•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Archives

Noël : la tradition des crèches vivantes

Enfants déguisés en Marie, Joseph, boeuf, âne et anges, qui entourent le petit Jésus.

Des enfants présentent une crèche vivante à l'Église Saint-Joseph de Montréal en 1988.

Photo : Radio-Canada / Jean-Pierre Karsenty

Radio-Canada

Placer les personnages et les animaux de la crèche au pied de l'arbre de Noël est pour de nombreux chrétiens un rituel qu’ils répètent année après année. Dans certaines paroisses, la crèche est composée de comédiens en chair et en os qui reproduisent la scène de la nativité. Nos journalistes ont visité quelques-unes de ces crèches vivantes.

À l’origine, le mot crèche désigne une mangeoire pour les animaux. On doit à Saint-François d’Assise l’invention de la crèche vivante.

C’est en 1223, après une visite à Bethléem, qu’il décide de reproduire la scène de la nativité à Greccio en Italie. Les crèches vont ainsi se développer en Europe à partir du 13e siècle.

La crèche vivante de Saint-Philémon

Le 23 décembre 1983, à Saint-Philémon, dans Bellechasse, le journaliste André Dufour assiste à une cérémonie de crèche vivante.

Téléjournal, 23 décembre 1983

Les enfants qui entonnent des chants de Noël, le bébé dans sa mangeoire qui agite ses petits bras, tout y est pour recréer la scène de la naissance de Jésus.

Quand l’interprète de Marie sort de là le poupon pour le cajoler, l’enfant souriant ne semble aucunement gêné par la musique ambiante et l’odeur de l’encens. Le journaliste narre la scène en évoquant le sens que revêt la fête de Noël pour tout un chacun.

Un événement haut en couleur dans le Vieux-Port de Montréal

En 1992, le Vieux-Port présente pour la toute première fois une crèche de Noël vivante.

Un événement qui reviendra quelques années durant au profit de l’accueil Bonneau et la Société Saint-Vincent de Paul.

Le 8 décembre 1992, Claude Deschênes assiste à l’événement pour le Téléjournal.

Montréal ce soir, 8 décembre 1992

De l’arrivée à Bethléem à la fuite en Égypte, l’histoire de la nativité y est présentée en dix saynètes avec, en trame narrative, des lectures de l’Évangile.

Les éclairages chatoyants mettent en valeur les somptueux costumes d’une soixantaine de figurants qui participent à recréer l’histoire de la naissance du Christ.

L’âne, le bœuf, les moutons, tous les animaux sont vrais. Même le zoo de Granby a bien voulu fournir un dromadaire aux rois mages pour l’occasion.

Le sens de la nativité à l’oratoire Saint-Joseph

Le 21 décembre 1997, la journaliste Jocelyne Allard de l’émission Second Regard part à la rencontre de jeunes qui ont reconstitué la naissance de Jésus dans une pièce de théâtre et qui expliquent la signification de Noël pour eux.

Second regard, 21 décembre 1997

La pièce de théâtre, qui se veut interactive, est présentée à l'oratoire Saint-Joseph.

Les artisans et comédiens de cette création collective font part de leurs réflexions sur le sens profond de Noël et de la crèche.

Une nouvelle vie c’est toujours excitant, c’est toujours magique. C’est un vrai miracle.

Une citation de :Emilie Vézina, co-auteur de la pièce

Noël, c’est le moment où tout naît. C’est l’espoir qui arrive, qui vient.

Une citation de :Stéphane Vincent co-auteur de la pièce.
Encore plus de nos archives

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.