•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Approbation du vaccin de Moderna : les communautés autochtones sont soulagées

Une fiole contenant le vaccin Moderna COVID-19.

Le Canada doit recevoir quelques 168 000 doses du vaccin de Moderna d'ici la fin de l'année.

Photo : Associated Press / Eduardo Munoz

L'approbation du vaccin de Moderna par Santé Canada réjouit beaucoup de communautés autochtones de la Colombie-Britannique, étant donné que ce vaccin, qui peut être conservé à moins 20 degrés Celsius, est une option plus accessible pour les communautés éloignées.

Contrairement au vaccin Pfizer-BioNTech, qui doit être maintenu à des températures entre -60 °C et -80 °C , le vaccin de Moderna peut être entreposé et maintenu stable à seulement -20 degrés Celsius. L'avantage de ce vaccin, a précisé le Dr Howard Njoo, administrateur adjoint de Santé Canada, est la facilité à le transporter vers les régions les plus isolées du pays, notamment le Grand Nord canadien et les communautés autochtones.

Apprendre qu'un vaccin plus accessible sera bientôt acheminé vers leur communauté est comme un cadeau de Noël à l'avance, affirme Vincent Esquiro, originaire de la nation Tlingit. Les membres de cette Première Nation vivent à proximité de la rivière Taku située dans le nord de la Colombie-Britannique, au Yukon et en Alaska.

Nous sommes soulagés et très heureux d'avoir appris cette nouvelle!

Vincent Esquiro membre de la nation Tlingit

Même si cela va aider à protéger notre communauté, nous ne sommes pas sortis du bois pour autant, précise M. Esquiro.

Attendre de voir pour croire

Même son de cloche du côté de la Première Nation Kwakiukl, dont près de 400 membres habitent au nord de l'île de Vancouver.

Si la communauté a mis en place beaucoup de mesures pour éviter la propagation de la COVID-19, l'inquiétude demeure, surtout pour les personnes âgées et vulnérables de la communauté.

On est exposé à un danger et on est inquiets d'être loin des grands centres. On ne veut pas être oubliés, explique Doug Brown, directeur administratif de la Première Nation Kwakiukl.

Je serais soulagé, si je savais qu'on recevrait le vaccin bientôt.

Doug Brown, le directeur administratif de la Première Nation Kwakiukl

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !