•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La construction a le vent dans les voiles malgré la pandémie

Un entrepreneur est debout sur la charpente d’une maison.

Plusieurs propriétaires se sont lancés dans des rénovations durant le confinement. (archives)

Photo : Radio-Canada / Marc Godbout

Radio-Canada

Contrairement à d’autres secteurs de l’économie, la construction a connu une certaine vitalité dans la dernière année, alors que les Québécois ont eu plus de temps pour envisager des rénovations.

La COVID-19 a compliqué la tâche de bien des entrepreneurs en construction. Comme plusieurs de ses collègues, Jean-Daniel Drapeau a dû revoir à de nombreuses reprises les échéanciers des différents projets qu'il avait à réaliser.

Avec du recul, cependant, le directeur des opérations et surintendant pour AGM Construction constate que la pandémie n'aura pas eu d'impacts catastrophiques dans son domaine.

Que ce soit dans le secteur résidentiel ou commercial, pour des rénovations ou des constructions neuves, les Québécois ont eu amplement le temps de réfléchir à leurs projets au cours du confinement.

Le budget voyage s'est transféré en investissement immobilier. Les terrasses, les aménagements extérieurs et les coins feu, on en a profité cet été! observe M. Drapeau.

Un homme donne une entrevue devant un empilement de planches de bois.

Jean-Daniel Drapeau, directeur des opérations et surintendant pour AGM Construction

Photo : Radio-Canada / Patrick Bergeron

À titre d'exemple, la Ville de Rivière-du-Loup a délivré 200 permis de rénovation ou de construction de plus que l'année dernière : plus de 1300 en 2020, comparativement à 1100 en 2018 et en 2019.

L'Association des professionnels de la construction et de l'habitation du Québec (APCHQ) note également une hausse du nombre de chantiers dans la dernière année, même durant le congé forcé de six semaines dû à la pandémie.

La première semaine où la construction a recommencé, ç'a été fou. J'ai dû faire au moins 20 soumissions dans la même semaine, se rappelle Anthony Bernier, président d'ABConstruction KRTB.

Pénurie de matériaux

Cette relance inespérée a aussi créé des problèmes inattendus. Vers la fin de la saison estivale, certains matériaux sont devenus plus difficiles à trouver.

La terre a arrêté de tourner pendant six semaines, sauf pour les services essentiels. Toutes les usines, comme celles de portes et fenêtres, ont ensuite recommencé, mais avec moins de monde, en agrandissant la chaîne [de production] et [en espaçant] les personnes qui y travaillent. Ça a amené un ralentissement de la production, explique Jean-Daniel Drapeau.

Souvent, pour terminer des projets, j'ai fait la tournée des quincailleries par ici et j'ai même dû aller chercher du matériel à Québec, explique de son côté Anthony Bernier.

Ce problème a aussi frappé de plein fouet les quincailleries. Chaque année, les propriétaires des commerces commandent en décembre le bois d'œuvre qu'ils pourront vendre le printemps et l'été suivants.

À partir du mois d'août, on a commencé à avoir des ruptures de stock et de la difficulté à s'approvisionner. Vu qu'il y avait de la rareté sur le marché, les prix se sont mis à gonfler, rapporte Karine Anctil, propriétaire du magasin Rona de Rivière-du-Loup.

Un employé dépose deux planches de deux par quatre sur un chariot élévateur.

Le prix du bois a augmenté durant la pandémie (archives).

Photo : La Presse canadienne / DARRYL DYCK

Pour certains produits, le prix a doublé au cours de la dernière année. Résultat : certains résidents ont décidé de reporter leurs projets de construction. Selon plusieurs experts, il serait étonnant de voir les prix retourner à ce qu'ils étaient avant la pandémie.

C'est sûr que ça va baisser un peu, mais pas tant que ça. On s'attend encore à avoir un très gros printemps parce que la pandémie ne sera pas finie, prévoit Mme Anctil.

Les entrepreneurs ne s'attendent pas à subir les contrecoups du prix des matériaux. Ils croient que les travaux et les rénovations continueront d’avoir la cote en 2021.

D’après le reportage de Patrick Bergeron.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !