•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laurentia : le Port de Québec demande au fédéral de retarder son rapport final

Le pdg du Port de Québec, Mario Girard

Le pdg du Port de Québec, Mario Girard, a fait parvenir une lettre à l'Agence d'évaluation d'impact du Canada le 23 décembre.

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'Administration portuaire de Québec (APQ) demande au gouvernement fédéral de reporter sa décision finale sur le projet de terminal de conteneurs Laurentia. L'échéancier actuel, selon le Port, « ne lui permettra pas d’inclure toutes les informations requises » et qu'il souhaite « soumettre à l'attention » des décideurs.

Le pdg de l'APQ, Mario Girard, a fait parvenir cette demande d'extension à l'Agence d'évaluation d'impact du Canada le 23 décembre.

Compte tenu notamment de l'inquiétude suscitée dans la communauté par la conclusion du rapport préliminaire, nous souhaitons solliciter un délai supplémentaire avant la production de votre rapport final, peut-on y lire.

Selon cette lettre, le rapport final pourrait être produit aussi tôt qu'à la mi-janvier et ainsi sceller le sort du projet. Il doit tenir compte de la centaine de mémoires déposés à l'Agence depuis le dépôt de son rapport préliminaire, le 16 novembre dernier.

« Essentiellement, notre intérêt vise à poursuivre les améliorations au projet en tenant compte des recommandations du rapport provisoire. »

— Une citation de  Extrait de la lettre écrite par Mario Girard, pdg de l'APQ

Ce rapport concluait que l'agrandissement de la ligne de quai dans la baie de Beauport et sa mise en service provoqueraient des impacts environnementaux négatifs importants. On y mentionnait des craintes pour la qualité de l'air et la destruction irréversible d'un habitat de poisson, notamment.

Le Port dit ne pas être en mesure, à ce stade-ci, de fournir un délai spécifique pour fournir l'ensemble des informations qu'il souhaite colliger et partager à l'Agence, mais assure vouloir le faire dans un délai raisonnable.

« Ouvrir le dialogue »

Joint par Radio-Canada, un représentant de l'APQ a expliqué que le Port avait l'intention d'ouvrir un dialogue avec la communauté. On veut bien comprendre ce qui trouve dans les mémoires qui ont été déposés, a affirmé Frédéric Lagacé, porte-parole de l'APQ.

La lettre de Mario Girard exprime la même intention. Dès le début 2021, l'APQ s'est engagée à aller à la rencontre des citoyens pour répondre directement aux préoccupations exprimées et entendre les suggestions visant de nouvelles bonifications à son projet, a-t-il écrit dans sa requête formulée au gouvernement fédéral.

Sur la qualité de l'air, la santé humaine et l'acceptabilité sociale, le Port se dit conscient des enjeux et veut y répondre de manière cohérente. Toutefois, cette problématique requiert une concertation avec les autres acteurs locaux et les membres de la communauté immédiate, plaide Mario Girard.

Le projet Laurentia comprend la construction d'un terminal de conteneurs.

Quelque 700 000 conteneurs transiteraient chaque année par le terminal Laurentia lorsqu'il aurait atteint sa pleine capacité.

Photo : Port de Québec

Habitat du poisson

Quant à l'habitat du poisson que représente la baie de Beauport, le Port de Québec demande du temps afin d'en arriver à une meilleure entente avec le Pêches et Océans Canada (POC). Dans son mémoire, le ministère fédéral affirmait que Laurentia détruirait une frayère de bar rayé et ferait disparaître un habitat important pour d'autres espèces.

Le Port souligne que les mesures demandées par POC ont des implications importantes pour le promoteur autant sur la séquence des travaux et les méthodes de construction que sur les mesures de compensation potentielles.

Il souhaite donc du temps pour faire progresser le travail avec le MPO sur le programme de mesures d’atténuation et de compensation. Sur ce volet, le Port tend la main aux Premières Nations et sollicite leur savoir traditionnel afin de trouver des projets de compensation.

La baie de Beauport.

Plusieurs espèces de poisson fréquentent la baie de Beauport.

Photo : Radio-Canada / Marc Andre Turgeon

Le Port a par ailleurs déposé des documents, en décembre, expliquant que des frayères de bars rayés ont été identifiées en aval de la baie de Beauport, et donc que sa reproduction n'était pas compromise par Laurentia.

L'APQ avait demandé, plus tôt cet automne, au gouvernement fédéral de clarifier rapidement la situation de ce poisson jugé en péril, mais dont le statut légal porte à confusion.

Pressions

Ironiquement, des alliés de Laurentia ont mis de la pression sur le fédéral au courant des derniers mois afin qu'une décision soit prise rapidement. On souhaite notamment que le gouvernement de Justin Trudeau s'engage à allonger 90 millions de dollars dans le projet.

Le maire de Québec, Régis Labeaume, et le premier ministre du Québec, François Legault, ont tous deux élevé la voix en ce sens cet automne.

Les travaux d'évaluation du projet ont été lancés en 2015. Le projet Laurentia, anciennement Beauport 2020, a cependant changé de forme en cours de route, passant d'un terminal de vrac liquide à un terminal de conteneurs.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...