•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le procès du Dr Jean Robert Ngola aura lieu en juin

Jean-Robert Ngola est toujours ébranlé par les attaques racistes qu'il a subies.

Le procès de JeanRobert Ngola aura lieu en juin.

Photo : Judy Trinh / CBC

Radio-Canada

Le procès du médecin Jean Robert Ngola aura lieu en juin. Toutefois, les avocats de la défense pourraient demander un arrêt des procédures s’ils n’obtiennent pas tous les éléments de la divulgation de la preuve.

Le médecin Jean  Robert Ngola n’était pas présent lors de l’audience au palais de justice de Campbellton. Il était représenté par ses avocats Christian Michaud, Joël Étienne et Jules César Katagurutse, qui sont intervenus par voie téléphonique.

Me Michaud a indiqué à la juge Suzanne Bernard de la cour provinciale que son équipe n’avait toujours pas reçu toute la divulgation de la preuve et qu’elle pourrait demander un arrêt des procédures contre le Dr Ngola. C’est la troisième fois que la défense indique ne pas avoir reçu tous les éléments de preuve nécessaires. 

L’avocat demande d’obtenir des éléments de communication, en provenance du bureau du premier ministre.

L'avocat du gouvernement du Nouveau-Brunswick, Christian Michaud, en entrevue télévisée.

L'avocat Christian Michaud

Photo : Radio-Canada / Catherine Allard

Il dit toutefois avoir bon espoir de voir les procédures aller de l’avant à la suite des discussions avec le procureur, Me Sébastien Michaud.

Neuf jours ont été réservés pour le procès qui devrait avoir lieu entre le 15 et le 25 juin. La Couronne a indiqué qu’elle prévoyait présenter une quinzaine de témoins.

Les avocats conviendront des dates finales lors d’une conférence de suivi le 22 février.

Un procès attendu

Le Dr Jean Robert Ngola est accusé d’avoir omis de s’isoler pendant 14 jours en rentrant au Nouveau-Brunswick après un voyage au Québec en mai. L'accusation a été portée contre lui en vertu de la Loi sur les mesures d’urgence. Il s’agit d’une affaire non criminelle qui est traitée comme une infraction.

L’affaire avait fait grand bruit après que les autorités provinciales eurent dévoilé lors d’une conférence de presse que la source de l’éclosion au Restigouche était un médecin. Le nom et la photo du Dr Ngola avaient rapidement circulé sur les médias sociaux.

Le médecin a depuis quitté la province pour s’établir au Québec.

Avec les informations de Serge Bouchard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !