•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les territoires du Grand Nord ravis de l’arrivée prochaine du vaccin de Moderna

Des boîtes de vaccin déchargées d'un camion.

Les territoires du Grand Nord attendent l'arrivée des premières doses de vaccin contre la COVID-19 d'ici la fin du mois. Le déploiement du vaccin de Moderna a commencé aux États-Unis, comme ici, au Kentucky.

Photo : Reuters / POOL

Les autorités des trois territoires réagissent avec enthousiasme à l’arrivée prochaine du vaccin de Moderna.

Les territoires du Grand Nord ainsi que les communautés autochtones et isolées ont été déclarés prioritaires pour l’obtention du nouveau vaccin approuvé mercredi par Santé Canada.

Bien que le Yukon et les Territoires du Nord-Ouest aient été relativement épargnés par la pandémie, le Nunavut a connu une hausse fulgurante du nombre de cas le mois dernier, enregistrant ses deux premiers décès ces derniers jours.

Natan Obed, le président de l’organisation de représentation inuit Inuit Tapiriit Kanatami (ITK), n’a pas caché son soulagement. C’est une excellente nouvelle. Nous attendions l'approbation [du vaccin] depuis déjà deux semaines. Il s’agit d’une réponse clé à la COVID-19 dans la [grande région inuit].

Le politicien affirme que son organisation multipliera les efforts pour communiquer avec les habitants, en inuktut, les informations entourant le vaccin et son déploiement.

Une seringue et un flacon portant l'inscription « Vaccine COVID-19 » à côté du logo de la société de biotechnologie Moderna.

Une seringue et un flacon de vaccin de Moderna contre la COVID-19.

Photo : Getty Images / Joël Saget

Le premier ministre du Nunavut, Joe Savikataaq, a également affirmé par courriel à Radio-Canada qu’il était nécessaire pour les Nunavumimut de bien s'informer à partir de sources fiables comme les autorités sanitaires fédérales.

Je comprends l’incertitude et le manque de confiance historique entourant les vaccins dans le Nord. Cependant, je vous demande de vous référer à de l’information fondée sur des faits au sujet du vaccin, de ses ingrédients et de son efficacité.

Joe Savikataaq, premier ministre du Nunavut

Au Yukon, la ministre de la Santé et des Affaires sociales, Pauline Frost, a dit par voie de communiqué qu'elle se réjouissait de l’arrivée prochaine du vaccin de Moderna.

Le début de l’immunisation est prévu au cours de la première semaine de janvier pour les résidents et les membres du personnel des centres de soins de longue durée.

Les 7200 premières doses pourront vacciner 3600 Yukonnais en fonction de deux doses par personne nécessaires à un mois d’intervalle. Le Yukon prévoit pouvoir vacciner en tout 75 % des adultes admissibles.

Jasna Stojanovski tient une seringue.

Les résidents et le personnel des centres de soins de longue durée seront prioritaires dans les trois territoires pour l'obtention du vaccin.

Photo : CBC/Evan Mitsui

Aux Territoires du Nord-Ouest, on attend aussi impatiemment les 7200 premières doses qui leur sont dédiées et qui pourront vacciner les 3600 premiers Ténois. La ministre de la Santé, Julie Green, espère pouvoir commencer la vaccination à partir de la semaine du 11 janvier.

Le gouvernement territorial doit encore finaliser son plan de déploiement du vaccin qu’il compte publier en début janvier. Un plan qui détaillera comment l’immunisation sera déployée dans les 33 collectivités du territoire.

« Il nous reste encore du travail pour nous préparer à l’arrivée du vaccin et à la mise en œuvre du plan, indique Julie Green. Avant de lancer la campagne de vaccination, nos efforts vont se concentrer sur le recrutement, la communication et la logistique. »

Des seringues et des fioles contenant le vaccin contre la COVID-19 de Moderna.

Le vaccin contre la COVID-19 mis au point par Moderna a été approuvé au Canada, mercredi.

Photo : AFP / JUSTIN TALLIS

Le vaccin de Moderna est efficace à 94,1 %, selon les résultats des études cliniques réalisées dans sa troisième phase auprès de 30 000 volontaires aux États-Unis.

Les trois territoires avaient signifié leur préférence pour le vaccin de Moderna plutôt que celui de Pfizer-BioNTech en raison des conditions d’entreposage. Le vaccin de Moderna peut être transporté à -20°C plutôt que -70°C pour son compétiteur, ce qui facilite le transport dans les communautés rurales isolées.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !