•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Infoman : une revue de l’année pour envoyer paître 2020

Jean-René Dufort en veston-cravate dans une couronne de Noël.

Jean-René Dufort promet une émission grinçante envers 2020, mais moins envers la classe politique.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L'irrévérencieuse revue de l’année d’Infoman est devenue, comme le Bye bye, une tradition télévisuelle. Mais comment rit-on d’une année comme 2020? Jean-René Dufort en a discuté mercredi matin au micro de Maxime Coutié à l’émission Tout un matin.

Parlant de 2020, difficile de contourner la pandémie quand on présente une émission qui s’ancre dans l’actualité, souligne d’entrée de jeu le journaliste-animateur.

C’est un défi supplémentaire, concède Jean-René Dufort. Mais la COVID, c’est quelque chose qui nous a tous traumatisés cette année. On a de la misère à se rappeler ce qui existait avant mars; on a l’impression que ça fait 2000 ans!

Il y a eu un sujet [plus fort que tout] cette année, et c’est celui-là. Il y en a eu d’autres, comme ceux abordant les enjeux du racisme. Cette année est une longue suite de sujets "plates", et nous, notre mandat, c’est de faire une heure assez comique sur tout ça.

Une citation de :Jean-René Dufort

Grinçant envers 2020, moins envers la classe politique

Sans totalement retirer le ton « baveux » de l’émission, l’équipe avait envie de s’attaquer à autre chose qu’aux différentes personnes qui ont tenté, tant bien que mal, de mener la bataille contre le coronavirus.

On est tous un peu dans le trouble de la même façon. Donc, on s’est dit que les deux ennemis de l’année, c’était l’année comme telle et le virus. On va être méchants avec ces deux-là, un peu moins avec les autres, parce que nous aussi, on a subi les contrecoups du confinement et des mesures, explique Jean-René Dufort, qui assure que l’émission spéciale ne perdra tout de même pas son côté grinçant.

Je me suis posé la question si j’étais à la place de François Legault, du Dr Arruda ou de Justin Trudeau : est-ce que j’aurais fait mieux? Je ne suis pas sûr... Le 31 au soir, avec l’année qu’on a passée, j’ai pas le goût de taper sur les nerfs à personne.

Pour le journaliste coloré, il est toutefois possible de rire un peu de nous, de notre attitude face aux consignes, de notre propension à contourner les règles ou de « notre difficulté à mettre notre masque comme du monde ».

C’est sûr que le drame est là : c’est une pandémie, ajoute-t-il. Mais il y a moyen de s’amuser un peu.

En raison du contexte actuel empêchant les réunions de famille, les personnes de nombreux foyers auront les yeux rivés sur l’écran pour la spéciale, déjà très regardée en temps normal. Jean-René Dufort le concède : savoir que plus de gens seront à l’écoute ajoute une certaine pression.

En même temps, que peut-on faire d’autre que d’essayer, dans les circonstances, de présenter la meilleure émission possible? Advienne que pourra! dit-il en rigolant.

Pour les amateurs et amatrices de la première heure d’Infoman, il assure toutefois une chose : Les 30 secondes finales du spécial seront très thérapeutiques, précise l’animateur.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !