•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Voyage dans le sud : le ministre des Finances de l'Ontario démissionne

Doug Ford a nommé Peter Bethlenfalvy à la tête du ministère des Finances.

Rod Phillips et Doug Ford en point de presse.

Le ministre des Finances Rod Phillips a remis sa démission, qui a été acceptée par le premier ministre Doug Ford.

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Le premier ministre de l’Ontario, Doug Ford, a accepté jeudi la démission de son ministre des Finances Rod Phillips quelques heures après le retour au pays de ce dernier, qui était parti en voyage d’agrément dans les Caraïbes, en pleine pandémie.

Dans une déclaration, M. Ford a soutenu que cette décision montrait que notre gouvernement prend au sérieux notre obligation de respecter des normes plus élevées, alors que les Ontariens font beaucoup de sacrifices.

Le premier ministre a demandé au président du Conseil du Trésor, Peter Bethlenfalvy, de prendre aussi la tête du ministère des Finances. Il sera en charge de présenter le budget 2021, a précisé M. Ford.

Cette nomination contribuera à assurer la stabilité économique dans les mois à venir, alors que nous soutenons les familles, les travailleurs et les entreprises de l'Ontario pendant la pandémie de COVID-19.

Doug Ford, premier ministre de l'Ontario, dans un communiqué

La santé publique demande aux Canadiens d'éviter tout voyage non essentiel.

Pour sa part, Rod Phillips a défendu dans une déclaration son bilan ministériel pour lutter contre la crise sanitaire et économique et a souhaité du succès à son successeur.

Ma priorité (...) était de veiller à ce que l’Ontario sorte de la COVID-19 en position de force, et cela devrait être la priorité du gouvernement à l’avenir, a-t-il déclaré.

Il a précisé qu’il continuerait à servir comme député de la circonscription d'Ajax, en banlieue de Toronto. Voyager pendant les Fêtes n'était pas la bonne décision, et je présente encore une fois mes excuses sans réserve, a-t-il ajouté.

Doug Ford savait

Le désormais ex-ministre des Finances s'était rendu le 13 décembre sur l'île antillaise de Saint-Barthélemy en voyage d'agrément.

Lorsque le voyage de M. Phillips a fait les manchettes mardi dernier, M. Ford a qualifié le comportement de son ministre d'inacceptable et lui a demandé de rentrer immédiatement au pays, mais sans annoncer son renvoi.

Mercredi, le premier ministre a admis qu'il avait été mis au courant du déplacement peu de temps après l'arrivée de son ministre dans les Caraïbes.

À son retour au pays jeudi matin, M. Phillips a présenté à nouveau ses excuses, mais tout en disant espérer pouvoir conserver son poste, ce qui laisse entendre que c'est finalement M. Ford qui a exigé sa démission.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

L'opposition remet en cause Doug Ford

En réaction à l'annonce de la démission du député progressiste-conservateur d'Ajax, la chef de l'opposition officielle, la néo-démocrate Andrea Horwath, a affirmé que la décision gouvernementale avait été prise à cause de la révélation au public des vacances du ministre à l'étranger, pas par souci des règles.

Doug Ford était au courant du voyage de Rod Phillips à Saint-Barthélemy depuis deux semaines. Non seulement Ford ne l'a pas viré à l'époque, mais il l'a aidé à garder le voyage secret. La démission de Phillips du Cabinet aujourd'hui n'est pas due aux vacances de Phillips, c'est parce qu'ils se sont fait prendre.

Andrea Horwath, chef du NPD de l'Ontario, dans un communiqué

Le leader du Parti libéral de l'Ontario, Steven Del Duca, s'est lui aussi interrogé sur la responsabilité du chef du gouvernement. À quelles conséquences Doug Ford doit-il faire face pour cet échec complet de leadership?

L'ex-ministre libéral Steven Del Duca

L'ex-ministre libéral Steven Del Duca.

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

M. Del Duca a estimé que cette démission avait été prise à juste titre, compte tenu du fait que Rod Phillips a trompé les Ontariens pendant des semaines alors qu'il était secrètement en vacances.

Sur son compte Twitter, M. Phillips donnait l'impression d'être toujours en Ontario, publiant par exemple le 24 décembre une vidéo de bons souhaits tournée dans son salon près du foyer.

Ce dernier s'est défendu d'avoir cherché à tromper le public. Selon lui, il s'agit d'une pratique répandue chez les politiciens de préprogrammer du contenu pour les médias sociaux.

M. Phillips avait aussi fait un voyage d'agrément en Suisse en août dernier.

Une volonté de tourner la page

Le politologue Peter Graefe de l'Université McMaster s'est dit surpris du mouvement ministériel.

S'il se demande à quel point les Ontariens ont suivi l'affaire pendant cette période des Fêtes, pour lui la grogne est quand même assez importante. Et donc la volonté de montrer une capacité de décision était sans doute importante pour M. Ford pour essayer de tourner la page.

Il expliquait à Radio-Canada préalablement à l'annonce jeudi qu'il ne pensait pas que M. Ford allait renvoyer son ministre des Finances. Il n'y a pas tant de talent au sein du conseil des ministres [pour lui trouver un successeur], remarquait-il.

Le nouveau ministre est connu dans le secteur financier

Peter Bethlenfalvy devient le troisième ministre des Finances depuis le début du mandat de Doug Ford, il y a un peu plus d'un an et demi.

Le portrait d'un homme

Peter Bethlenfalvy est aussi député de Pickering-Uxbridge, au nord-est de Toronto.

Photo : La Presse canadienne / Christopher Katsarov

Le président du Conseil du Trésor n'est pas une grande figure du monde politique, selon M. Graefe, qui a cependant souligné que son parcours au sein de la banque TD et en agence de notation font de lui quelqu'un de bien connu dans le secteur des finances.

Il a la confiance de la rue Bay. Il n'y a pas beaucoup de gens dans le conseil des ministres du gouvernement Ford qui auraient cette même capacité de prendre ce genre de dossiers et avoir la confiance du milieu et à ce niveau-là, c'est sans doute un bon choix.

Peter Graeme, politologue à l'Université McMaster

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !