•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sur les pistes les motoneigistes doivent aussi penser à la sécurité sanitaire

Deux motoneigistes sur une piste dans la forêt.

Le Conseil canadien des organismes de la motoneige (CCOM) s'attend à voir un nombre élevé de motoneigistes sur les sentiers cette année.

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

Zoé Le Gallic-Massie

Alors que le début de la saison de motoneige bat son plein, les adeptes de cette activité doivent redoubler de vigilance. En plus de règles de sécurité sur les pistes, ils doivent aussi respecter les règles sanitaires.

Le sud du Manitoba a reçu d’importantes quantités de neige au cours des derniers jours pour le plus grand plaisir des motoneigistes.

Malgré cet engouement, dès qu’on arrête et que nous sommes entourés de gens, il faut se rappeler que nous sommes en pandémie, souligne le membre du conseil d’administration du Conseil canadien des organismes de la motoneige (CCOM), Michel Garneau.

Les ventes de motoneiges sont plus élevées cette année, selon lui. L’augmentation en popularité de cette activité est une bonne nouvelle, mais les nouveaux initiés ne connaissant pas nécessairement les règles de sécurité, croit M. Garneau.

Le type d’accident le plus fréquent demeure celui relié à l’alcool. C’est moins pire, mais ça perdure. Ça demeure un record. L’alcool est souvent une des causes des décès, souligne Michel Garneau au micro de l'émission L'Actuel.

Il rappelle aux motoneigistes, nouveaux ou pas, d’adopter une conduite prudente. Il ne faut pas laisser son enthousiasme prendre le dessus sur le bon sens [...] même si on se croit comme des experts, ça fait huit ou neuf mois qu’on n’en a pas fait.

Un autre problème récurrent, explique Michel Garneau, est celui des gens qui vont s’aventurer sur des plans d’eau : les motoneigistes n’ont pas nécessairement les informations et les consignes avant de le faire.

Il appelle à la prudence, car les conditions de glace sont moins prévisibles avec les températures changeantes .

Selon des données de 2015 publiés par le CCOM, l’âge moyen des motoneigistes canadiens est de 44 ans. La proportion des hommes pratiquant l’activité est de 70 % chez les hommes et de 30 % des femmes. Toutefois Michel Garneau estime que de plus en plus de femmes sont sur les pistes.

Il explique qu'il est difficile de dire si les sentiers seront plus achalandés cette année au Manitoba, car le nombre de touristes américains a diminué en raison de la fermeture des frontières avec les États-Unis. M. Garneau s'attend toutefois à un nombre élevé de motoneigistes sur les sentiers cette année.

Il est prouvé que la motoneige contribue à la santé physique et psychologique, soutient Michel Garneau. Il revient toutefois sur l’importance de respecter la distanciation sociale et de porter le masque.

Avec les informations de Marie-Gabrielle Ménard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !