•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : Montréal-Nord panse ses plaies après le choc de la première vague

Trois bénévoles discutent avec un passant.

Des bénévoles distribuent des trousses, y compris des masques, des gants et de l'information sur la COVID-19, à Montréal-Nord le 2 mai 2020.

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Durant la première vague, l’arrondissement de Montréal-Nord a été le secteur le plus touché par la pandémie sur l’île de Montréal, devenue en mai l’épicentre de la crise au Québec.

Si la situation semble s’améliorer, Montréal-Nord compte 5852 cas pour 100 000 personnes depuis le début de la pandémie, le taux plus élevé de la métropole, selon Santé Montréal.

En entrevue à Tout un matin, la mairesse Christine Black dit avoir énormément appris par rapport à la première vague.

Ça nous a frappés tout d’un coup. Et en même temps, ça a permis à notre communauté de se mobiliser et de se serrer les coudes pour faire face à cette crise-là.

Une citation de :Christine Black, mairesse de Montréal-Nord

La population de Montréal-Nord a été très réceptive [ aux consignes sanitaires] dans les semaines qui ont suivi. On voyait partout à Montréal des gens hésitant à porter le masque, alors qu’à Montréal-Nord les gens le portaient et faisaient très attention, confie Mme Black.

Elle ajoute qu’au tout début de la deuxième vague, le nombre de contaminations augmentait d’une façon plus importante ailleurs à Montréal qu’à Montréal-Nord. Et je suis persuadée que les mesures qu’on a mises au printemps continuent de faire leur effet, lance la mairesse.

Plan rapproché de Mme Black.

Christine Black, mairesse de Montréal-Nord

Photo : Radio-Canada

Mais qu’est-ce qui explique la vulnérabilité de Montréal-Nord au tout début de la pandémie? Plusieurs facteurs y ont contribué, pense-t-elle.

On a beaucoup de gens qui travaillent dans les services essentiels et dans le domaine de la santé, comme infirmières, infirmières auxiliaires et préposés aux bénéficiaires […] Les gens ramènent malheureusement bien souvent le virus à la maison et ça le propage à l’intérieur des domiciles.

Après le confinement et les multiples restrictions sanitaires, les citoyens font preuve d’une résilience saluée par la mairesse. La crise, poursuit Mme Black, a également exacerbé les inégalités, fait-elle remarquer.

145e7464856940458e50f1c48571fb34

Ouverture d’un centre de test de dépistage du coronavirus à l’aréna Garon, à Montréal-Nord

Photo : Radio-Canada / Charles Contant

La mairesse de l'arrondissement souligne aussi l’accès limité aux parcs pour une population qui vit souvent dans des espaces exigus. Ce qui rend la cohabitation difficile dans un contexte de pandémie.

Les jeunes adultes et les jeunes ont eu peu d’activités, et cela a créé beaucoup d’oisiveté et beaucoup de tension à l’intérieur des groupes, explique Christine Black pour qui Montréal-Nord demeure toujours très fragile.

Elle rappelle que depuis quelques années, c’était beaucoup plus calme dans le quartier et les gens occupaient l’espace public. Il en est autrement aujourd’hui, et cela a créé des conditions favorables [à la violence].

La COVID a amené beaucoup de précarité, beaucoup plus de pauvreté […] l’itinérance est beaucoup plus visible aujourd’hui.

Une citation de :Christine Black, mairesse de Montréal-Nord

La mairesse réclame également le même niveau de services dans tous les arrondissements en matière de financement de projets, notamment dans son secteur, où les attentes sont élevées. Elle veut que les sommes arrivent dans le quartier et qu’on puisse voir des changements de façon beaucoup plus importante.

COVID-19             : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !