•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La crise du logement fait d'autres victimes à Moncton

Stephanie Killam avec l'avis que sa mère a reçu les informant d'une augmentation de 48,6 % du loyer.

Stephanie Killam avec l'avis que sa mère a reçu les informant d'une augmentation de 48,6 % du loyer.

Photo : Radio-Canada / Pierre Fournier

Radio-Canada

Les locataires de deux complexes d'appartements de Moncton au Nouveau-Brunswick sont confrontés à des augmentations de loyer de près de 50 %. Alors que le mercure descend et que la nouvelle année n’a pas encore commencé, des citoyens sont forcés de se trouver un nouveau logement.

Des immeubles à logements de la rue High ont été vendus à de nouveaux propriétaires. Le lendemain de l'achat, les occupants ont reçu une lettre pour les aviser que leur loyer passera de 700 $ à 950 $ le 1er mars.

En plus de faire face à une importante hausse de loyer, le nouveau prix exclut les services comme l'électricité, ce qui n’était pas le cas auparavant.

C'est stressant, a déclaré Stephanie Killam, qui partage un appartement de deux chambres avec sa mère dans l'un des deux complexes récemment vendus, un immeuble de 12 unités au 427, rue High.

Nous sommes obligés de déménager parce que nous ne pouvons pas nous permettre cette augmentation, a-t-elle confié précisant que sa mère a un revenu fixe et qu’elles restaient à cet endroit depuis cinq ans.

Un locataire du deuxième bâtiment de la rue High vendu le même jour au même nouveau propriétaire a reçu un préavis identique.

Ce locataire a déclaré qu'Énergie NB a estimé des mensualités de 90 $ pour une facturation en paiements égaux pour ses besoins en électricité.

Une locataire qui tient une lettre entre ces mains.

Les locataires de deux immeubles à logement de la rue High à Moncton ont reçu cet avis.

Photo : Radio-Canada / Pierre Fournier

L'augmentation de ses frais mensuels serait donc de 340 $ par mois, soit 48,6 %, pour Mme Killam.

Ils font ce qu'ils veulent, a affirmé celle qui a perdu son emploi en juin et qui perçoit maintenant l'assurance-emploi.

Pour elle, une telle augmentation est impossible à absorber. Elle est d’avis qu’il devrait exister un plafond qui limite les augmentations de loyer.

Nous ne gagnons pas ce genre de revenus.

Une citation de :Stephanie Killam, locataire

Plusieurs autres locataires sont dans la même situation. Un locataire du 265, rue High, pour qui CBC a accepté de garder l’anonymat, affirme que beaucoup de résidents dans son immeuble sont maintenant contraints de déménager en raison de l'augmentation.

Selon les registres de propriété, les immeubles à logements de la rue High ont été achetés pour 720 000 $ chacun le 30 novembre par une société de Dieppe appelée Johnsky Holdings Ltd.

Kyle Johnson est le président de cette société. Kyle Johnson est également l'un des deux fondateurs de K Squared Property Management à Moncton, la société qui a délivré les avis d'augmentation de loyer dans les deux immeubles.

M. Johnson n'a pas voulu accorder une entrevue à CBC. À la demande d’entrevue, il a répondu qu’il n’est pas intéressé à commenter. Veuillez ne plus me contacter. Passez une bonne journée.

Une affiche de K Squared Property Management

L'entreprise K Squared Property Management est gestionnaire de plusieurs logements à Moncton.

Photo : Radio-Canada / Guy R. LeBlanc

Un courriel adressé au service de communication de la province, demandant un commentaire sur les augmentations de loyer de la rue High, est resté sans réponse.

Au cours de la dernière année, plusieurs locataires de la région du Grand Moncton ont fait face à d'importantes augmentations de loyer. Le même scénario s’est répété à plusieurs reprises, un immeuble est vendu et les locataires reçoivent après un avis d’augmentation.

Une coalition pour les droits des locataires a même été formée. Comme l’opposition officielle à Fredericton, elle demande que la majoration des loyers soit mieux encadrée par les lois provinciales.

D'après les informations de Robert Jones de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !