•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les astres semblent alignés pour les Maple Leafs de Toronto en 2021

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Le capitaine John Tavares célèbre avec ses coéquipiers après avoir marqué un but.

Le noyau des Maple Leafs n'a pas été touché par les mouvements de personnel effectués cet automne par l'état-major de l'équipe.

Photo : La Presse canadienne / Cole Burston

La dernière saison des Maple Leafs de Toronto s’est terminée sous le signe de l’échec au début du tournoi d'après-saison. Encore. Les astres semblent toutefois être alignés pour que l'équipe de la Ville Reine renverse enfin cette fâcheuse tendance en 2021.


Comment s'est terminé 2020

Des joueurs de hockey à la mine déconfite alors que célèbrent leurs adversaires.

Les Maple Leafs ont raté les séries éliminatoires pour la première fois en quatre ans en 2020.

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

Les Leafs ont déçu en s'inclinant dès le tour des qualifications des séries éliminatoires l'été dernier. Les Blue Jackets de Columbus leur ont montré la porte de sortie en cinq matchs.

Pour une équipe qui disait prétendre aux plus grands honneurs, l'image était plutôt frappante. D'autant plus que Toronto était la ville hôte des équipes de l'Association de l'Est prenant part aux deux premiers tours des séries.

Nous aurions aimé que ce soit linéaire, où, année après année, vous regardez la fin de la saison et vous faites des pas en avant tangibles. Mais malheureusement, le sport et les affaires vont vraiment rarement en ce sens, a raisonné le directeur général Kyle Dubas à l'ouverture du camp d'entraînement de l'équipe.

À l'exception d'une certaine défaite contre un conducteur de surfaceuse en février, les Maple Leafs avaient pourtant bien conclu le calendrier, insufflant une dose d'espoir aux amateurs. L'entrée en scène de l'entraîneur-chef Sheldon Keefe, après le renvoi de Mike Babcock, a donné un second souffle à la formation. Toronto a conclu ses 47 derniers matchs avec 27 victoires, 15 revers et 5 revers en prolongation. Les unités spéciales, entre autres, ont brillé de mille feux.

L'équipe espère faire encore mieux cette année. Kyle Dubas aimerait que les Maple Leafs imitent le Lightning de Tampa Bay et les Bruins de Boston, qui ont dominé la Ligue nationale de hockey ces deux dernières années.

Ce qui a changé depuis

Un homme sourit devant les caméras.

Kyle Dubas a remanié l'effectif des Maple Leafs cet automne.

Photo : La Presse canadienne / Christopher Katsarov

L’état-major des Leafs a procédé à d’importants changements cet automne. Certes, les figures de proue sont les mêmes : Auston Matthews, Mitch Marner, John Tavares vont mener cette équipe sur le plan offensif; William Nylander et Morgan Rielly aussi; et Jake Muzzin assurera encore une présence défensive importante.

Le personnel de soutien, lui, a bien changé. Toronto a tourné la page sur Tyson Barrie, acquis principalement en échange de Nazem Kadri. Il n’a pas produit à la hauteur des attentes. Les attaquants Kasperi Kapanen et Andreas Johnsson ont été échangés pour permettre à l’état-major d'avoir plus de marge de manœuvre sous le plafond salarial. Les contrats de Cody Ceci et du Québécois Frederik Gauthier n’ont pas plus été prolongés.

Les dollars économisés ont principalement été investis pour TJ Brodie, le partenaire de confiance de Mark Giordano ces dernières années à Calgary. Il jouera à droite de Rielly, de quoi solidifier la défense.

Le directeur général a crié haut et fort qu’il souhaitait que son équipe soit plus difficile à affronter à l’avenir. Il a ajouté l’attaquant Wayne Simmonds et le défenseur Zach Bogosian en ce sens avec des contrats à rabais. Dans l’espoir d’unifier les troupes, Kyle Dubas a aussi retenu les services de Jason Spezza et mis sous contrat Joe Thornton, qui cumulent 2759 matchs d’expérience dans la LNH à eux deux.

Thornton, qui a célébré Noël en quarantaine avec Matthews et quelques autres joueurs des Leafs, s’est amené à Toronto dans le seul but de gagner la Coupe Stanley. Il jouera d'ailleurs dans le premier trio avec Matthews et Marner pour commencer la saison.

L'équipe a aussi pris des paris peu risqués à l'endroit de l'attaquant Jimmy Vesey et du défenseur par excellence de la dernière saison dans la KHL, Mikko Lehtonen, qui pourraient s'avérer payants.

Les Maple Leafs connaîtront du succès si…

Auston Matthews se couvre la bouche avec son maillot après le but de l'équipe adverse.

Auston Matthews trouvera le temps long cette saison si ses coéquipiers ne peuvent l'aider sur le plan offensif.

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

… le monstre à quatre têtes auquel ils ont consenti la moitié de leur masse salariale veut bien terroriser la division canadienne.

Auston Matthews était en voie d’atteindre le plateau des 50 buts pour la première fois de sa carrière quand la pandémie a coupé court à la dernière saison. Il aurait même pu battre la marque d’équipe de 54 buts établie par Rick Vaive en 1982.

Dans son cas, il n'y a pas de sang d'encre à se faire. Il a aussi été le meilleur joueur de l'équipe en séries. Mitch Marner, John Tavares et William Nylander, les autres membres de ce Big 4, devront lui emboîter le pas en produisant à la hauteur du salaire faramineux qui leur est versé. Ils n'ont pas toujours eu l'impact souhaité sur les résultats.

Marner a d'ailleurs dit qu'il voulait tirer davantage cette saison. Avec Thornton et Matthews à ses côtés (Nouvelle fenêtre), il ne devrait pas recevoir de mauvaises passes…

En défense, Morgan Rielly et Jake Muzzin ont respectivement raté 23 et 17 matchs l’an dernier. On leur souhaite d'éviter l'infirmerie en 2021, d’autant plus que Muzzin a raté les trois derniers matchs des Maple Leafs en séries alors qu’ils avaient bien besoin de lui. La venue de TJ Brodie et la progression de Justin Holl devraient leur éviter d'avoir à tout faire seuls.

Le succès et la santé. Rien d’étonnant. Bonne année!

Mais l'année sera longue si…

Le gardien Frederik Andersen entre dans le vestiaire.

La saison 2020-21 pourrait être la dernière de Frederik Andersen à Toronto.

Photo : La Presse canadienne / Christopher Katsarov

… les performances attendues devant la cage des Maple Leafs ne sont pas au rendez-vous.

Frederik Andersen n’a pas encore prouvé qu’il a l’étoffe d'un gardien de but capable de mener son équipe loin en séries. Le Danois est fort apprécié dans le vestiaire, mais dans les gradins, les amateurs s’impatientent. La constance n'est pas sa première qualité et coûte cher aux Leafs en séries depuis quatre ans.

Kyle Dubas a fait l'acquisition de Jack Campbell l’an dernier pour lui prêter main-forte (Nouvelle fenêtre). Andersen jouera peut-être un peu moins en saison afin d'être reposé pour sortir le grand jeu en séries.

Le portier de 31 ans se devra de livrer le meilleur de lui-même parce que son contrat vient aussi à terme à la fin de la campagne et il ne risque pas d'être renouvelé s'il échoue encore. La patience de l'état-major a ses limites.

Prédiction

Les Maple Leafs de Toronto sont trop talentueux et les attentes à leur endroit sont trop élevées pour qu’ils déçoivent encore. Les vedettes de l'équipe sont toutes sous contrat et le directeur général compte aussi sur un entraîneur-chef en qui il a confiance. Qui plus est, les représentants de la Ville Reine n'auront même plus à joueur dans l'ombre du Lightning de Tampa Bay et des Bruins de Boston dans la Division atlantique.

Les raisons pour excuser autre chose qu'une première place dans la division canadienne manqueront si l'équipe ne peut accomplir cela. En fin de compte, les Leafs devraient récompenser leurs partisans pour leur patience des dernières années et s'incliner en demi-finale de la Coupe Stanley devant une équipe plus aguerrie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !