•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des cabanes de pêche blanche au fond de la rivière Portneuf

Chargement de l’image

Près de l’endroit où quelques cabanes ont sombré, d’autres se trouvent toujours sur la glace, mais sont actuellement difficiles d'accès (archives).

Photo : Radio-Canada / Priscilla Plamondon Lalancette

Radio-Canada

Les pluies diluviennes et les températures supérieures au point de congélation le jour de Noël ont eu raison de quelques cabanes de pêche blanche en Haute-Côte-Nord. Six ou sept d’entre elles se trouvent maintenant au fond de la rivière Portneuf.

L’incident s’est déroulé dans la nuit du 26 au 27 décembre, selon Simon Thériault, directeur général et secrétaire-trésorier de la Municipalité de Portneuf-sur-Mer.

Du côté de la rivière Portneuf, on a toujours un certain délai entre l’accumulation d’eau en amont puis les impacts en aval de la rivière, indique M. Thériault, qui est également coordonnateur des mesures d’urgence pour sa municipalité.

Les cabanes touchées se situent près de la centrale hydroélectrique Portneuf-I, propriété de la compagnie Innergex, à environ 1,5 km du village.

L’eau est passée par-dessus le barrage, ce qui a amené six ou sept cabanes de pêche au fond de l’eau, raconte le directeur général de Portneuf-sur-Mer, spécifiant qu’heureusement personne ne se trouvait dans les cabanes.

Les services d’urgences n’ont d’ailleurs pas eu besoin d’être déployés sur place.

Près de l’endroit où quelques cabanes ont sombré, d’autres se trouvent toujours sur la glace, mais sont actuellement difficiles d'accès.

Il y a de l’eau un peu de chaque côté, la glace n’est pas refermée complètement, indique Simon Thériault. Il ajoute que quelques journées de froid sont encore nécessaires pour que les pêcheurs puissent retourner sur les lieux.

L’endroit est prisé par les pêcheurs sur glace qui y installent habituellement leur cabane dans les environs de Noël, mentionne-t-il.

Il croit que c’est uniquement au printemps qu’il sera possible de déterminer si des cabanes pourront être récupérées du fond de la rivière.

Avec les informations de Félix Lebel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !