•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les nouveaux variants du coronavirus n'ont toujours pas été détectés au Canada

Plan rapproché de la Dre Tam.

La Dre Theresa Tam, administratrice en chef de la santé publique du Canada.

Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

La Presse canadienne

L'Agence de la santé publique du Canada affirme que les données génomiques ne démontrent pour le moment aucune présence des nouveaux variants du coronavirus qui ont été décelés au Royaume-Uni et en Afrique du Sud.

Dans une déclaration transmise jeudi soir, l'administratrice en chef de la santé publique, Theresa Tam, signale toutefois que compte tenu de ces variants, les mesures canadiennes de contrôle des voyageurs sont améliorées et que les plans de mise en quarantaine des voyageurs à leur arrivée au Canada sont surveillés de plus près.

Tout comme l'ont fait les premiers ministres Justin Trudeau, du Canada, François Legault, du Québec et Doug Ford de l'Ontario, l'Agence recommande d'éviter les voyages non essentiels à l'étranger.

Elle suggère aussi aux Canadiens de redoubler de prudence s'ils doivent aller au Royaume-Uni ou en Afrique du Sud.

D'autre part, l'Agence a observé que les taux d'infection demeurent élevés dans beaucoup de régions du Canada et que la vaste majorité des Canadiens sont toujours vulnérables à la COVID-19.

Les dernières données nationales indiquent des moyennes quotidiennes de 6675 nouveaux cas de COVID-19 pour la semaine du 17 au 23 décembre et que les taux d'infection sont élevés dans tous les groupes d'âge.

Des éclosions de coronavirus continuent de se produire au sein des populations et des communautés à risque élevé, y compris dans les hôpitaux et les établissements de soins de longue durée, les habitations collectives, les établissements correctionnels, les collectivités autochtones et les régions éloignées du pays.

Les répercussions de la transmission élevée de la maladie se manifestent notamment par des perturbations importantes des services de santé et des défis pour les régions qui ne sont pas suffisamment équipées pour gérer des urgences médicales complexes.

La Dre Tam dit néanmoins envisager l'année 2021 avec beaucoup d'espoir, notamment avec l'autorisation, cette semaine, d'un deuxième vaccin contre la COVID-19, fabriqué par Moderna. Elle rappelle toutefois que les premières quantités de vaccins resteront limitées et que les taux d'infection demeurent très élevés dans plusieurs régions du Canada.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !