•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Un homme pose devant un camion rouge.

Raymond Fortier se retire en 2021 après une longue carrière en affaire.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

Raymond Fortier, grand mécène de Cochrane, vient de vendre sa compagnie et annonce sa retraite pour 2021. L’homme d’affaires de 80 ans s’est distingué pour son apport exceptionnel au développement communautaire du Nord de l’Ontario.

Le monde serait une meilleure place, s’il y avait plus de Raymond Fortier.

Claude Rocheleau, gérant de la Banque alimentaire de Cochrane

M. Fortier s'est fait connaître en distribuant des bouteilles de Coca-Cola aux quatre coins du Nord-Est de l’Ontario.

Chaque jour, et ce depuis 1952, les résidents de Cochrane, Hearst, Timmins et Kapuskasing peuvent voir le gros camion rouge avec les écriteaux Fortier.

Trois camions Fortier Berverages.

En 2021, il ne reste plus que trois camions de Fortier Beverages sur les routes du Nord-Est de l'Ontario.

Photo : Fortier Beverages

M. Fortier a commencé comme embouteilleur, ensuite comme livreur avant de prendre possession de la compagnie en 1971, à la suite du décès de son père.

Un homme procède à l'embouteillage de bouteilles.

Raymond Fortier procède à l'embouteillage de bouteilles de Coca Cola dans son usine de Cochrane.

Photo : Fortier Beverages

Depuis le début des années 70, M. Fortier s’est engagé dans une multitude de causes à Cochrane, à commencer par la Banque alimentaire qu’il a fondée.

La Banque alimentaire de Cochrane.

La Banque alimentaire de Cochrane et l'aubainerie se trouve maintenant dans l'ancien établissement de Fortier Beverages.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

Tout a commencé quand il a offert une partie de son entrepôt pour lancer ce projet, se remémore l’ancien conseiller municipal Gilles Chartrand.

Aujourd’hui, cette banque alimentaire régionale à Cochrane est devenue un centre de distribution pour l’organisme Feed Ontario.

C’est tout à cause de Raymond si on a un des meilleurs systèmes de réfrigérateurs et de congélateurs de la région, précise le gérant de la Banque alimentaire de Cochrane, Claude Rocheleau.

Faire fleurir la grande francophonie

Raymond Fortier a toujours eu la fleur de lys tatouée sur le cœur. Insatisfait des services en français offerts par la Ville de Cochrane au début des années 80, il se présente à la mairie. Un poste qu’il a occupé pendant 5 ans.

Un homme avec le collier de maire.

En plus d'avoir son entreprise, Raymond Fortier a été maire de Cochrane de 1980 à 1985.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

Il voulait le bien des francophones. Il est arrivé là spécialement pour ça, il voulait que la moitié des conseillers municipaux soient francophones comme la ville était constituée de 50 % d’anglophones, souligne Gilles Chartrand, un ami de Raymond.

M. Chartrand se souvient encore de la première fois qu’il s’est présenté comme conseiller municipal, le premier à lui tendre la main était un certain Raymond Fortier.

C’est la première personne qui a cogné à ma porte. Il me dit: ''Gilles, as-tu besoin d’argent pour tes enseignes?''

L'engagement exceptionnel de Raymond Fortier dans la francophonie s’est traduit par l’attribution de nombreux prix et certificats de reconnaissance.

Il a notamment été nommé Personnalité de l’année du Centre Culturel La Ruche en 2010, bénévole du mois de la Ville de Cochrane en décembre 2017 et le conseil municipal lui a octroyé le titre de personnalité francophone de l’année en 2010.

lls devaient choisir quelqu’un cette année-là et c'est tombé sur moi, dit M. Fortier avec humilité.

Il a aussi été un des porteurs de la flamme olympique à l'occasion des Jeux olympiques de Vancouver.

Une grande clé fabriquée en bois et soulignant les 60 ans de services de M. Fortier dans sa communauté est accrochée au mur.

À l'occasion de son 60e anniversaire de service chez Fortier, Raymond Fortier s'est vu remettre la clé de la ville.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

Ses amis d’enfance Raymond Génier, Gilles Chartrand et Denis Vallée ne sont pas surpris de cette réponse.C’est à peu près Raymond, dit le trio unanime. Un homme très charitable qui ne voulait pas être reconnu publiquement de ce qu’il faisait.

Il a toujours poussé sur l’importance de la langue. Ses employés au bureau devaient parler les deux langues officielles, ajoute Denis Vallée.

Une générosité sans borne

À l’image des grands mécènes, Raymond Fortier a contribué au développement communautaire de Cochrane. Chaque fois qu’il faisait un don, il disait toujours: ne le dites pas à personne.

Il existe donc peu d’écrits et d’images des nombreux dons que le philanthrope a faits. Afin de saluer l'immensité de sa carrière, Radio-Canada a retracé quatre hommes qui font partie de sa garde rapprochée.

Raymond Génier, Gilles Chartrand, Denis Vallée et Claude Rocheleau ont été témoins d'innombrables gestes de générosité de la part de leur ami.

Un trio d'homme raconte des histoires autour d'une table.

Raymond Génier, Gilles Chartrand, Denis Vallée racontent des souvenirs de leur ami Raymond.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

S’il y a un feu, quelque chose qui se passe en ville, Raymond sera le premier à aller les aider.

Claude Rocheleau, gérant de la Banque de Alimentaire

Gilles Chartrand se souvient de l'incendie d’un appartement en particulier. Il a sorti le chéquier pour lui payer tout ce dont elle avait besoin pour repartir à neuf. Cette personne-là m’a conté ça, et elle en avait encore les larmes aux yeux.

M. Fortier a siégé à presque tous les conseils d’administration à Cochrane, dont celui de la paroisse, où il a d'ailleurs assuré la présidence.

Membre fondateur du comité paroissial, Denis Vallée témoigne du grand cœur de M. Fortier.

On envoyait toujours des lettres aux paroissiens qui n'assistent pas à la messe pour des sollicitations, et encore cette année, c’est Raymond qui a payé les 200 timbres. Grâce à ces lettres-là, on allait chercher 20 000$ supplémentaires annuellement.

Denis Vallée

Le trio d’amis énumère le nombre de réfrigérateurs qu’il a donné pour des organismes caritatifs de Cochrane, un au Club Richelieu, un autre à la Légion, un à la Banque alimentaire… Le trio pourrait continuer sans s’arrêter.

Une famille présente un chèque de 25 000$.

En octobre 2017, Fortier Beverages présente un chèque de 25 000$ pour l'achat d'un réfrigérateur.

Photo : Fortier Beverages

Denis Vallée avait une dernière histoire à partager: la construction de la Villa Minto à Cochrane. M. Vallée était alors responsable de trouver des commandites pour la construction.

Je suis allé voir Raymond, j’arrive puis je lui ai tourné la page présentation avec les commandites qu'il pouvait faire. Il me dit: ''retourne, c’est ça que je veux. Une chambre privée.'' Il a écrit le chèque, je ne dirais pas le montant, dit-il encore visiblement ému de ce geste.

Il voulait mettre le nom de son père sur la porte, pas de lui, encore. C’était toujours en l’honneur de son père, ça a été la générosité de Raymond tout au long de sa vie.

D’un maire à l’autre

À la suite de la vente de Fortier Beverages, le maire de Cochrane Denis Clément tenait à rendre hommage à l’homme qui lui a donné sa première chance à Cochrane.

Il est l’une des raisons pour laquelle je me suis établi ici, dit le maire actuel de la ville avec une profonde admiration pour M. Fortier.

Le maire de Cochrane.

Le maire Denis Clément.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

Originaire de Timmins, Denis Clément hésitait à faire le saut à Cochrane dans les années 80 afin de rejoindre son épouse qui y habitait.

M. Fortier m’a offert un poste pour travailler dans le bureau, raconte-t-il, extrêmement reconnaissant de cette première chance. J’ai ensuite déménagé ici et c’est peut-être la meilleure décision que je n’ai jamais prise.

Un homme transporte une caisse de Coke.

La famille était au coeur de l'entreprise de M. Fortier. Ses enfants prennent la relève.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

Le maire Clément suit maintenant les traces de son prédécesseur. Aujourd’hui, il intègre les connaissances en affaires de M. Fortier dans la gestion de la ville.

On peut gérer la ville comme entreprise, et c’est ça que j’ai appris de mes années avec M. Fortier. Toute chose prend de la planification, on ne gaspille pas de l’argent pour rien et on est aussi bon que nos employés, c’est ça le modèle que je m'appuie dessus, conclut le maire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !