•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ligne d’assistance aux personnes âgées : la demande monte en flèche

Une personne âgée résidant dans une maison de soins de longue durée à Toronto photographiée à travers une fenêtre.

Des résidents de maisons de soins ont appelé dans les derniers mois la ligne d'assistance pour personnes âgées de Toronto, même si le public cible de l'organisme est les aînés qui vivent encore à la maison.

Photo : CBC/Evan Mitsui

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Entre le 1er avril et le 30 novembre, la ligne d’assistance aux personnes âgées gérée par l’organisme torontois WoodGreen Community Services a reçu plus de 22 000 appels, soit plus d’appels en huit mois que pendant toute l’année 2019.

La ligne d’assistance est destinée principalement les personnes âgées de Toronto qui vivent encore dans leur maison ou leur appartement.

L’organisme a cependant aussi reçu plusieurs appels de personnes vivant dans des foyers de soins de longue durée depuis le début de la pandémie.

De nombreuses personnes âgées de Toronto souffraient déjà d’isolement social avant la pandémie, note Rochelle McAlister, gestionnaire des programmes de santé mentale et de toxicomanie pour les personnes âgées pour WoodGreen Community Services.

Rochelle McAlister accorde une entrevue.

Rochelle McAlister affirme que l'isolement des aînés a augmenté de façon importante pendant la pandémie.

Photo : CBC/Nicole Ireland

La COVID-19 a aggravé la situation, remarque-t-elle. La solitude est immense.

Peut-être qu’ils n’ont pas de famille avec laquelle ils sont en contact, qu’ils ne peuvent pas voir leur famille à cause de la COVID-19 ou pour d’autres raisons, explique-t-elle.

Certaines personnes âgées appellent parce qu’elles ont besoin d’assistance pour obtenir une aide financière ou pour faire leurs courses.

L’organisme a également constaté une importante hausse des crises de santé mentale, souligne Mme McAlister.

Elle affirme que de nombreuses personnes âgées n’ont pas accès aux applications comme Zoom et Facetime ou qu'elles n’ont pas pu s’y adapter, ce qui les isole davantage.

Un besoin quotidien pour certains

Helena Bowkun appelle tous les jours la ligne d’assistance aux personnes âgées de Toronto, parfois deux ou trois fois.

Parfois, j’ai juste besoin d’avoir des contacts humains, dit-elle.

Mme Bowkun, âgée de 69 ans, a lutté contre le syndrome de stress post-traumatique pendant presque toute sa vie.

Cette ancienne pianiste de concert a perdu plusieurs de ses amis proches qui étaient plus âgés qu’elle.

Helena Bowkun pose pour une photo.

Helena Bowkun affirme que la ligne d'assistance pour les personnes âgées de Toronto l'a aidée à traverser plusieurs journées difficiles.

Photo : CBC/Mark Bochsler

Elle hésite à trop s’appuyer sur d’autres amis, de peur de les épuiser.

Les travailleurs sociaux de WoodGreen Community Services l’aident depuis des années à gérer son anxiété paralysante quotidienne.

Notre dossier : La COVID-19 en Ontario

Mais lorsque la COVID-19 a frappé, elle est devenue à bout de nerfs, raconte-t-elle.

Outre la peur du virus lui-même, de nombreuses activités qui lui procuraient de la joie, notamment la participation à des concerts, ont été interrompues.

Tout s’est effondré, confie-t-elle.

« Il y avait tant de matins où je me réveillais et je me disais que je ne pouvais pas traverser une autre journée de COVID-19. C’est trop dur. »

— Une citation de  Helena Bowkun

Souvent, l'appel à la ligne d'assistance est la première chose que Mme Bowkun fait après s'être réveillée, et la voix à l’autre bout du fil la calme.

C’est comme avoir une bonne amie de garde.

Briser l’isolement

L’un des travailleurs sociaux de la ligne d’assistance de WoodGreen Community Services, Xj Ng, se souvient très bien de l’une des personnes à qui il a répondu.

Elle était enfermée depuis des mois, dit-il. C'est de la solitude pure, c’est vraiment déchirant.

Plusieurs des personnes qui appellent depuis quelques mois ne souffraient pas de solitude auparavant, note-t-il.

« Nous avons reçu plus d’appels de personnes âgées isolées qui, normalement, vont rendre visite à leur famille ou à leurs amis. »

— Une citation de  Xj Ng, travailleur social

L’organisme reçoit aussi des appels de membres d'une famille et d’aidants naturels qui veulent des conseils pour soutenir leurs proches.

Des gens appellent aussi s’ils n’ont pas vu un voisin âgé depuis un certain temps, une action que Rochelle McAlister encourage.

WoodGreen Community Services dispose d’une équipe de crise qui peut intervenir si une personne âgée est en difficulté et peut orienter les personnes âgées vers d’autres programmes communautaires.

Cela comprend des services de visites amicales par des bénévoles qui ont maintenant remplacé les visites en personne par des conversations téléphoniques régulières.

Malgré la charge de travail accrue, Mme McAlister et M. Ng assurent que le personnel de l'organisme est prêt à aider plus de gens.

Ils s’inquiètent des personnes âgées qui pourraient souffrir en silence.

Helena Bowkun, elle aussi, encourage les autres aînés en détresse à utiliser la ligne d’assistance.

Si vous vous sentez seul, stressé ou dépassé, tendez la main, dit-elle.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !