•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La hausse des hospitalisations en Outaouais force un rehaussement du délestage

Médecins et infirmières portant des blouses chirurgicales, des lunettes et des masques se préparent à une intervention chirurgicale.

La hausse rapide des hospitalisations force le CISSS de l'Outaouais à augmenter le délestage des activités médicales non urgentes, comme certaines chirurgies.

Photo : Getty Images

Avec 35 hospitalisations, dont deux aux soins intensifs, le Centre intégré de soins et de services sociaux (CISSS) de l’Outaouais entame une augmentation du délestage pour une période de deux semaines.

Les autorités de santé publique de la région se sont faites claires en point de presse mercredi : la situation épidémiologique est précaire dans la région.

L'Outaouais compte actuellement 35 hospitalisations, dont deux aux soins intensifs, et 455 cas actifs de la COVID-19, avec 39 nouveaux cas de la maladie. Depuis le début de la pandémie, 112 personnes sont mortes de la maladie dans la région.

Cette augmentation rapide des hospitalisations force le CISSS de l'Outaouais à augmenter le délestage des activités médicales non urgentes, comme certaines chirurgies.

Depuis le mois de novembre, nous avions déjà fait le délestage de certaines activités pour offrir les soins et le service à la clientèle des patients hospitalisés à l’Unité Covid, a expliqué la présidente-directrice générale adjointe du CISSS de l'Outaouais, France Dumont.

Aujourd’hui, nous devons rehausser ce délestage d’activités puisque plusieurs éclosions nécessitent beaucoup de personnel et ce sont des éclosions très importantes.

France Dumont sur Zoom.

France Dumont, présidente-directrice générale adjointe du CISSS de l'Outaouais.

Photo : Radio-Canada

La directrice générale adjointe précise que les activités non urgentes seront réduites au plus bas et que 80 % des activités du CISSS de l'Outaouais des deux prochaines semaines seront urgentes et semi-urgentes. Ce rehaussement du délestage sera revu dans 14 jours.

Chaque fois qu’on a des éclosions, ça mobilise au-delà de 50 % de plus de personnel que ce dont on a habituellement besoin pour soigner les gens, souligne Mme Dumont. Présentement, l’Outaouais recense une trentaine d’éclosions actives, dont une vingtaine se trouvent en milieux de vie ou de soins pour aînés.

Le délestage est pour nous un levier, à peu près le seul levier qui nous reste pour bien gérer la pandémie.

France Dumont, présidente-directrice générale adjointe du CISSS de l'Outaouais

Mouvement du personnel

Des employés du CISSS de l'Outaouais pourraient être appelés à changer de lieux de travail au cours des prochaines semaines. L’aide des médecins et des infirmières cliniciennes a, entre autres, été sollicitée.

Il est possible aussi que vos médecins dans la communauté soient mis à profit auprès de nos CHSLD et à ce point-ci, soient moins disponibles à leur cabinet, a dit Mme Dumont.

Une des raisons pour lesquelles on a besoin de délester, c’est pour libérer certains de nos cliniciens au niveau médical qui ont une formation avancée en prévention clinique des infections et les envoyer dans les zones où on a des éclosions, ajoute le docteur Nicolas Gillot, directeur des services professionnels et de la pertinence clinique.

Le syndicat des professionnelles en soins de l’Outaouais soulève que ce délestage cause de nouvelles perturbations pour ses membres.

Capture d'écran d'une entrevue virtuelle avec Patrick Guay. Un homme parle à la caméra.

Patrick Guay, président du Syndicat des professionnelles en soins de l’Outaouais.

Photo : Capture d'écran/FaceTime

Du côté de nos membres, c’est une tuile de plus qui leur tombe dessus en cette période des Fêtes que d’être déplacées ou d’apprendre qu’elles vont commencer l’année dans un nouveau centre d’activités, lance Patrick Guay, président du syndicat.

Il précise qu’une rencontre est prévue lundi entre le syndicat et la direction générale du CISSS de l'Outaouais lors de laquelle il compte s’assurer du respect des conditions de travail des professionnels. Il souhaite notamment que ses membres soient habilitées à travailler aux endroits où elles seront déplacées et formées adéquatement pour exécuter leurs nouvelles fonctions.

1 025 personnes vaccinées en Outaouais

Le CISSS de l'Outaouais a également annoncé que sa première ronde de vaccination est maintenant terminée, avec 1 025 personnes ayant reçu une première dose du vaccin de Pfizer-BioNtech.

Une deuxième livraison de vaccins est attendue la semaine prochaine.

Les premières personnes à avoir été immunisées en Outaouais sont les résidents et les employés du CHSLD Lionel-Émond, qui ont été respectivement plus de 95 % et 50 % à recevoir le vaccin.

Des vaccins ont aussi été administrés à des travailleurs des CHSLD La Pièta, La Renaissance, Ernest-Brisson ainsi que de l'Unité Covid de l'Hôpital de Hull.

Avec les informations d'Ismaël Sy

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !