•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le projet pilote pour financer les clubs motoneigistes arrive en Abitibi-Témiscamingue

Sentier de motoneige

Sentier de motoneige

Photo : SITE : OFFICE DU TOURISME ET DU TOURISME DE VAL-D'OR

Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les clubs motoneigistes de l'Abitibi-Témiscamingue ont décidé d'adhérer au nouveau modèle de financement de la Fédération des clubs de motoneigistes du Québec (FCMQ).

Les clubs du Nord-du-Québec sont également concernés par ce changement.

Le modèle mis en place l'an passé concernait dans une première phase expérimentale la Gaspésie et la Mauricie.

Il vise à répartir les ressources financières d'une manière plus équitable en tenant compte des dépenses des clubs notamment pour l'entretien des sentiers.

Avec l'Abitibi-Témiscamingue et du Nord-du-Québec, trois autres régions adhèrent au projet, à savoir le Saguenay-Lac-Saint-Jean, la Côte-Nord et l'Estrie.

Selon l'administrateur régional à la Fédération des clubs de motoneigistes du Québec, Mario Poirier, le nouveau modèle met fin à un système de financement inéquitable entre les régions, basé uniquement sur la vente des droits d'accès.

Il y a des clubs en province qui entretiennent moins de 30 kilomètres de sentiers, alors que d'autres clubs qui entretiennent plus de 600 kilomètres de sentiers, explique Mario Poirier

Il y a des clubs qui pour le même nombre de kilomètres de sentiers, il y en a qui ont 1600 membres et d'autres qui ont 150 membres. Donc, un club qui avait 300 kilomètres à entretenir, qui avait 150 membres, il n'avait vraiment les mêmes moyens financiers que le même club souvent qui était voisin, qui restait dans une région où ce qui c'était plus populeux, avec disons le même kilométrage à entretenir avec dix fois plus de membres.

« Il y avait une grosse iniquité au niveau des financements des clubs.  »

— Une citation de  Mario Poirier

Selon Mario Poirier, il faut donner aux clubs les moyens financiers pour assurer l'entretien adéquat des sentiers.

Les motoneigistes ils ne font plus de la motoneige stricte comme autour du village. On se promène à la grandeur de la province comme en motocyclette, etc. dit-il.

On a 33 000 km de sentiers, donc, si on veut avoir des sentiers de qualité comparable à grandeur de la province, c'est juste logique de donner aux clubs des moyens financiers égaux pour qu'ils puissent développer une qualité de sentiers égale. Donc, c'était le but de la réforme puis évidemment c'est des très gros budgets, et on parle de 198 clubs à la grandeur de la province. Ce n'est pas des changements qui s'effectuent facilement. On prend le temps de bien faire les choses, on y va une étape à la fois. Mais le processus est bien entamé, précise le responsable.

L'Abitibi-Témiscamingue compte 12 clubs qui entretiennent plus de 4 000 kilomètres de sentiers.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !