et médaillée olympique.

Cette organisation travaille collégialement avec les communautés autochtones pour promouvoir des programmes sportifs comme le ski de fond ou le canoë.

J'ai pensé que ce serait l'accord parfait avec la nation crie de Montreal Lake, se souvient M. Lessard. Les jeunes sont avides d’activités et d'apprendre des choses variées.

La santé mentale et le bien-être sont des lacunes importantes, très importantes. Nous devons donc donner aux enfants des opportunités de faire des activités différentes, poursuit M. Lessard qui espère pouvoir aider ses élèves à trouver un sentiment de bien-être par l'activité physique.

Il s'agit en fait d'un chemin métaphorique, un chemin de randonnée; nous ne savons pas exactement où nous allons, mais nous savons que nous devons commencer.

Sean Lessard, coordonnateur de programme

Récemment, la pandémie de COVID-19 a obligé la communauté à fermer ses points d'accès, à certains moments, ce qui a entravé le déroulement des activités.

Immersion stratégique

Comme de nombreuses communautés autochtones à proximité des grands centres urbains, les enseignants font souvent la navette et ne vivent pas dans les communautés. Selon M. Lessard, il est donc difficile de mettre en place des programmes parascolaires efficaces pour les enfants qui y vivent.

Pour assurer le succès des programmes Spirit North, ses coordonnateurs Cameron Roe et Nadya Crossman-Serb vivent au sein des communautés pendant un an afin d’aider à mettre sur pied les activités sportives.

Cameron Roe et Nadya Crossman-Serb, dans la neige.

Cameron Roe et Nadya Crossman-Serb dirigent la programmation de Montreal Lake.

Photo : CBC / Cameron Roe

Nous sommes très heureux d'être ici pour une longue période, de développer des relations plus durables et d'être plus ancrés dans la communauté, témoigne M. Roe.

C'est comme si je redonnais autant de connaissances que j’en ai reçues [...]. C'est la meilleure chose à faire pour moi, renchérit à son tour Nadya Crossman-Serb, athlète métisse et ancienne sprinteuse de canoë avec l'équipe nationale canadienne.

Sur place, les coordonnateurs formeront leurs successeurs parmi les membres de la communauté, afin qu'ils gèrent eux-mêmes les programmes par la suite.

Avec les informations de Kyle Muzyka

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !