•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les voyageurs devront présenter un test de dépistage négatif pour entrer au Canada

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Une femme et ses valises à l'aéroport Montréal Trudeau le 29 décembre 2020.

Écouter les explications de Carla Oliveira.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

Le Canada obligera les voyageurs à passer un test de dépistage de la COVID-19 trois jours ou moins avant d'entrer ou de revenir au pays.

C'est ce qu'a annoncé le ministre des Affaires intergouvernementales, Dominic LeBlanc, en conférence de presse mercredi midi.

Ce test devra être négatif pour que les voyageurs puissent prendre leur vol ou passer la frontière, dans le cas où ils arriveraient au pays par voie terrestre ou maritime.

Si je me trouvais sur une plage des Caraïbes cette semaine, je chercherais une clinique pour effectuer un test de dépistage avant mon retour au Canada.

Dominic LeBlanc, ministre des Affaires intergouvernementales

Cette nouvelle mesure sera mise en place rapidement, a mentionné le ministre, sans donner d'échéancier. Les détails seront fournis jeudi par le ministre des Transports du Canada, Marc Garneau.

Un échéancier à préciser

C’est une très bonne nouvelle, et il faut bouger rapidement, a réagi dans un communiqué de presse le ministre de la Santé du Québec, Christian Dubé. Mardi, il avait déclaré que Québec voulait que la mesure entre en vigueur cette semaine, alors qu'Ottawa mise sur la semaine prochaine, selon lui.

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, a exprimé son soulagement sur Twitter.

Il ne s’agit pas d’une solution de rechange à la quarantaine, mais d’une mesure supplémentaire.

Bill Blair, ministre de la Sécurité publique du Canada

Le ministre Blair a rappelé que les personnes ne respectant pas la quarantaine s'exposaient à des amendes salées.

La Constitution ne nous permet pas d’empêcher les Canadiens de quitter le pays. Mais si vous devez voyager, sachez qu’à votre retour au Canada, vous devrez suivre des lignes directrices sévères et vous mettre en quarantaine pendant 14 jours, a insisté Dominic LeBlanc.

Il a en outre souligné que plus d'agents seraient présents dans les aéroports et que les visites à domicile seraient augmentées afin de s'assurer que les voyageurs respectent bien leur plan de quarantaine.

Les règles ne nous protègent que si nous les suivons tous, a conclu M. LeBlanc.

La quarantaine est la mesure ultime à respecter

Sur le plan épidémiologique, les voyageurs ne sont pas la source la plus importante de contamination. La transmission communautaire est bien plus importante actuellement au Québec, a souligné mercredi Roxane Borgès Da Silva, professeure à l’École de santé publique de l’Université de Montréal, en entrevue à l’émission Midi info d’ICI Première.

Selon Mme Da Silva, le dépistage est une mesure parmi d’autres. Mais il faut accumuler plusieurs mesures pour s’assurer de n’échapper personne dans les mailles du filet.

Elle a affirmé que la seule mesure réellement efficace est la quarantaine de 14 jours en s’assurant que la personne n’a aucun contact.

Comme l'a expliqué Mme Da Silva, le dépistage permet de voir ceux qui sont déjà positifs, asymptomatiques ou légèrement symptomatiques, en sortant de l’avion.

Or, le test peut signifier qu’un virus est en incubation. La période d’incubation peut varier de 2 à 14 jours. Pendant cette période, le test peut être négatif même si la personne est porteuse du virus. C’est pour cela que la quarantaine est la mesure ultime à respecter, a-t-elle mentionné.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !