•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Redoux et pandémie, de nouveaux défis pour les stations de ski du Québec

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Le mont val-d'irène.

À Bromont et au mont Saint-Sauveur, des équipes «COVID-19» sont présentes sur les pistes pour s'assurer que les règles de distanciation physique soient respectées.

Photo : Radio-Canada

Solveig McClure Poirier

Les stations de ski du Québec enregistrent un bilan doux-amer depuis le début de la saison. Parmi les nouveaux défis auxquels elles font face, il y a la température clémente des derniers jours, mais aussi la pandémie.

Au mont Saint-Sauveur, la saison de ski est loin d’être comme les autres. En plus du port du couvre-visage, qui est obligatoire pour tous les skieurs et planchistes, une distance de deux mètres doit être respectée entre les skieurs.

Dans les télésièges, une seule bulle familiale est autorisée. Une fois au sommet, l’achalandage est contrôlé, question de faire respecter les règles de distanciation physique. Le chalet est ouvert, mais uniquement pour se réchauffer ou pour utiliser les salles de bain.

Ces mesures, qui doivent être respectées par tous les centres de ski en zone rouge, ne semblent toutefois pas faire fuir les amateurs de sports de glisse, qui étaient nombreux à dévaler les pentes au cours des derniers jours.

Au mont Saint-Bruno, normalement, on ressent une baisse de l'achalandage autour du 25 et du 26 décembre, mais cette année, faute de pouvoir aller courir les soldes de l’Après-Noël, les gens se sont rassemblés sur les pistes.

Selon Michel Couture, directeur général de Ski Saint-Bruno, l'achalandage a été supérieur à la normale le 26 décembre. Une situation qu'il souhaite voir se poursuivre durant toute la période des Fêtes.

À Bromont et au mont Saint-Sauveur, des « équipes COVID-19 » ont été mises en place afin de s’assurer du respect des consignes.

Des pertes financières à prévoir?

Malgré l’achalandage des derniers jours, les mesures sanitaires auront sans doute un effet sur la situation financière des centres de ski, qui ont déjà dû essuyer des pertes importantes l’année dernière, alors que la première vague a écourté la saison.

En plus de devoir limiter le nombre de billets et de passes de saison, il a fallu fermer les boutiques de ski et les restaurants dans les stations, ce qui constitue une autre perte financière.

Josée Cusson, de l’Association des stations de ski du Québec (ASSQ), se réjouit toutefois que la location d’équipements soit maintenant permise. On est en discussion avec les différents paliers gouvernementaux pour obtenir une aide financière, mais c’est certain que l’important pour nous est de rester ouverts toute la saison, ajoute-t-elle.

Mauvaise température

Dans l’Est-du-Québec, la météo défavorable des derniers jours a contraint la plupart des stations de ski à repousser leur ouverture ou à interrompre leurs activités.

Si les canons à neige roulent à plein régime depuis quelques jours pour remettre les pistes en bon état dans de nombreuses stations, certains centres, comme la station Gallix, située sur la Côte-Nord, qui était ouverte depuis le 19 décembre, ont dû fermer leurs portes à cause du mauvais temps.

Même chose du côté des monts Valin, au Saguenay–Lac-Saint-Jean, où la neige est habituellement abondante : la météo des derniers jours a forcé la suspension de la saison.

Au parc régional Val-d’Irène, les dommages causés par la pluie sont tels que la station ne prévoit pas la réouverture des pentes avant le 31 décembre.

Selon Environnement Canada, le retour de la neige devrait avoir lieu au cours des prochains jours dans certaines régions de l’Est-du-Québec.

Avec les informations de Mélissa François et d'Aimée Lemieux.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !