•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Bougon, le racisme et la COVID-19 au menu du Bye bye 2020

Rassembleur et mordant, sans être gratuit, le Bye bye de la pandémie nous suggère d'entrevoir 2021 sur une note plus légère.

Un homme debout et un homme assis devant un micro, dans une conférence de presse.

Mehdi Bousaidan et Claude Legault dans les rôles respectifs du Dr Horacio Arruda et François Legault, dans les désormais classiques conférences de presse du gouvernement québécois sur la COVID-19.

Photo : Bye Bye 2020@ Radio-Canada

Charles Rioux

Après des mois éreintants qui nous ont donné toutes les raisons de pleurer, Simon Olivier Fecteau et sa bande avaient la difficile tâche avec le Bye bye 2020 de nous faire rire un peu et de tirer un trait une fois pour toutes sur la dernière année. Rassembleur et mordant, sans être gratuit, le Bye bye de la pandémie nous a permis d’entamer 2021 sur une note plus légère.

C’était un cinquième Bye bye pour le tandem composé de Simon Olivier Fecteau et Guillaume Lespérance, producteur prolifique qui orchestre notamment l’incontournable Tout le monde en parle depuis 2004.

Après un Bye bye 2019 à l’accueil plus mitigé que les années précédentes, l’équipe de l'émission spéciale de fin d’année semble avoir pris quelques notes. Les choix de sujets sont plus collés à l’actualité et on a aussi remédié à l’absence de femmes à la table d’écriture (trois femmes et cinq hommes cette année).

Alerte divulgâcheur – Si vous n’avez pas vu le Bye bye 2020 et que vous souhaitez garder la surprise, ne lisez pas la suite de cet article.

Un premier constat s’impose : le Bye bye 2020 donne tout de suite l’impression d’être plus efficace que celui de l’an dernier. À travers la vingtaine de sketches proposés, on ne s’esclaffe pas nécessairement chaque fois, mais le sourire en coin est soutenu tout au long.

Mehdi Bousaidan méconnaissable en Dr Horacio Arruda

Le traditionnel rendez-vous de fin d’année s’est entamé avec une conférence de presse du premier ministre François Legault, interprété par Claude Legault, et de son bras droit en matière de santé, le Dr Horacio Arruda, dont l’interprète Mehdi Bousaidan maîtrise la gestuelle à la perfection.

Après cette entrée en matière réussie, l’équipe du Bye bye a fait mentir les critiques qui peuvent les trouver trop mièvres en rappelant l’étrange confession de Kevin Parent dans la foulée de la vague de dénonciations de l'été dernier, avec le segment sur la limonade; un sketch de mauvais goût.

Marc Dupré porte une chemise à carreaux et tient une râpe dans sa main droite.

Marc Dupré interprétant Kevin Parent

Photo : Radio-Canada

Rire de la pandémie

Évidemment, les auteurs et autrices du Bye bye n’ont pas pu ignorer le sujet qui a dominé les médias depuis le printemps dernier : la pandémie de COVID-19.

Cette dernière a teinté la plupart des sketches, mais le sujet a été traité à travers ses côtés plus légers, comme dans le rap de Mehdi Bousaidan sur les avantages de la PCU. Aux côtés d’un des rappeurs favoris de Montréal, FouKi, il a affirmé payer sa facture de la SAQ avec l’argent du fédéral.

Le retour des Bougon

Un des moments forts de la soirée est certainement le sketch des Bougon en Gaspésie. Les fans de la série humoristique qui s’est terminée en 2006 ont pu y retrouver leurs antihéros préférés : Paul (Rémy Girard), Junior (Antoine Bertrand), Rita (Louison Danis), Dolorès (Hélène Bourgeois Leclerc) et Mononque (Claude Laroche).

Dans un clin d'œil à l’affluence soudaine et démesurée de la population québécoise vers les régions de l’est du pays cet été, on a pu voir la joyeuse bande tenter de faire la piasse avec les touristes qui voulaient voir du pays sans prendre l’avion.

Des sketches sur le racisme

Le Bye bye 2020 s’est également démarqué en n’ayant pas peur de parler de racisme, un sujet qui a beaucoup fait jaser aux États-Unis avec la mort de George Floyd, ainsi qu'au Québec avec les débats sur le racisme systémique.

Le sketch intitulé Police Repentigny a évoqué les biais raciaux de la police avec sa Formation Profilage. Et Simon Olivier Fecteau s’est prêté au jeu des rôles inversés dans le segment En audition avec Siméon, une parodie de sa populaire série En audition avec Simon dans laquelle il a goûté à sa propre médecine, en audition devant les humoristes Preach (du duo Aba & Preach) et Richardson Zéphir.

Rappelons que Simon Olivier Fecteau et Guillaume Lespérance avaient, cette année, décidé de confier les sketches sur le racisme à des créateurs et créatrices ainsi qu’à des acteurs et actrices de la communauté noire.

OD cheu nous

Autre surprise de la soirée : l’apparition inattendue de Stéphane Rousseau dans le rôle de l’animateur d’Occupation double, Jay du Temple. L’humoriste a également joué le rôle de certains participants de la dernière édition, dans toute leur splendeur.

On ne peut pas non plus passer sous silence la performance des deux nouvelles vedettes du Bye bye : Sarah-Jeanne Labrosse et François Bellefeuille, qui se sont intégrés tout en souplesse à l’équipe.

Mention plus qu'honorable également à Guylaine Tremblay et Pierre Brassard, qui se sont métamorphosés en Céline Galipeau et Pierre Bruneau pour un bulletin de nouvelles étrangement familier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !