•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fort engouement pour la location de chalets en Abitibi-Témiscamingue

Un feu de foyer dans le temps des Fêtes.

De nombreux chalets ont été loués malgré la pandémie en Abitibi-Témiscamingue.

Photo : Pexels / rawpixel.com

En cette période des Fêtes marquée par les mesures restrictives liées à la COVID-19, un fort engouement pour la location de chalets et de refuges en nature est observé en Abitibi-Témiscamingue.

Le passage de la région en zone orange du 17 décembre au 11 janvier ne semble pas décourager les clients, qui sont nombreux à souhaiter se retrouver en nature le temps de quelques nuits.

Du côté de Duhamel-Ouest, la directrice générale de la Bannik, Claudia Lemire, affirme que la demande est particulièrement forte pour les chalets de petite taille, alors que ceux de grande capacité trouvent plus difficilement preneur. Elle indique également que les restrictions quant au nombre de personnes permises dans les chalets n’ont pas causé de vagues d’annulations de dernière minute.

Paysage enneigé au crépuscule, une cabane en bois au premier plan.

Des établissements touristiques affirment ne pas avoir eu trop d'annulations.

Photo : iStock

On a été chanceux parce que la plupart des réservations qu’on avait pour le temps des Fêtes, c’était des gens de l’Abitibi ou du coin qui venaient fêter en famille. C’est sûr qu’il a fallu gérer un peu la restriction au niveau des six personnes maximum en chalet, mais comme ce sont souvent des familles de deux adultes et deux enfants, par exemple, ça nous a touchés un peu moins , spécifie Mme Lemire.

Au parc national d’Aiguebelle, les mesures restrictives n’ont pas ralenti l’engouement pour la location de chalets et de refuges en forêt. Selon le directeur des parcs nationaux d’Aiguebelle et d’Opémican, Ambroise Lycke, les taux d’occupation atteignent presque 100%  pour l’ensemble de la période des Fêtes.

En fait, c’est une belle opportunité, les contacts sont limités au maximum, les gens sont dans leur chalet, il y a beaucoup d’espace, c’est donc facile de respecter les mesures de distanciation. Les gens peuvent venir pratiquer leur activité de façon très sécuritaire, donc c’est rassurant pour les clients. Nécessairement, ça se concrétise avec des réservations en grand nombre de gens de la région, indique M. Lycke, qui estime que les activités de plein air se pratiquent bien dans le respect des consignes sanitaires.

Bien que quelques personnes aient choisi d’annuler leur séjour, notamment certains motoneigistes ontariens, Claudia Lemire croit que les gens ont plutôt choisi de modifier leurs plans au lieu de les annuler.

Je crois que les gens ont très bien réagi à la situation, et pour les réservations qui avaient plus que six personnes, les gens se sont juste ajustés et se sont dit, plutôt que d’être deux familles, on va rester seulement une famille., constate Mme Lemire.

Des visiteurs d'ici ou d'ailleurs?

La directrice générale de l’entreprise de Duhamel-Ouest indique par ailleurs ne pas avoir eu de réservations de clients en provenance de zones rouges. C’était plutôt des gens d’ici qui faisaient des réservations, donc de ce côté-là, on a été chanceux.

Concernant les visiteurs de l’extérieur de la région, Ambroise Lycke rappelle que la Santé publique ne recommande pas les déplacements interrégionaux, mais ne les a pas interdits formellement. En conséquence, il affirme que le parc national d’Aiguebelle encourage les clients de l’extérieur de la région à annuler leur réservation.

Les gens qui sont de l’extérieur de la région, qui auraient réservé par exemple il y a quelques semaines, on leur recommande d’annuler leur réservation puis on les rembourse totalement, sans frais. Les chalets libérés se réservent très très rapidement. Les annulations n’ont donc pas d’impact sur nos taux d’occupation , stipule M. Lycke.

Strict respect des mesures sanitaires

Au Mont-Vidéo, la directrice des opérations, Kathy Lévesque, constate que les clients respectent bien les mesures imposées par le gouvernement du Québec comme le nombre maximal de six personnes dans un chalet.

Nous avons averti nos clients et la plupart d’entre eux viennent de l’Abitibi. Ils ont juste ça à faire, de venir faire du ski, donc ils se concentrent sur les chalets en Abitibi , dit-elle.

Les chalets du Mont-Vidéo sont tous réservés au moins jusqu’au 4 janvier 2021. Kathy Lévesque assure que les clients qui arrivent de zones rouges peuvent se rendre seulement sur les pistes.

Il faut qu’ils respectent les mêmes consignes que leur zone de provenance. S’ils arrivent d’une zone rouge, le chalet est considéré comme leur maison. Ils n’ont pas le droit d’aller à notre restaurant, le chalet d’accueil non plus. Tu viens faire du ski et tu retournes à ton chalet , conclut-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !