•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une artiste autochtone repousse les limites du maquillage

Une oeuvre de l'artiste crie Nightsong Wapass.

Son oeuvre portant sur les femmes tuées et disparues a recueilli de réactions sur les réseaux sociaux. (archives)

Photo : Nightsong Wapass

Radio-Canada

Nightsong Wapass, une artiste crie de la Première Nation Thunderchild, située à 230 kilomètres au nord-ouest de Saskatoon, pousse sa passion pour le maquillage au rang d’oeuvre d’art.

La jeune artiste de 20 ans conçoit des oeuvres éphémères qui attirent de plus en plus les regards.

Habituellement, je me laisse inspirer par les paysages, les levers de soleil, le travail d’autres artistes et ma propre culture, explique Nightsong Wapass. J’aime toutes les formes d’art, mais le maquillage est définitivement ma favorite. Elle me permet d’exprimer qui je suis.

Nightsong Wapass explique que l’art a toujours fait partie de sa vie.

Après avoir dansé depuis son plus jeune âge, elle crée maintenant des dessins inspirés de la culture autochtone.

Faire ce genre de choses demande beaucoup de temps, rappelle-t-elle. On me demande souvent de faire des dessins complètement éclatés, mais je n’ai pas beaucoup de temps de disponible : je dois travailler et je suis une mère monoparentale.

Des oeuvres réalisées sur paupière lui prennent habituellement deux heures à compléter.

Une oeuvre de l'artiste crie Nightsong Wapass.

Plus jeune, Nightsong Wapass dansait lors de différents pow-wow avec ses frères et soeurs. (archives)

Photo : Nightsong Wapass

Ses différentes pages sur Facebook et Instagram attirent des milliers d’abonnés.

Nightsong Wapass en profite pour y présenter des tutoriels ou y exposer des photos de son travail.

Jusqu’à présent, la jeune artiste a été embauchée tant par des entreprises que par de simples citoyens pour faire le maquillage à diverses occasions.

Je ne me maquille même pas moi-même, raconte Hailey Okanee, une jeune de la Première Nation Thunderchild ayant embauché Nightsong Wapass lors de sa remise de diplôme. Je savais qu’elle faisait un travail phénoménal.

Une oeuvre de l'artiste crie Nightsong Wapass.

Nightsong Wapass continuera à perfectionner son art en allant étudier dans une école d'esthétisme. (archives)

Photo : Nightsong Wapass

Ayant grandi dans une famille de sept enfants, l’enfance de Nightsong Wapass était tournée vers le sport et la culture.

Je lui ai appris à coudre, mais elle est allée encore plus loin avec sa créativité, témoigne sa mère, Renita Wapass. En tant que parents, nous devons soutenir et encourager nos enfants dans leur passion. Nous devons les laisser faire et les encourager du mieux que nous pouvons.

Dès 2021, Nightsong Wapass déménagera à Edmonton en Alberta pour suivre des cours à l’École d’esthétique MC College afin d’y perfectionner son art.

Avec les informations de Penny Smoke

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !