•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

En Georgie, la campagne sénatoriale se corse entre démocrates et républicains

Aucun candidat n’a recueilli la majorité absolue à l’issue des élections sénatoriales, en novembre, forçant ainsi la tenue d'un second tour de scrutin.

Kelly Loeffler levant le pouce en l'air.

La sénatrice républicaine sortante Kelly Loeffler lors d'un rassemblement le 21 décembre à Milton

Photo : Reuters / Alexander Drago

Associated Press

Les deux candidats au deuxième tour des élections sénatoriales en Georgie, la républicaine Kelly Loeffler et le démocrate Raphael Warnock, cherchent à courtiser un vaste bassin d'électeurs pour tenter d'obtenir la victoire à l'occasion du double scrutin du 5 janvier.

Pas moins de deux millions d'électeurs ont voté pour l'un des 18 autres candidats qui s'étaient présentés en novembre.

La couleur politique des votes semble donner un léger avantage à Mme Loeffler, la sénatrice sortante. L'ensemble des candidats républicains ont obtenu 48 000 votes de plus que leurs rivaux démocrates.

Dans l'autre élection sénatoriale, le républicain sortant David Perdue détient une plus forte avance encore puisqu'il avait devancé Jon Ossoff par plus de 88 000 voix en novembre, mais comme aucun des deux n'avait obtenu une majorité absolue, un second tour est aussi nécessaire.

À l'instar du scrutin de novembre, la participation aux urnes pourrait bien se révéler le facteur décisif.

Avant le 23 décembre, près de 2,1 millions d'électeurs avaient déjà exercé leur droit de vote.

La participation au vote par anticipation est similaire à celle de novembre. On ignore toutefois si les vacances des Fêtes influenceront le rythme du scrutin. Le vote anticipé se déroule jusqu'au 31 décembre dans certains comtés.

L'union fait la force

Les deux camps se présentent comme une équipe. Les candidats participent aux mêmes rassemblements et apparaissent ensemble dans les mêmes publicités. Selon J. Miles Coleman, de l'Université de Virginie, cet effort conjoint a aidé M. Warnock à rejoindre des électeurs démocrates.

Lui et Ossoff ont fait un meilleur travail en tant que tandem, estime M. Coleman. Dans l'ensemble, cela va profiter à M. Warnock et l'aider à consolider une partie de son électorat.

Le candidat démocrate Raphael Warnock, lors d'un point de presse près d'Atlanta.

Le candidat démocrate Raphael Warnock, lors d'un point de presse

Photo : Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair

Il est peu probable, toutefois, que les deux partis se partagent les sièges. Les républicains n'ont besoin que d'une victoire pour garder leur majorité au Sénat.

Si les démocrates remportent les deux scrutins, ils contrôleront la Chambre haute américaine grâce au vote prépondérant de la vice-présidente élue Kamala Harris.

Deborah Jackson, ancienne mairesse de Lithonia, une ville de la banlieue d'Atlanta, est arrivée quatrième au scrutin de novembre. Elle a donné son appui à M. Warnock. Les démocrates doivent contrôler le Sénat, ou du moins, il doit y avoir un équilibre, fait-elle valoir.

Au moins une des partisanes de Mme Jackson partage cette opinion; Laura Durojaiye dit avoir déjà voté pour M. Warnock.

Il obtiendra l'appui de tous ceux qui ont voté pour Mme Jackson, soutient-elle.

Shane Hazel, le candidat libertaire qui a poussé les candidats David Perdue et Jon Ossoff à un second tour, avance que ses électeurs pourraient s'abstenir. Ils m'ont dit qu'ils ne voteront plus jamais pour quelqu'un par peur, avance-t-il.

L'aura religieuse de Trump

L'un des premiers comtés à voter par anticipation est Rabun, dans le nord-est de la Georgie. C'est une forteresse républicaine où Donald Trump et David Perdue ont tous deux remporté 78 % des suffrages.

Je suis convaincu que, même si des démocrates présentaient mère Teresa, ils n'obtiendraient que 20 % des appuis, dit Ed Henderson, secrétaire du Parti républicain du comté de Rabun.

Dans ce comté, les électeurs ont appuyé le républicain Doug Collins plutôt que Mme Loeffer au cours du premier tour. M. Henderson, lui, semble appuyer fermement les deux candidats républicains.

Même si 40 % des électeurs de Rabun ont déjà voté, il craint que les incessantes attaques de M. Trump contre l'intégrité des élections en Georgie nuisent à son camp, mentionnant néanmoins une vénération religieuse pour le président défait.

Des partisans attendant à un rassemblement de Donald Trump en Georgie.

L'épilogue de cette course au Sénat devra composer avec un second tour en Georgie, prévu le 5 janvier pour remplacer un poste vacant de sénateur.

Photo : Reuters / BRANDON BELL

Mon plus gros problème au cours de ce cycle électoral est la méfiance à l'égard du système, reconnaît M. Henderson. Une poignée de républicains purs et durs lui ont fait savoir qu'ils ne voteront pas le 5 janvier.

M. Henderson s'inquiète également du fait que Mme Loeffler ne soit jamais venue dans le comté.

Ce serait très utile s'ils [David Perdue et Kelly Loeffler] venaient ici en personne et disaient à nos électeurs qu'ils aimeraient avoir leur vote.

Ed Henderson, secrétaire du Parti républicain du comté de Rabun

Les démocrates doivent composer avec d'autres enjeux. Le vote par anticipation peine à séduire les petites zones urbaines de Georgie, notamment Savannah, Augusta, Macon et Columbus, où les taux de votes démocrates ont été décevants dans les zones rurales.

Les démocrates ont vraiment eu du mal à convaincre les électeurs noirs dans les régions rurales de l'État, constate J. Miles Coleman. Vont-ils pouvoir réussir suffisamment bien dans ces régions?

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !