•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une dure année « à oublier » pour le tourisme

Des patineurs au centre-ville de Rivière-du-Loup.

Les touristes québécois qui ont afflué dans la région dans les derniers mois ont aidé l'industrie touristique de Rivière-du-Loup à passer cette dure année (archives).

Photo : Ville de Rivière-du-Loup

Radio-Canada

Malgré un certain achalandage durant l’été, l’année 2020 est à oublier pour l’industrie touristique de l’Est-du-Québec. Alors que l’heure est au bilan et aux prévisions pour la prochaine année, les perspectives pour 2021 ne s'annoncent guère mieux.

C’est ce que craint la présidente de Tourisme Rivière-du-Loup, Joanna Lortie, qui est très déçue de la tournure des événements, après un début d'année 2020 alors prometteur.

Du côté des activités, comme des congrès et des événements, à Rivière-du-Loup, notre calendrier laissait présager la meilleure année de tous les temps avant la COVID. La pandémie a mis fin à tout cela, raconte Mme Lortie.

Pour l’industrie, c’est plutôt une année à oublier!

Une citation de :Joanna Lortie, présidente, Tourisme Rivière-du-Loup

La subvention salariale déployée par le gouvernement fédéral aura tout de même permis de sauver les meubles, indique la présidente.

En dépit des subventions, l'impossibilité de se rassembler en zone rouge représente tout de même un obstacle majeur pour les entreprises touristiques.

À Saint-Gabriel-de-Rimouski, la copropriétaire du domaine de villégiature Valga, Catherine Gagné, a dû renoncer à ouvrir durant la période des fêtes. Une décision d'autant plus difficile qu'il s'agit d'une période d'habitude rentable pour son entreprise.

Ça ne vaut pas la peine côté rentabilité, c'est trop minime et notre clientèle habituelle, ce sont des fêtes de famille et des regroupements. Le mois de décembre, c'était d'habitude des fêtes d'entreprises, donc ça c'est sûr qu'on n'en a pas eu cette année , explique Mme Gagné.

Catherine Gagné se tient debout devant son domaine.

Catherine Gagné a vu ses revenus chuter de 86% en 2020.

Photo : Radio-Canada / Simon Turcotte

Même son de cloche du côté de Tourisme Gaspésie et de sa directrice générale, Joëlle Ross.

Elle déplore que malgré l’achalandage de cet été, il n’ait pas été possible d’atteindre un nombre satisfaisant de visiteurs en 2020, qui avait totalisé près de 780 000 personnes en 2019.

L’année 2021 s’annonce tout aussi incertaine selon Mme Ross, qui explique que la saison touristique hivernale, notamment pour la motoneige, se trouve grandement affectée par la deuxième vague de la pandémie.

Ajoutées à la baisse d’achalandage, les dépenses importantes liées aux différentes mesures sanitaires représentent un fardeau de plus pour les entreprises.

La saison hivernale va être difficile et il va falloir y aller au jour le jour et au meilleur de nos connaissances. Pour nous à date, il n'est pas prévu qu'on dise aux gens de venir chez nous, déplore Mme Ross.

Le chalet du domaine Valga.

Au domaine Valga, le tourisme de motoneige est grandement affecté par l'impossibilité de se réunir en zone rouge.

Photo : Radio-Canada / Simon Turcotte

La présidente de Tourisme Rivière-du-Loup, espère que la situation pourrait changer si la vaccination contre la COVID-19 se révèle un succès, mais encore faut-il être prêt.

On va avoir besoin d’adaptation. Je ne vous cacherai pas qu’on va être un peu rouillé. Peut-être qu’à l’automne on va pouvoir avoir des événements de moyenne envergure, mais on va voir, précise Mme Lortie.

La neige salvatrice attendue

Le manque de neige dans la région est aussi un facteur qui aggrave cette situation selon la présidente de Tourisme Rivière-du-Loup, qui qualifie la saison de motoneige de catastrophique.

La motoneige est un sport d’hiver très prisé au Bas-Saint-Laurent, mais avec le peu de neige qu’on a, c’est au point mort. Une bonne bordée, ça ferait du bien, soutient Joanna Lortie.

Avec les informations de Éric Gagnon et de Isabelle Damphousse.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !