•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

André Latulippe, peintre de la lumière d’hiver

Un tableau représente la Porte Saint-Louis dans le Vieux-Québec en hiver.

Toile «Joyau du Vieux-Québec - Porte Saint-Louis»

Photo : Radio-Canada

Tanya Beaumont

Pour André Latulippe, peindre Québec en hiver est plus facile que de la peindre en été. Les teintes de la neige et la lumière du jour lui soufflent l’inspiration pour réinterpréter la ville.

Depuis plusieurs années, André Latulippe s’intéresse au décor hivernal de la ville de Québec. Moi je suis plus un peintre urbain que Saint-Urbain! lance l’artiste en rigolant.

Il apprécie particulièrement le Vieux-Québec et le côté patrimonial qui se dégage des vieilles pierres. Mais qu’est-ce que l’hiver ajoute de plus à ce secteur déjà enchanteur? Pour M. Latulippe, la saison froide permet à la ville de se dévoiler.

L’hiver, t’as pas de feuille. Tu vois les bâtisses qui sont à l’arrière. Tu vois une vision épurée de la ville.

Une citation de :André Latulippe, peintre

Entre l’ombre et la lumière

Québec est peut-être épurée en hiver, mais elle n’est pas dénuée de couleur pour autant. Le jeu de reflets entre la neige et la lumière permet de créer une réalité entre les deux.

L’hiver, c’est un miroir continuel. Quand tu vois du rose dans le ciel, tu le vois dans la neige, affirme André Latulippe.

La lumière joue un rôle important dans l’éclat des œuvres d’André Latulippe. Il a même une période de prédilection dans la journée. J’ai toujours une lumière qui voyage entre chien et loup. Dans ce temps-là, on peut aller chercher une lumière diffuse.

Le soleil plus bas à l’horizon amène une certaine douceur et à la fois, un éclat aux couleurs.

Un tableau de la rue D'Auteuil à Québec en hiver.

Toile «Rue d'Auteuil» du peinte André Latulippe

Photo : Radio-Canada

Réinterpréter la ville

Les rues de Québec continuent d’inspirer le peintre André Latulippe. Il voit son métier comme un vendeur de rêves.

Il y a des écrivains qui mettent des mots avec de la couleur. Nous autres, on donne de la couleur sur des mots.

Les toiles d’André Latulippe se retrouvent à la Galerie Beauchamp.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !