•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le top 10 des nouvelles sportives de l'année à Ottawa et Gatineau

Les JO seront présentés en 2021 à Tokyo plutôt qu'en 2020

L’année 2020 aura retenu l’attention en raison des nombreux événements sportifs reportés ou annulés en raison de la pandémie de Covid-19.

Photo : afp via getty images / CHARLY TRIBALLEAU

Certains évènements survenus cette année resteront gravés dans l'Histoire sportive de la région de la capitale nationale. Voici le palmarès des nouvelles sportives de l'année.

10. Annulation des grands évènements sportifs

L’année 2020 aura retenu l’attention en raison des nombreux événements sportifs reportés ou annulés en raison de la pandémie de Covid-19. Qui aurait pu prédire que les Jeux olympiques de Tokyo n’auraient pas lieu en juillet 2020 et seraient repoussés à 2021?

Cette décision a eu un impact certain sur bon nombre d’athlètes d’Ottawa et de Gatineau qui devaient participer au grand rendez-vous sportif. Le Canada a été un des premiers pays au monde à prendre la décision de ne pas envoyer ses athlètes au Japon, en mars. Au moment de prendre cette décision, les athlètes étaient très divisés.

L’annulation a forcé les athlètes à faire preuve d’ingéniosité et à se réinventer. La sprinteuse Farah Jacques a notamment réorienté sa carrière en devenant enseignante de mathématique dans une école du secteur d’Aylmer.

En 2016, elle faisait partie de l’équipe d’athlétisme qui représentait le Canada aux Jeux olympiques de Rio où elle a participé à la finale du 4 x 100 mètres et terminé en 7e place

En 2016, elle faisait partie de l’équipe d’athlétisme qui représentait le Canada aux Jeux olympiques de Rio où elle a participé à la finale du 4 x 100 mètres et terminé en 7e place

Photo : Radio-Canada / Michel Aspirot

La nageuse paralympique Camille Bérubé est passée par toute la gamme des émotions après l’annonce du report des Jeux, elle qui était à deux semaines des qualifications dans sa discipline. Après avoir été déçue et verser quelques larmes, elle s’est remise à l’ouvrage en vue de 2021. Elle a dû patienter plus de 100 jours avant de replonger dans une piscine.

La plupart des grands événements sportifs de la capitale nationale ont été touchés par la pandémie. La fin de semaine des courses s’est tenue virtuellement et le sera encore en 2021. Le marathon canadien de ski optera pour une formule semblable le printemps prochain. Ottawa a aussi perdu des événements de ski de fond, de patinage artistique et de curling notamment.

Les saisons de hockey, de basketball et de soccer ont été chamboulées et retardées en Amérique du Nord. Le Atletico Ottawa a notamment joué sa première saison d’existence dans une bulle sanitaire à Charlottetown. Quant au football canadien, il a été une autre victime collatérale de la pandémie, avec une annulation de la saison 2020 de la Ligue canadienne. Les joueurs du Rouge et Noir d’Ottawa sont restés sans emploi tout l’été.

9. Carol Anne Chénard prend sa retraite

Le numéro 9 de l'infographie sur le bilan de l'année 2020.

L’arbitre Carol Anne Chénard a annoncé sa retraite après 15 ans.

Photo : Radio-Canada

Le soccer de haut niveau a perdu un modèle féminin au Canada. L’arbitre Carol Anne Chénard a annoncé sa retraite après 15 ans. Pendant toutes ces années, Chénard a arbitré plus de 100 matchs internationaux dans environ 20 pays. Le talent de la femme de 43 ans est reconnu partout dans le monde. Elle a notamment été sur le terrain lors de la rencontre de la médaille d’or aux Jeux olympiques de Rio en 2016. Elle a été nommée arbitre féminine de l’année de la CONCACAF en 2016.

Carol Anne Chénard lève le bras.

Carol Anne Chénard pendant le match de la médaille d'or aux Jeux olympiques de Rio, en août 2016

Photo : Mexsport/Canada Soccer

Carol Anne Chénard n’a toutefois pas été en mesure d’arbitrer un dernier match sur le terrain comme elle l’aurait voulu en raison d’un diagnostic de cancer du sein qui lui a fait manquer la Coupe du monde 2019 en France, l’an dernier. La pandémie a eu raison des Jeux olympiques de Tokyo.

8. Victoire de Barriault puis suspension pour dopage

Le numéro 8 de l'infographie sur le bilan de l'année 2020.

Marc-André Barriault est suspendu neuf mois par l’Agence antidopage américaine.

Photo : Radio-Canada

L’année 2020 devait être celle de la rédemption pour le combattant d’arts martiaux mixtes de Gatineau, Marc-André Barriault. Toujours sans victoire dans l’UFC depuis son entrée dans la prestigieuse organisation, Barriault a finalement remporté son premier gain, en juin. Le Gatinois a passé le KO à son adversaire Oscar Piechota à Las Vegas. Mais, quelques semaines plus tard… le désastre. Il reçoit les résultats d’un test antidopage dans lequel il est positif à l’ostarine, une substance interdite.

Un combattant d'arts martiaux mixtes reçoit un coup de pied au corps pendant un duel

Marc-André Barriault lors de son combat contre Krzysztof Jotko, à Edmonton, en juillet 2020.

Photo : La Presse canadienne / Jason Franson

Les niveaux dans le sang sont infimes, mais Barriault est finalement suspendu neuf mois par l’Agence antidopage américaine. Il ne pourra pas se battre jusqu’en mars prochain et sa victoire contre Piechota est renversée en ‘’no contest’’, un match sans décision. Barriault est encore convaincu aujourd’hui d’avoir été contaminé par un supplément alimentaire.

7. Custio Clayton en championnat du monde

Le numéro 7 de l'infographie sur le bilan de l'année 2020.

Custio Clayton a affronté Sergey Lipinets en octobre aux États-Unis.

Photo : Radio-Canada

Même si les galas de boxe ont été beaucoup moins nombreux en 2020, ça n’a pas empêché un Gatinois d’adoption de se battre en championnat du monde. Mené par l’entraîneur d’Ottawa Éric Bélanger, Custio Clayton, qui habite dans le secteur d’Aylmer, a affronté Sergey Lipinets en octobre aux États-Unis.

Un boxeur donne un coup sur le visage de son adversaire qui encaisse. Ça semble lui faire mal.

Custio Clayton sert une droite à Sergey Lipinets lors du combat de championnat du 24 octobre. Le Néo-Écossais de 33 ans a réussi à percer la défense de son adversaire à plusieurs reprises vers la fin de l'affrontement.

Photo : SHOWTIME

Ce duel s’est soldé par un verdict nul, même si Clayton semblait avoir eu le meilleur sur son adversaire. Un des trois juges l’avait d’ailleurs donné le Canadien gagnant. C’était la première fois en 19 combats que Clayton ne sortait pas du ring avec une victoire.

Clayton peut se consoler avec sa bonne performance. Il a suffisamment impressionné les décideurs du monde de la boxe que les offres pour un nouveau combat sont nombreuses. Il pourrait de nouveau se battre pour une ceinture mondiale en 2021.

6. La saison de Michael Woods sur le circuit de l'UCI

Le numéro 6 de l'infographie sur le bilan de l'année 2020.

Le cycliste de 34 ans a remporté deux courses d’étapes dans deux événements distincts.

Photo : Radio-Canada

Michael Woods a connu une grande saison sur le circuit de l’Union cycliste internationale (UCI). Le cycliste de 34 ans a remporté deux courses d’étapes dans deux événements distincts parmi les plus difficiles de la planète. Il a d’abord enlevé une étape du Tirreno-Adriatico en septembre, avant de remporter la 7e étape du Tour d’Espagne, la Vuelta, un mois plus tard.

Il porte les mains à la poitrine et expire en croisant la ligne d'arrivée

Michael Woods, vainqueur de la 7e étape de la Vuelta 2020

Photo : afp via getty images / ANDER GILLENEA

En plus de ces victoires, Woods a enregistré plusieurs 2e places en compagnie de son équipe Education First Pro Cycling. Pas mal pour l’athlète qui a pensé à un certain moment devoir mettre une croix sur sa saison en raison d’une fracture du fémur au mois de mars

Le report des Jeux olympiques de Tokyo a aussi profité à Woods, qui compte finalement se présenter en pleine forme au Japon l’été prochain… et il aura de grandes ambitions.

5. Les Olympiques de Gatineau

Le numéro 5 de l'infographie sur le bilan de l'année 2020.

Les Olympiques de Gatineau ont retenu l’attention en 2020.

Photo : Radio-Canada

Le moins que l’on puisse dire, c’est que les Olympiques de Gatineau ont retenu l’attention en 2020. L’histoire a commencé en décembre 2019 lorsque les propriétaires ont racheté les parts de Martin Lacasse et Alain Sear. Ce dernier quittait du même coup son poste de directeur des opérations hockey. Dans les mois suivants, le nouveau groupe s’est séparé de l’entraîneur Éric Landry et a offert son poste, de même que celui de directeur général, à Louis Robitaille des Tigres de Victoriaville.

Des joueurs de hockey regardent un match de leur banc.

Les Olympiques de Gatineau lors d'une rencontre face aux Voltigeurs au Centre Vidéotron, dans la bulle à Québec.

Photo : Jonathan Roy / LHJMQ

Robitaille avait les mains pleines au repêchage de juin. Il a mis la main sur trois des quatre meilleurs espoirs du repêchage, dont le tout premier choix, le défenseur Tristan Luneau. JAMAIS les Olympiques n’avaient choisi au premier rang dans l’histoire de la franchise.

Pour la première fois depuis longtemps, les amateurs de hockey junior peuvent voir l’avenir avec optimisme. Les Olympiques doivent aussi déménager dans le tout nouveau Centre Slush Puppie, l’automne prochain.

4. Ivanie Blondin, championne du départ groupé

Le numéro 4 de l'infographie sur le bilan de l'année 2020.

La patineuse de vitesse d’Ottawa Ivanie Blondin a confirmé son talent et ses efforts en 2020.

Photo : Radio-Canada

La patineuse de vitesse d’Ottawa Ivanie Blondin est redoutable sur les anneaux olympiques. La jeune femme de 30 ans a confirmé son talent et ses efforts en 2020 en remportant le Championnat du monde du départ groupé, devenu sa spécialité.

Cette grande victoire est évidemment survenue avant que l’Union internationale de patinage ne mette fin aux différentes épreuves de la saison des athlètes en raison de la pandémie de Covid-19.

Ivanie Blondin pose pour une photo avec Irene Schouten et Nana Takagi.

Ivanie Blondin s'est emparée du titre au départ groupé pour la saison de Coupe du monde.

Photo : Associated Press / Peter Dejong

Malgré tout, celle qui a participé aux Jeux olympiques de Sotchi et de Pyeongchang, pourra garder de bons souvenirs de l’hiver 2020 grâce à cette grande victoire remportée dans les derniers virages de la course de 3000 m devant la Sud-Coréenne Kim Bo-reum et la Néerlandaise Irene Schouten.

Blondin a aussi mis la main sur une médaille d’argent au Championnat du monde toutes distances quelques semaines plus tard grâce à son chrono au 5000 m.

Elle s’est également mariée en 2020 avec son conjoint des quatre dernières années, Konrad Nagy. Bravo Ivanie !

3. Les Sénateurs redonnent espoir aux partisans

Le numéro 3 de l'infographie sur le bilan de l'année 2020.

L'équipe des Sénateurs d'Ottawa a réalisé un grand coup lors du repêchage de la Ligue nationale de hockey (LNH) en octobre.

Photo : Radio-Canada

Il y a longtemps que les Sénateurs d’Ottawa peinent à faire vibrer les partisans de hockey de la capitale. L’organisation a toutefois réalisé un grand coup lors du repêchage de la Ligue nationale de hockey (LNH) en octobre. L’annonce de la sélection de l’Allemand Tim Stützle, le 3e au total, a été faite par l’animateur de Jeopardy!, Alex Trebek. C’était un dernier coup d’éclat pour le populaire animateur avant sa mort, quelques semaines plus tard.

Les Sénateurs ont mis la main sur un jeune joueur parfois comparé à Patrick Kane, qui a récolté 7 buts et 27 aides en 41 matchs dans la ligue professionnelle allemande l’an dernier. Les experts mentionnent qu’il est électrisant et qu’il pourra passionner les amateurs de hockey pendant longtemps dans la capitale. Le directeur général de l'équipe était satisfait de son repêchage.

Chargement de l’image

Le premier choix des Sénateurs d'Ottawa au repêchage 2020, l'Allemand Tim Stützle.

Photo : Gracieuseté des Sénateurs d'Ottawa / AS Sportfoto Binder

L’organisation a aussi mis la main sur un gardien pour remplacer Craig Anderson et assurer une stabilité devant le filet. L’ancien des Penguins, Matt Murray, gagnant de deux coupes Stanley, s’est amené dans la capitale contre un joueur et un choix de 2e tour.

Les Sénateurs n’ont pas joué depuis le mois de mars depuis que les activités de la LNH ont été suspendues. L’attente tire à sa fin, la Ligue a annoncé la reprise des activités pour une saison 2021 écourtée, d’ici la fin du mois de janvier.

2. L'arrivée de nouvelles équipes dans la capitale

Chargement de l’image

Pas moins de quatre équipes ont été annoncées ou ont fait leur début cette année dans la capitale.

Photo : Radio-Canada

Le public se souviendra longtemps de 2020 comme de l’année des annulations et des disparitions d’événements sportifs. Mais, cette année a quand même représenté un certain renouveau en sports dans la capitale.

Chargement de l’image

Le capitaine de l'Atlético Ottawa, Ben Fisk, tente de se défaire d'un joueur lors de la rencontre contre le Valour FC.

Photo : David Chant / Atlético Ottawa

Pas moins de quatre équipes ont été annoncées ou ont fait leur début cette année. D’abord, après la disparition du Fury, le soccer a rapidement retrouvé une formation avec l’arrivée de l’Atlético Ottawa. La puissante formation espagnole de l’Atlético de Madrid a investi au Canada pour fonder une organisation dans la Première ligue canadienne de soccer.

L’équipe a pris le 7e rang sur 8 équipes de la saison disputée dans la bulle à l'Île-du-Prince-Édouard. La formation de l’entraîneur Mista a obtenu deux victoires et deux nulles en sept rencontres. Pas mal pour une équipe qui signait encore des contrats avec des joueurs quelques jours avant le tournoi dans les maritimes.

Chargement de l’image

La nouvelle équipe de baseball professionnel d'Ottawa se nommera les Titans.

Photo : Gracieuseté des Titans d'Ottawa

Nouvelle équipe de baseball, nouveau nom. Les Titans d’Ottawa vont tenter de s’implanter dans un marché où les Rapidz, les Fat Cats et les Champions ont fait chou blanc. Le logo de l’équipe représente un joueur derrière le parlement. Les uniformes seront noir, rouge et blanc, les mêmes couleurs que les Sénateurs, les 67 et le Rouge et Noir d’Ottawa. L’équipe est détenue par les propriétaires des Goldeyes de Winnipeg, en partenariat avec le Ottawa sports and entertainment group (OSEG).

Chargement de l’image

Les Aces d'Ottawa ont révélé leurs couleurs et leur logo.

Photo : Radio-Canada / Kim Vallière

Si tout va bien, les amateurs de Rugby devraient bientôt pouvoir encourager la nouvelle équipe des Aces d’Ottawa. Un groupe d’investisseurs a annoncé l’arrivée d’une formation de la Rugby Football League (RFL), un circuit basé en Europe. L’annonce de la disparition du Wolfpack de Toronto, qui s'alignait dans cette ligue, est toutefois venue jeter un doute sur le projet d’Ottawa.

Finalement, Ottawa a récupéré une équipe de basketball professionnel. Les Blackjacks ont fait leurs débuts dans la Canadian Elite Basketball League (CEBL). L’équipe a misé sur des joueurs locaux avec plusieurs anciens des Gee Gees et des Ravens de Carleton. Elle a toutefois perdu les services de son directeur général, Dave Smart, et de son entraîneur-chef, Osvaldo Jeanty, au terme de sa première saison.

1. Jonathan David en France

Chargement de l’image

Le transfert du joueur de soccer de la région d’Ottawa est le plus cher de l’histoire du sport au Canada.

Photo : Radio-Canada

Qui aurait cru qu’un joueur de soccer de la région d’Ottawa deviendrait un jour le transfert le plus cher de l’histoire du sport au Canada ? C’est ce qui s’est passé cette année avec le transfert de Jonathan David du club belge la Gantoise, à l’organisation française de Lille.

Le LOSC a déboursé pas moins de 47 millions de dollars pour obtenir ses services. Le club n’avait jamais déboursé autant d’argent pour acquérir un joueur.

Chargement de l’image

Jonathan David porte ses nouvelles couleurs.

Photo : Twitter/LOSC

Jonathan David a eu quelques difficultés d’adaptation en France. À la mi-décembre, il n’avait marqué que deux buts. Il est tout de même rapidement devenu un incontournable du club, donnant de l’espace à ses coéquipiers et obtenant plusieurs passes décisives.

Il sera encore à surveiller en 2021, surtout avec l’équipe nationale canadienne. En compagnie du joueur du Bayern Munich, Alfonso Davies, il tentera de ramener le Canada en Coupe du monde pour une première fois depuis 1986. Le pays aura de grandes ambitions dans les prochaines années et pourrait y être dès 2022, au Qatar.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !