•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ils ont contracté la COVID-19 et en gardent encore les séquelles

Kelly et Rick marchent en souriant au bord d'un lac.

Kelly Marshall et son père Rick Cameron ont tous les deux contracté la COVID-19 au début de la pandémie.

Photo : Radio-Canada / David Burke

Radio-Canada

Même si le bilan de la pandémie est plutôt enviable en Atlantique, plusieurs Néo-Écossais ont contracté la COVID-19 au printemps et certains d’entre eux n'en sont toujours pas complètement rétablis.

Cela fait des mois que Kelly Marshall, originaire de Stellarton en Nouvelle-Écosse, est officiellement guérie de la COVID-19. Mais les traces de la maladie perdurent dans sa vie.

Elle subit encore des complications du virus qu’elle a contracté en mars. Plus tôt ce mois-ci, elle a souffert d’une douleur aiguë à la poitrine.

C’était comme si un étau serrait ma poitrine et l’écrasait, c’était assez intense, tout mon corps tremblait et je souffrais beaucoup, se remémore-t-elle. Ça m’a fait peur.

Les effets à long terme de la COVID-19 ne sont pas encore connus, mais de plus en plus de recherches indiquent que des survivants de la maladie vivent avec ses complications, plusieurs mois plus tard.

Kelly Marshall n’a toujours pas retrouvé totalement son sens de l’odorat ni du goût. Elle se sent comme s’il y avait une brume dans son cerveau, ce qui rend les longues conversations pénibles, car elle a du mal à trouver ses mots.

C’est fatigant et tu te demandes si ça partira un jour , s’inquiète-t-elle.

Rick et Kelly qui prennent une marche.

Rick Cameron et sa fille, Kelly Marshall

Photo : Radio-Canada / David Burke

Un lent rétablissement

Sept membres de la famille de Kelly Marshall ont contracté le virus, après que son père est revenu de Floride en février. Ce n’est pas clair quand il a contracté le virus, puisqu’il était déjà de retour depuis un mois quand il est tombé malade.

Mais la COVID-19 l’a frappé très fort. Il avait plusieurs douleurs dans son corps, une mauvaise toux et du mal à respirer. Les médecins ont dû le placer dans un coma artificiel.

Ils m’ont induit en coma le 20 mars et je ne me souviens presque de rien jusqu’au 2 mai.

Une citation de :Rick Cameron

Quand il s’est réveillé, il était incroyablement faible.

C’était un choc, je ne pouvais pas lever la tête de l’oreille. Je n’avais aucune force., raconte Rick Cameron.

Ça a pris des mois de physiothérapie pour que l’homme de 70 ans regagne ses forces. Encore aujourd’hui, il estime ne pas les avoir récupérées complètement.

Cette famille veut maintenant sensibiliser les gens à l’importance de faire attention et de respecter les consignes de la santé publique.

Ce n’est pas une mince affaire [d’attraper la COVID-19], c’est très sérieux, et si vous avez la malchance de l’attraper, vous allez en pâtir, prévient Rick Cameron.

Avec des informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !