•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bye Bye 2020 : une équipe renouvelée pour mieux rassembler

À cause de la pandémie, Simon-Olivier Fecteau a hésité à relever une fois de plus le défi du Bye bye.

Portrait de groupe

Sarah-Jeanne Labrosse, Guylaine Tremblay, Claude Legault , Mehdi Bousaidan et François Bellefeuille

Photo : Radio-Canada

Fanny Bourel

Le public découvrira le très attendu Bye bye 2020 jeudi soir. En tandem avec le producteur Guillaume Lespérance, le réalisateur et acteur Simon-Olivier Fecteau signe sa cinquième revue de l’année avec une équipe renouvelée et plus diversifiée.

Si le duo avait décidé de reprendre du service pour un cinquième Bye bye juste avant le premier confinement, l’arrivée de la COVID-19 l’a poussé à prendre un temps de réflexion avant d’accepter définitivement le mandat, au mois de juillet.

Céline chante ses succès dans un Téo taxi - Parodie de Carpool Karaoke.

Anne-Élisabeth Bossé, dans le rôle de Céline Dion, et Medhi Boussaidan lors du «Bye bye 2019»

Photo : A Media

Le Bye bye a été un peu moins bien reçu l’an dernier. Environ 65 à 70 % des gens semblaient satisfaits, alors que les autres années, on était plus proche des 80 %. On voulait donc un peu se refaire, précise Simon-Olivier Fecteau.

Trouver des sujets rassembleurs

Simon-Olivier Fecteau estime que le Bye bye 2019 a été moins bien accueilli parce que l’équipe de l’émission a été moins à l’affût des angles morts et qu’il est de plus en plus difficile de trouver des sujets communs que tout le monde connaît.

Tout le monde consomme la culture et la télévision de façon différente, maintenant, avec les nombreuses plateformes. Il est rare de trouver quelque chose de simple comme la chanson de l’année, que tout le monde connaît de 7 à 77 ans. On a eu "Despacito" il y a quelques années, mais depuis, pas une chanson ne s’est démarquée.

Simon-Olivier Fecteau

En 2020, la pandémie s’est imposée, et il y a eu assez de sujets rassembleurs, ce qui a facilité le travail de l’équipe du Bye bye. Cette année, il y a eu assez de sujets dont tout le monde a entendu parler. On a pu faire notre Bye bye en confiance. Les choix se sont imposés; on s’est laissé guider par l’actualité que tout le monde a vécue, ce qui devient rassembleur par la bande, soutient le réalisateur.

Une équipe plus diversifiée

La pression est tellement forte que Simon-Olivier Fecteau a été hospitalisé d’urgence pour surdose de travail à la fin du tournage du Bye bye de l’an dernier.

Cette année, il est épaulé par deux personnes à la coréalisation pour mieux répartir la charge de travail. L’équipe de production et l’équipe artistique ont été en grande partie renouvelées pour avoir une diversité de genre, d’âge et d’opinions. Cela nous a apporté de la fraîcheur et un nouveau souffle que la salle des auteurs soit représentative un peu de la population, dit Simon-Olivier Fecteau.

Le réalisateur et le producteur sont en entrevue, assis près d'une fenêtre.

Simon-Olivier Fecteau et Guillaume Lespérance

Photo : Radio-Canada

C’est aussi l’expérience moins réussie de l’an dernier qui a amené l'équipe à faire appel à de nouveaux auteurs et autrices. Cela nous a secoués, résume-t-il.

Cette plus grande diversité au sein du groupe chargé d’écrire les sketchs contribue à produire un Bye bye qui fera rire le plus grand nombre, selon Simon-Olivier Fecteau.

On est plusieurs têtes avec différentes opinions autour de la table. Si l’équipe trouve un sketch drôle, il y a de plus grandes chances que le public le trouve drôle aussi.

Plus rassembleur, mais grinçant

À la mi-décembre, Guillaume Lespérance a déclaré que le Bye bye 2020 se voulait plus rassembleur. Ces propos avaient suscité les critiques de certaines personnes dénonçant la soumission de la populaire émission de fin d’année à la rectitude politique.

Simon-Olivier Fecteau lors d'une entrevue à la télé. Il sourit et il est assis.

Ce sera le cinquième «Bye bye» de Simon-Olivier Fecteau.

Photo : Radio-Canada

Pas du tout, rétorque Simon-Olivier Fecteau. 2020 a été difficile pour tout le monde. Ce n'est pas une année pour être chien gratuitement... Ça ne veut pas dire que le Bye bye n’écorche personne; il le fait à certains endroits, mais avec l’année qu’on a vécue, on voulait faire quelque chose de rassembleur et drôle. Mais il y a aussi moyen de faire de l’humour, de rire de situations sans nécessairement toujours prendre position. On a un mélange de tout ça.

Le réalisateur ajoute que l’objectif est que le Bye bye soit drôle et que les gens rient. Tout le monde est écorché et fâché. Je pense que c’est un bon spectacle. Même les complotistes vont y trouver leur compte, précise-t-il.

Simon-Olivier Fecteau ajoute qu’il n’y a aucune volonté d’éviter les controverses; d’ailleurs, il est certain qu’il y en aura. Mais il a l’impression d’avoir vraiment bien fait son travail. Sauf qu’ultimement, c’est le public qui va le dire, fait-il valoir.

Le montage du Bye bye, dont le tournage s’est terminé le 20 décembre, s'est conclu en soirée le 30 décembre.

Finalement, quand on lui demande s’il est prêt à signer pour faire le Bye bye 2021, il répond qu’il n’en a aucune idée : Sincèrement, un Bye bye à la fois. C’est trop éprouvant.

Le Bye bye 2020 sera diffusé jeudi soir à 23 h sur ICI Radio-Canada Télé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !