•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Une famille pose devant une enseigne "Noël" à Montréal.

Les rassemblements sont interdits durant la période des Fêtes cette année.

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Radio-Canada

Les célébrations de Noël et de la veille sont bien différentes cette année, la plupart des rassemblements devant être virtuels.

Quelques messes de Noël ont bien eu lieu au Québec, mais l'ambiance était fort différente de celle des célébrations habituelles en raison des restrictions dictées par la pandémie. Dans les lieux de culte de la province, le nombre de personnes présentes ne pouvait pas dépasser 25 en zone rouge.

Des fidèles ont fait la file afin d’obtenir un billet leur permettant d’assister à la messe. Il fallait se présenter à 13 h pour se procurer le billet d’entrée.

On est arrivés à 12 h 45 et il ne restait que trois billets, confie une dame. On était quand même chanceux de pouvoir assister à la messe. C’est sûr que c’est triste, parce que dans ce genre d’événement, normalement, il y a beaucoup de monde. Ce n’est pas un Noël normal comme les autres, mais on s’adapte, lance une autre.

Quelques Montréalais interrogés sur leurs projets ce Noël disent comprendre la situation.

Il n’y a rien à faire. Alors, on se promène, on profite de la température entre deux averses, lance un passant. Une dame, qui dit avoir fait le choix de rester à Montréal au lieu de se rendre à la campagne pour voir sa famille, se trouve tout de même chanceuse d’habiter avec sa sœur. Ça fait quand même un Noël en famille, mais juste nous deux.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Des tentes installées dehors près d'un édifice.

On fait du mieux qu'on peut

Dans les refuges pour itinérants, pas de spectacle ni de dîner de groupe pour célébrer Noël cette année, mais les organismes tenaient tout de même à souligner l’occasion.

Une dizaine de bénévoles ont préparé des repas chauds à la Mission Bon Accueil à distribuer aux personnes qui vivent en situation d'itinérance. Normalement, 140 personnes prennent place autour de la tablée, mais le nombre sera limité à 12 personnes cette année.

On fait quand même un dîner de Noël, avec de la musique, une distribution de cadeaux et d’effets personnels. On a beaucoup de bénévoles qui viennent, c'est festif; cette année, cela le sera un peu moins, mais on va faire du mieux qu'on peut.

Gabriel Faraone, responsable du service alimentaire, Mission Bon accueil

L’équipe de bénévoles du Café-Trottoir a elle aussi offert de la nourriture préparée et des vêtements chauds aux itinérants dans le centre-ville de Montréal au nom de l'oratoire de Saint-Joseph.

Ce sont des gens qui se regroupent ensemble, des chrétiens catholiques de Jésus, pour qu'on puisse partager un peu de nourriture avec les itinérants, explique le bénévole Francis Saura. D'habitude, il y a des viennoiseries, du pain, des œufs, on va se réunir à 14 h, on va faire une prière et on va distribuer la nourriture.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Un aîné lit une carte qui a été dessinée et écrite à la main par un enfant.

Difficile temps des fêtes pour les personnes vivant seules

L'Agence de la santé publique comme les autorités provinciales estiment que la façon la plus sûre de célébrer est avec les membres de votre foyer immédiat.

Des mesures sont aussi prises pour aider les personnes vivant seules afin qu'elles puissent avoir des contacts avec un autre ménage.

Ces temps des fêtes sont particulièrement forts en émotion pour de nombreux proches aidants qui ont de la parenté dans les CHSLD. En zone rouge, le gouvernement du Québec permet la visite d'un proche aidant par jour, alors que c'est un maximum de deux en zone orange. À leur entrée, ils doivent suivre un protocole strict, pour éviter la propagation du virus.

Nadia Tontini était la seule membre de sa famille à s’être rendue chez sa mère, atteinte d'alzheimer, pour son premier Noël en CHSLD. C'est difficile, parce que ma mère a habité cinq ans avec moi, lance-t-elle.

Christiane Lavoie, quant à elle, donne du réconfort à son fils, Mickael, 37 ans, affligé d'un traumatisme crânien. Elle lui a apporté un traditionnel repas de Noël : la dinde, la farce, la tourtière, je l'ai réchauffée avant d'arriver.

Signalement de rassemblements illégaux

Les autorités rappellent que les rassemblements sont interdits et que les contrevenants s’exposent à des amendes salées de plus de 1546 $. Les policiers, plus nombreux sur le terrain, n’entendent pas faire preuve de tolérance à l’égard des contrevenants.

La police de Gatineau fait état de 18 signalements de rassemblements illégaux entre jeudi 15 h et vendredi 7 h du matin. Aucun constat d’infraction n’a été remis, les personnes concernées ayant collaboré avec les policiers. Deux signalements se sont révélés non fondés à Trois-Rivières.

Les services de police de Montréal et de Longueuil présenteront leur bilan le 28 décembre.

Compte tenu du nombre de cas de COVID-19 et d'hospitalisations toujours en hausse, les experts de la santé appellent la population à redoubler de vigilance en ce temps des fêtes. La marge de manœuvre sera mince, soutiennent-ils.

En entrevue à RDI matin, la Dre Judy Morris, présidente de l’Association des médecins d’urgence du Québec, s’est adressée aux personnes qui comptent encore se réunir pendant le temps des fêtes : Ces dernières devraient vraiment penser aux effets que ça peut avoir sur l’ensemble de la population québécoise.

Avec les informations de Marie-Michelle Lauzon et Marie-Josée Paquette-Comeau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !