•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trump exhorte un responsable à « trouver » des bulletins à son nom en Georgie

Donald Trump en gros plan sur fond noir.

Le président sortant des États-Unis, Donald Trump

Photo : Reuters / JONATHAN ERNST

Radio-Canada

Donald Trump a demandé au principal responsable des opérations électorales de Georgie de « trouver » les bulletins de vote nécessaires afin de faire annuler sa défaite dans l’État de la Georgie, au cours d’un appel téléphonique diffusé dimanche par le Washington Post.

Le quotidien a mis en ligne des extraits de cette conversation d’une heure qui a eu lieu samedi entre Donald Trump et Brad Raffensperger, secrétaire d’État de la Georgie.

Nous avons passé beaucoup de temps là-dessus et, si nous pouvons simplement passer en revue certains des chiffres, je pense qu’il est assez clair que nous avons gagné, a déclaré Donald Trump, selon un enregistrement de la discussion réalisé à son insu et rendu public par le Post.

Tout ce que je veux, c'est ceci : je veux simplement trouver 11 780 votes, soit un de plus que ce dont nous avons besoin. Parce que nous avons gagné l'État, a-t-il ajouté, alors que la victoire du démocrate Joe Biden en Georgie avec environ 12 000 voix d'écart a été confirmée par un recomptage et des audits.

La Georgie est l'un des États clés perdus par Donald Trump le 3 novembre qui ont fait basculer le scrutin présidentiel en faveur de son adversaire démocrate.

Invoquant des rumeurs de fraude, Donald Trump a jugé, avec émotion, injuste que l'élection [lui] ait été volée. Il a ensuite accusé le secrétaire d’État de la Georgie d’avoir été au courant d'une potentielle fraude électorale et de ne pas avoir agi.

Vous savez ce qu'ils ont fait et vous n'en parlez pas : c'est un délit, c'est un gros risque pour vous, a-t-il ajouté sur un ton menaçant.

Brad Raffensperger.

Le secrétaire d'État de la Georgie, Brad Raffensperger

Photo : Reuters / Elijah Nouvelage

Brad Raffensperger, qui était accompagné d'un avocat de l'État, n'a pas cédé. Nous pensons que nos chiffres sont bons, a-t-il sobrement rétorqué.

Il ne voulait pas, ou ne pouvait pas, répondre à des questions sur la fraude, les bulletins sous la table, la destruction de bulletins, les électeurs hors de l'État, les électeurs morts et autres. Il n'en avait aucune idée.

Une citation de :Donald Trump

Brad Raffensperger lui a répondu, toujours sur Twitter : Respectueusement, président Trump, ce que vous dites n'est pas vrai. La vérité va sortir.

Contestation des résultats

Donald Trump s'est lancé dès novembre dans une croisade pour nier la victoire de Joe Biden, mais a essuyé des échecs systématiques devant la justice et auprès des élus locaux, y compris républicains, qui ont tenu tête à ses pressions.

Il a affirmé à de nombreuses reprises, sans en apporter la preuve, que les résultats du scrutin dans l'État avaient été truqués.

L'ancien procureur général fédéral, William Barr, un proche allié de Donald Trump, a dit qu'il n'y avait aucune preuve de fraude.

Même s'il avait remporté les 16 grands électeurs de Georgie, le président sortant aurait perdu à l'échelle nationale.

Joe Biden.

Le président élu des États-Unis, Joe Biden

Photo : Reuters / MIKE SEGAR

La victoire serrée de Joe Biden en Georgie est la première d'un candidat démocrate à la présidence dans cet État depuis une génération. Le Parti démocrate espère qu'elle lui permettra aussi de remporter les deux élections sénatoriales de mardi, décisives pour le contrôle de la Chambre haute du Congrès.

Le Collège électoral a déclaré le 14 décembre la victoire du démocrate avec 306 grands électeurs contre 232 au président sortant, un score qui doit être certifié mercredi au Congrès en vue de la prestation de serment du quarante-sixième président des États-Unis, le 20 janvier.

Une onde de choc

La diffusion de cet enregistrement a immédiatement suscité une onde de choc à Washington.

De vives critiques ont été exprimées par des responsables démocrates, dont le président de la commission du renseignement de la Chambre des représentants, Adam Schiff.

Adam Schiff lors d'une conférence de presse.

L'élu démocrate Adam Schiff est le président de la commission du Renseignement de la Chambre des représentants.

Photo : Getty Images / Olivier Douliery

Le mépris de Trump pour la démocratie est mis à nu, a commenté l'élu démocrate, jugeant ses pressions potentiellement répréhensibles.

Sa consœur Debbie Wasserman Schultz a dénoncé l'acte d'un président désespéré et corrompu.

Le trouble était également palpable chez les républicains. C'est accablant, a pour sa part tweeté l'élu républicain Adam Kinzinger, appelant les membres de son parti à ne pas suivre le président dans sa contestation des résultats.

Vous ne pouvez pas faire ça en ayant la conscience tranquille.

Une citation de :Adam Kinzinger, élu républicain

Les services de Brad Raffensperger n'ont pas répondu dans l'immédiat à des demandes de commentaire.

La Maison-Blanche n'a pas réagi.

Le président désigné, Joe Biden, qui doit succéder officiellement à Donald Trump le 20 janvier, ne s'est pas non plus exprimé.

Faisant campagne en Georgie en vue du vote de mardi, la vice-présidente élue, Kamala Harris, a qualifié les tentatives de Donald Trump pour renverser le résultat de l'élection d'« abus de pouvoir ».

On entend certainement la voix du désespoir, a-t-elle ajouté à propos de l'enregistrement.

Avec les informations de Associated Press, Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !