•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un cadeau pour tous les enfants du village, chaque année à Noël

Un pompier apporte un cadeau à une jeune femme.

Derrière son masque, le pompier volontaire Ryan Hartling est tout sourire en apportant un cadeau à Nadine Lacroix.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

Depuis plus d’un siècle, tous les enfants du village de Schumacher, une banlieue de Timmins, reçoivent un cadeau de Noël. Il s'agit d'une tradition instaurée par le fondateur de la ville.

La pandémie n'aura pas freiné la coutume. En fait, la distribution des cadeaux de Noël offerts par Frederick W. Schumacher - décédé en 1957 - est encore plus spéciale cette année alors que chaque enfant de la communauté a reçu un cadeau personnalisé.

Une murale montrant Frederick W. Schumacher.

Sur la façade de l'aréna McIntyre, une murale rend hommage à Frederick W. Schumacher.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

Les cadeaux sont achetés grâce à un fonds en fiducie qui est maintenant géré par les arrières petites-filles de M. Schumacher qui habitent aux États-Unis.

Qui est Frederick William Schumacher?

Originaire du Danemark, Frederik W. Schumacher était un pharmacien de l’Ohio qui s’est rendu dans la petite communauté du Nord de l’Ontario en 1912, qui n’était alors qu’un simple camp minier.

Il y a acheté 8 acres de terrain séparant les mines de Hollinger et de McIntyre dans l’objectif d’y faire de la prospection minière et d’y trouver de l’or.

M. Schumacher a ensuite investi dans d’autres terrains dans la localité, avant de fonder le village qui porte maintenant son nom.

Il a démarré la tradition de donner des cadeaux de Noël aux enfants de Schumacher chaque année, depuis 1916. Il prenait alors les commandes des enfants et allait chercher les cadeaux en train au Centre Eaton à Toronto.

Livraison spéciale

Depuis la mort de M. Schumacher, ce sont les pompiers volontaires du village qui s’occupent de l’achat, l'emballage et la distribution des cadeaux.

Cette année, on a même demandé [aux enfants ce] qu’ils voulaient recevoir pour Noël, raconte Ryan Hartling, un pompier volontaire de Schumacher.

Une statue de M. Schumacher.

Une statue de M. Schumacher se trouve toujours dans le village qu'il a fondé en 1912.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

En raison de la crise sanitaire, Ryan Hartling ne pouvait pas demander autant d'aide qu'à l'habitude à ses autres équipiers de la caserne. Ryan et sa femme ont géré le budget de 6000 $, acheté et emballé la grande majorité des 165 cadeaux.

M. Hartling se présente devant la maison de Nadine Lacroix. La petite fille est excitée et à la fois triste. C’est le dernier cadeau de M. Schumacher que je reçois, nous raconte la jeune fille de 8e année. La tradition veut que seuls les enfants en âge préscolaire et ceux de l'élémentaire reçoivent un cadeau. Nadine est ravie en découvrant son cadeau : un ensemble de blocs Lego à l’image de Londres.

Un pompier apporte un cadeau à une jeune fille chez elle.

Nadine Lacroix reçoit son cadeau des mains d'un pompier volontaire de la caserne de Schumacher.

Photo : Ryan Hartling

Son père, Sylvin, est fier d’avoir choisi Schumacher pour élever ses quatre filles et remercie grandement la famille Schumacher.

Cette famille est extrêmement riche et il pourrait faire semblant qu’on n’existe pas. Ses arrières petites-filles comprennent que c’est important que les enfants soient heureux à Noël.

Une citation de :Sylvin Lacroix, résident de Schumacher

M. Schumacher n’a jamais tracé de fossés entre les riches et les pauvres, renchérit M. Lacroix. Généralement, on donne les cadeaux aux enfants démunis. Dans son concept à lui, tu es démuni ou pas, c’est un cadeau par enfant, conclut M. Lacroix, un amoureux de Noël.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !