•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tarifs d’Hydro : un allègement pourrait être accordé aux stations de ski

Un canon à neige expulse de la neige.

Le reportage de Marc-Antoine Lavoie

Photo : Marie-Michèle Bourassa

L’Association des stations de ski du Québec (ASSQ) dit avoir bon espoir qu’Hydro-Québec offre un allègement financier en raison des températures sous la normale saisonnière du temps des Fêtes. Elle souhaite malgré tout rappeler que les précipitations de pluie et le redoux observés depuis le 24 décembre nuisent grandement à son industrie.

Nous avons une bonne écoute et une excellente compréhension de la réalité de notre industrie au sein de l’appareil gouvernemental, écrit le président-directeur général de l’ASSQ, Yves Juneau.

Ce dernier n’en est pas à sa première demande du genre à Hydro-Québec. Une situation qui survient lorsque les températures douces font gonfler les factures d'électricité des stations de ski, qui doivent assurer l’enneigement mécanique des pistes.

Il rappelle qu’au printemps dernier, la société d'État avait accepté de suspendre la pénalité hivernale. L’Association estime donc qu’une mesure équivalente est nécessaire cet hiver aussi.

À titre d’exemple, pendant les périodes de redoux, l’enneigement mécanique coûte environ 2 $ par mètre cube de neige fabriquée, selon M. Juneau. Or, lorsque la normale saisonnière du mois de décembre est atteinte - environ -10 degrés la nuit - le coût est de 0,50 $ par mètre cube.

« La neige fabriquée à des températures au-dessus de -5 degrés requiert plus d’air, et les compresseurs convertissent une moins grande quantité d’eau en neige. »

— Une citation de  Yves Juneau, PDG, ASSQ

Les stations de ski, par exemple, sont lourdement pénalisées simplement du fait qu’elles utilisent l’électricité sur une base saisonnière plutôt que régulière, au point de devoir payer jusqu’au double de la tarification moyenne, poursuit le PDG.

Cette situation représente un montant supplémentaire de 150 000 $ à 300 000 $ pour une station de ski, d’après l’ASSQ.

Hydro-Québec s’engage à discuter

En réponse à la demande de l’Association, une porte-parole d’Hydro-Québec, Gabrielle Leblanc, écrit que la société d’État travaille avec l’Association et avec les centres de ski depuis plusieurs années afin de les aider à mettre en place des solutions pour moins consommer et mieux consommer et ainsi réduire leur facture d’électricité.

Des échanges sont en cours avec l’ASSQ pour trouver les mesures qui pourraient répondre aux conditions difficiles rencontrées dans les centres de ski cet hiver.

Hydro-Québec mentionne également que plusieurs mesures de solidarité ont été mises en place pour l’ensemble des clients.

Le moratoire sur les interruptions de service pour non-paiement se poursuivra au moins jusqu’au 31 mars 2021 pour qu’aucun client ne soit privé d’électricité. De plus, aucuns frais d’administration ne ser[ont] facturés si une entente de paiement est conclue, donne comme exemple la porte-parole.

Avec la collaboration de Marc-Antoine Lavoie

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !