•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vacciner le plus de personnes possible en attendant la seconde dose

Bonnie Henry reçoit son vaccin.

«Bonnie Henry a reçu sa dose initiale pour démontrer sa pleine confiance dans l'innocuité du vaccin et montrer son soutien aux travailleurs de la santé », écrit le ministre de la Santé de la Colombie-Britannique, Adrian Dix, dans un gazouillis.

Photo : Twitter/Adrian Dix

Les autorités de la santé de la Colombie-Britannique préfèrent inoculer le vaccin contre la COVID-19 à un large nombre de personnes, vidant ainsi les stocks reçus.

La médecin hygiéniste en chef de la province, Bonnie Henry a affirmé mardi que cette décision a été prise après mûre réflexion et discussion sur le cadre éthique à propos de la manière dont nous allons administrer le vaccin.

Pour décembre et janvier, toutes nos doses de Pfizer et de Moderna disparaîtront, protégeant les gens avec leur première dose.

Une citation de :Bonnie Henry, médecin hygiéniste en chef de la Colombie-Britannique

Selon la Dre Bonnie Henry, cette stratégie permet de protéger presque deux fois plus de personnes, car la deuxième dose n’est pas administrée dans la période recommandée de 21 à 28 jours. Mais il n'y a pas de limite extérieure à cela, précise la médecin hygiéniste. Les autorités sanitaires britanno-colombiennes ont en effet décidé de donner cette seconde dose environ 35 jours plus tard, ce qui signifie que certaines personnes la recevront en février.

L'immunité est toujours très protectrice pour cette courte fenêtre.

Une citation de :Bonnie Henry, médecin hygiéniste en chef de la Colombie-Britannique

Pour le directeur médical du Centre des maladies infectieuses de Vancouver, Brian Conway, le risque que l’on coure est que le deuxième vaccin soit moins efficace et que l’on n’atteigne pas le seuil des 95 % qui a été rapporté dans les essais cliniques.

Si les gens viennent pour une seule vaccination, le taux d’immunité sera réduit.

Une citation de :Brian Conway, directeur médical du Centre des maladies infectieuses de Vancouver

Le Dr Conway redoute aussi que si les vaccins ne sont pas reçus à temps, le temps d’attente entre les deux vaccins soit prolongé. Par conséquent, l’efficacité du vaccin ne sera pas maintenue.

Ce que l'on vise c’est que le vaccin soit efficace à 95 %. Donc pour moi ce serait un but à ne pas compromettre.

Une citation de :Bonnie Henry, médecin hygiéniste en chef de la Colombie-Britannique

Les autorités de la santé se disent en confiance avec l'approvisionnement qui arrivera dans les semaines. Nous sommes à l'aise avec cela pour le moment, a lancé la Dre Henry en ajoutant j'espère qu'il y aura des données qui le montrent.

Ce serait tout simplement merveilleux (...) si les gens n'avaient besoin que d'une seule dose qui nous rendrait la vie tellement plus facile.

Une citation de :Bonnie Henry, médecin hygiéniste en chef de la Colombie-Britannique

Le Dr Brian Conway explique que la première dose stimule le système immunitaire et commence à produire des anticorps contre la COVID-19 tandis que la deuxième donne un essor supplémentaire au système immunitaire et lui fait produire de plus en plus d’anticorps.

Donc si on attend trop longtemps après la première dose, il se peut que le niveau d’anticorps commence à diminuer et que le bénéfice de la deuxième dose ne soit pas maintenu, insiste-t-il.

Un marathon et non un sprint

Cette campagne de vaccination est un marathon et non un sprint, rappelle-t-il. Si l’on change le protocole, ce n’est pas certain que l’on va obtenir le même résultat. Il s’agit d’arriver à un taux d’immunité au niveau de la population pour l’automne prochain qui va nous permettre de réintégrer une nouvelle normale qui ressemble le plus possible à l’ancienne normale.

Si l’on essaie de nouvelles stratégies pour lesquelles on n’a pas de preuve, on compromet ce but ultime. Il estime par ailleurs que la stratégie de certaines provinces telles que l’Alberta ou le Québec de conserver la seconde dose de vaccin est plus sécuritaire et que cela va dans le sens des recommandations de Pfizer et Moderna.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !