•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des entrepreneurs de l'Î.-P.-É. heureux de pouvoir poursuivre la livraison d'alcool

Deux personnes qui tiennent chacun une bouteille de cidre.

Le propriétaire de la cidrerie Double Hill, Sebastian Manago (à droite), et Bryan McCracken, directeur des opérations de l'entreprise (à gauche)

Photo : CBC / Double Hill Cidery

Le gouvernement de l’Île-du-Prince-Édouard a récemment annoncé que la livraison d’alcool à domicile sera permise de façon permanente dans la province. La nouvelle a été bien accueillie par les propriétaires de brasseries et de cidreries.

Pour Sébastian Manago, propriétaire de la cidrerie Double Hill, l’accès direct aux clients permet aux entrepreneurs de mieux connaître les préférences du public.

Maintenant, c’est permanent. Cela nous permet d’incorporer définitivement [la livraison] à la stratégie de l’entreprise.

Sébastian Manago, propriétaire de la Cidrerie Double Hill à l’Île-du-Prince-Édouard

Depuis juin dernier, son entreprise offre le service de livraison de cidres.

Selon M. Manago, le service permettra à son entreprise d'assurer les ventes pour les fêtes de fin d'année. Ces dernières représentent 10 % du chiffre d'affaires de l'entreprise.

Trois personnes qui font la cueillette de pommes sauvages dans un champ.

La cidrerie Double Hill, à Caledonia, à l’Île-du-Prince-Édouard est spécialisée dans la production de cidres à base de pommes sauvages.

Photo : Gracieuseté de Sebastian Manago

Quand la première vague de la pandémie a frappé la province et que le confinement s’est installé, le gouvernement provincial avait temporairement autorisé la livraison de boissons alcoolisées.

La mesure a permis aux établissements ayant une licence de vente d’alcool, notamment les micro-brasseries, les établissements vinicoles et les cidreries, de continuer à faire des revenus à la suite des fermetures occasionnées par la crise sanitaire.

Pendant un petit moment, la livraison des produits était la seule chose que nous avions.

David McGuire, propriétaire de la brasserie Bogside

À la mi-décembre, la province a annoncé que la Loi sur la réglementation des alcools de l’Île-du-Prince-Édouard sera modifiée afin de rendre cette mesure permanente.

La décision était très attendue par les représentants de ce marché qui a vécu une année très difficile en matière de ventes.

David McGuire pose pour la photo devant un comptoir de brasserie.

David McGuire, propriétaire de la brasserie Bogside, explique que la vente directe permet aux clients d'avoir accès à une gamme de produits auxquels ils n'auraient pas accès dans un magasin de la commission des alcools.

Photo :  CBC / Nicola MacLeod

Selon David McGuire, propriétaire de la brasserie Bogside, à Montague, le service de livraison permet aux Insulaires d’avoir accès à une offre de produits plus vaste.

Nous recevons beaucoup de commentaires de gens qui nous disent : ''Oh, je n’avais pas réalisé que vous aviez autant de produits'', ajoute-t-il.

Il explique que sa brasserie ne propose actuellement que cinq produits dans les magasins de la commission des alcools de l’île, alors que son magasin de dégustation propose 18 produits. Tous ces produits peuvent être livrés à domicile.

Rod Weatherbie pose pour la photo devant le logo de son entreprise.

Le directeur général de la cidrerie Red Island de Charlottetown, Rod Weatherbie. Son entreprise livre de l'alcool dans toute la province.

Photo :  CBC / Nicola MacLeod

Le marché post-pandémie

Le directeur général de la cidrerie Red Island de Charlottetown, Rod Weatherbie, espère que le volume des livraisons se maintiendra même après la fin de la pandémie. Il ajoute que la livraison restera toujours une option pour les clients qui ne veulent pas quitter le confort de chez soi.

Cela nous permet d’atteindre des clients que nous n’aurions pas pu joindre au départ, que ce soit par le biais du bar ou des magasins d’alcool.

Rod Weatherbie, directeur général de la cidrerie Red Island

Selon Sébastian Manago, en même temps que la vente directe aux clients s’installe de façon permanente dans la province, les consommateurs seraient encore plus motivés à encourager les entreprises locales.

La livraison directe aux clients fait aussi partie d’une prise de conscience du consommateur par rapport à l’économie locale, explique-t-il.

M. Manago envisage d’incorporer de façon définitive ce type de vente à la stratégie de son entreprise, notamment à travers la création d’un système de points pour assurer la fidélité des clients.

Avec des renseignements de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !