•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Argentine autorise le vaccin russe Spoutnik V

Chargement de l’image

Le vaccin Spoutnik V a été approuvé par la Russie le 11 août 2020.

Photo : Getty Images / AFP / Kirill Kudryavtsev

Agence France-Presse
Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'Argentine a autorisé mercredi le Spoutnik V, et devient ainsi le premier pays d'Amérique latine à donner son feu vert au vaccin russe contre la COVID-19.

Le vaccin Gam-CovidVac, appelé Spoutnik V, développé par le Centre national russe d'épidémiologie et de microbiologie Gamaleya […] est autorisé en urgence conformément aux recommandations de l'Administration nationale des médicaments, des aliments et des technologies médicales, a annoncé dans un communiqué le ministre de la Santé, Ginés Gonzalez Garcia.

Cette autorisation intervient dans la foulée de l'approbation donnée au vaccin Pfizer-BioNTech, pour lequel le gouvernement négocie un accord d'approvisionnement avec le géant pharmaceutique américain.

L'Argentine est le premier pays d'Amérique latine à autoriser le vaccin russe sur la base des résultats des tests de phase 3, selon un communiqué du Fonds d'investissement direct russe qui a participé au financement des recherches pour la mise au point du vaccin.

L'homologation du vaccin Spoutnik V en Argentine sans essais cliniques supplémentaires dans le pays constitue une reconnaissance importante des normes et de la réglementation russe et de la qualité de ses essais cliniques, s'est félicité Kirill Dmitriev, le directeur du Fonds. Nous sommes prêts à travailler avec d'autres pays d'Amérique latine, a-t-il ajouté.

Mardi, un avion de la compagnie Aerolineas Argentinas s'est envolé pour Moscou pour le transport de 300 000 doses. À terme, l'accord prévoit la livraison de 25 millions de doses.

Parallèlement, les négociations se poursuivent pour la fourniture du vaccin Pfizer-BioNTech.

L'engagement pris était que si l'Argentine mettait des volontaires à disposition, elle avait la priorité pour négocier, mais la négociation n'est pas facile, cela reste un produit commercial, a déclaré mercredi Gonzalo Perez Marc, le directeur de l'étude sur le vaccin Pfizer en Argentine.

Buenos Aires a également signé des contrats d'achat avec l'Université d'Oxford, associée au laboratoire AstraZeneca, et fait partie du mécanisme Covax de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

L'Argentine, qui compte 44 millions d'habitants, a enregistré plus de 1,5 million de cas positifs et déplore plus de 42 000 décès.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !