•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vaccination contre la COVID-19 : le général Hillier admet son erreur

L'Ontario est actuellement en dernière place au pays au chapitre de la proportion de personnes vaccinées, dit l'opposition libérale.

Rick Hillier en point de presse.

Le général à la retraite Rick Hillier dirige le groupe de travail de l'Ontario sur la distribution du vaccin contre la COVID-19.

Photo : La Presse canadienne / Tijana Martin

Radio-Canada

Oui, c'était une erreur de fermer des centres d'immunisation contre la COVID-19 durant les Fêtes, concède le général à la retraite Rick Hillier, qui dirige le groupe de travail provincial sur la distribution du vaccin.

Le gouvernement de Doug Ford a fait face à une multitude de critiques à ce sujet depuis lundi, de la part des partis d'opposition, de travailleurs de la santé et même d'un membre du panel du général Hillier, le Dr Isaac Bogoch.

Le spécialiste des maladies infectieuses à l'Hôpital général de Toronto avait affirmé en entrevue à CBC, mardi matin, que la décision de fermer nombre de centres d'immunisation au cours des derniers jours avait été une « erreur ».

Le virus ne prend pas de vacances, avait-il dit. Alors, les centres de vaccination ne devraient pas s'arrêter non plus.

Après avoir défendu ces fermetures lundi, le général Hillier a fait son mea-culpa mardi.

Avec le recul, [je peux dire que] c'était la mauvaise décision.

Une citation de :Rick Hillier, président du groupe d'experts de l'Ontario sur le vaccin contre la COVID-19

Nous ne prendrons plus de journées de congé, a-t-il lâché.

Lundi, il avait expliqué que la fermeture de certains centres de vaccination pendant les Fêtes était liée à la réduction du personnel dans les centres de soins de longue durée.

Ces employés, qui sont vaccinés en priorité, comme ceux des hôpitaux, doivent se rendre à un des points de vaccination pour être immunisés, étant donné que le vaccin de Pfizer-BioNTech doit être entreposé à une température très basse dans des congélateurs spéciaux.

On ne peut pas dégarnir les résidences de tout leur personnel en même temps, avait-il dit à CBC lundi, et le nombre d'employés est réduit [durant les Fêtes] pour qu'ils puissent avoir une petite pause et se reposer un peu.

Du côté des hôpitaux où sont administrés les vaccins, de nombreux travailleurs ont affirmé qu'ils auraient été prêts à travailler pendant les Fêtes, compte tenu de l'urgence de la situation.

Dimanche, seulement 5 centres de vaccination de la province étaient ouverts. Lundi, 10 étaient en service, et les 19 devaient être ouverts mardi.

L'Ontario en retard

Le général Hillier a indiqué en point de presse, mardi, que plus de 14 000 Ontariens avaient été vaccinés depuis le 14 décembre.

Toutefois, la province a reçu plus de 95 000 doses du vaccin de Pfizer-BioNTech jusqu'à maintenant et la décision du gouvernement de fermer plusieurs centres de vaccination durant les Fêtes a suscité beaucoup de critiques.

Les partis d'opposition ont accusé le gouvernement Ford d'être désorganisé. Selon l'opposition libérale, l'Ontario est la province qui a vacciné le moins de personnes par 100 000 habitants jusqu'à maintenant.

Ottawa avait aussi décoché une flèche à l'endroit de l'Ontario, lundi. Nous nous attendons à ce que les provinces augmentent leur taux de vaccination dès que possible, avait dit Cole Davidson, attaché de presse de la ministre fédérale de la Santé, Patty Hajdu.

Photo d'Isaac Bogoch dans son bureau.

Isaac Bogoch, infectiologue de l'Hôpital général de Toronto

Photo : Radio-Canada / Frédéric Lacelle

Même le Dr Bogoch, qui fait partie du groupe de travail du général Hillier, avait critiqué le gouvernement en entrevue à CBC, mardi matin.

C'était une erreur [de fermer des centres de vaccination durant les Fêtes]. Le programme d'immunisation devrait tourner à plein régime chaque jour.

Une citation de :Isaac Bogoch, spécialiste des maladies infectieuses et membre du groupe de travail provincial

Le général Hillier a indiqué, mardi, que le nombre de points de vaccination dans la province augmenterait à 23 au cours des prochaines semaines.

Il s'attend aussi à recevoir 50 000 doses du vaccin de la pharmaceutique Moderna dès mercredi.

Son objectif est de vacciner 12 000 personnes par jour d'ici environ deux semaines.

M. Hiller promet par ailleurs de dévoiler le nombre de personnes vaccinées chaque jour.

Fini les doses en réserve

Initialement, l'Ontario mettait une dose de côté au congélateur pour chaque individu immunisé, afin de s'assurer que chacun puisse avoir son rappel trois semaines plus tard, en cas de problèmes d'approvisionnement.

Plus confiant dans son stock, le gouvernement de Doug Ford utilise maintenant toutes les doses à sa disposition, confirme Alexandra Hilkene, attachée de presse de la ministre de la Santé, Christine Elliott.

Après avoir reçu du gouvernement fédéral 90 000 doses additionnelles du vaccin de Pfizer le 21 décembre, nous avons continué à administrer la dose initiale à des milliers d'Ontariens, dit Mme Hilkene. Nous ne mettons pas de doses de côté. Nous vaccinons le plus de personnes possible, comptant sur les livraisons confirmées de vaccins au cours des prochaines semaines pour les deuxièmes doses.

L'attachée de la ministre Elliott n'a pas expliqué pourquoi l'Ontario avait attendu avant de changer son approche.

Le vaccin de Moderna ne nécessite pas un entreposage à une température aussi basse que celui de Pfizer-BioNTech, et l'Ontario veut s'en servir pour vacciner les gens dans les résidences pour personnes âgées ainsi que dans les zones chaudes et les régions éloignées le long de la baie James, précise M. Hillier.

Selon le plan de vaccination provincial :

  • 1,1 million d'Ontariens doivent être immunisés d'ici la fin de mars (travailleurs de la santé et personnes vulnérables comme les aînés dans les centres de soins de longue durée);
  • 8,5 millions d'Ontariens doivent recevoir le vaccin d'ici la fin de juillet, y compris des membres de la population en général.

On ne peut pas aller plus vite, a assuré le général Hillier, mardi. On veut s'assurer de bien faire les choses.

Il a aussi indiqué qu'il avait demandé à Ottawa d'évaluer la possibilité d'offrir une seule dose par personne du vaccin de Moderna plutôt que de deux. Je sais qu'il est tard pour demander un cadeau de Noël, a-t-il dit. Mais si je pouvais le faire, je demanderais à Santé Canada de réexaminer la possibilité de donner une seule dose du vaccin de Moderna, ce qui nous permettrait de vacciner rapidement encore plus de personnes.

Toutefois, la Dre Supriya Sharma, conseillère médicale principale à Santé Canada, a signalé plus tôt ce mois-ci que, bien que l'efficacité du vaccin de Moderna soit de 80 % après une première dose selon les essais cliniques, la durée de l'immunité procurée par une dose unique n'est pas connue, d'où la recommandation d'un rappel.

Il est important de rappeler que les essais cliniques n'ont pas étudié l'efficacité d'une dose unique, note Paul Monlezun, porte-parole de PAA Public Affairs, au nom de Moderna Canada.

La Dre Barbara Yaffe, médecin hygiéniste en chef adjointe de l'Ontario, a d'ailleurs indiqué que Santé publique Ontario continuera de suivre les recommandations des compagnies pharmaceutiques concernant le nombre de doses.

De son côté, le Dr Sumon Chakrabarti, spécialiste des maladies infectieuses au Réseau Trillium à Mississauga, se réjouit de voir que l'Ontario va maintenant utiliser toutes les doses à sa disposition. Ça a du sens de vacciner le plus de personnes possible, même si la première dose n'offre qu'une protection partielle, a-t-il affirmé sur les ondes de CBC, mardi.

Le premier ministre ontarien, Doug Ford, n'a aucune disponibilité pour les médias mardi, selon son attachée de presse.

L'Ontario a fracassé mardi son record de nouveaux cas de coronavirus en une journée. La province a recensé 2553 nouvelles infections.

Avec les informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !