•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des satellites en bois pour réduire la prolifération des débris spatiaux

Un satellite en orbite, survolant l'Europe.

Il y a actuellement près de 6000 satellites en orbite.

Photo : ESA

Radio-Canada

Des scientifiques de l’Université de Kyoto et une entreprise japonaise collaborent dans l’espoir de créer d’ici 2023 un premier satellite fait en bois.

Le but du projet : réduire les effets néfastes de l’envoi de satellites en orbite, dont l’accumulation de débris spatiaux, un problème qui prend de l’ampleur et inquiète de plus en plus les spécialistes.

Des satellites en bois se désintégreraient en redescendant sur Terre, en ne laissant aucun résidu dangereux, ni dans les couches supérieures de l’atmosphère ni sous forme de débris qui atteindraient la surface.

L’entreprise Sumitomo Forestry souligne avoir commencé à faire des recherches au sujet des types de bois qui se prêteraient le mieux à la fabrication de satellites.

Les débris spatiaux : on récolte ce que l’on sème

Nous sommes très inquiets du fait que tous les satellites qui font leur rentrée dans l’atmosphère de la Terre brûlent et génèrent d’infimes particules d’alumine qui flotteront dans la haute atmosphère pour plusieurs années, a affirmé Takao Doi, professeur à l’Université de Kyoto et astronaute japonais, à la BBC. Cela finira par nuire à l’environnement terrestre.

Alors que de plus en plus de satellites sont propulsés chaque année dans l’espace, des scientifiques tirent la sonnette d’alarme devant la menace grandissante qu’ils posent pour l’environnement.

Il y a actuellement près de 6000 satellites en orbite, selon le Forum économique mondial. En plus de présenter des risques sur Terre, les débris spatiaux peuvent endommager d’autres appareils en orbite.

Avec les informations de Nikkei, et BBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !